ABCES CUTANE : soigner un abcès de la peau

Abcès

abces
Abces de la nuque

Le nombre d’abces cutanés est en augmentation du fait de l’émergence de staphylocoque doré  résistant  à  la  méthicilline

Qu’est-ce qu’un abcès?

L’abcès est une complication de l’infection bactérienne d’un poil (folliculite) ou d’un kyste sébacé.

Une infection est généralement caractérisée par des signes inflammatoires locaux (la chaleur, la rougeur, la douleur de la peau….), voire des signes inflammatoires généraux comme la fièvre.

Ainsi l’abcès se présente sous la forme d’une grosse boule rouge et douloureuse de la peau, souvent centrée par un point blanc

Abcès

Comment soigner un abcès

Cette prise en charge doit être réalisée par un médecin car il y a des risques de diffusion de l’infection

Il va le plus souvent proposer deux types de traitements en fonction de l’état du kyste inflammatoire

Soit l’abces n’est pas mûr : antibiotiques

Il y a une boule rouge et douloureuse mais l’abces n’est pas collecté : il n’y a pas de tête blanche. Le médecin va alors le plus souvent tenter de calmer l’infection ou de faire murir le kyste avec des antibiotiques par voie orale et en pommades sous des pansements

Soit l’abces est mûr : chirurgie

L’abces est devenu plus mou et comporte à son sommet une tete blanche de pus situé juste sous la peau. Il est alors accessible à un traitement chirurgical

Ce traitement chirurgical consiste en une incision de l’abces, le plus souvent sans anesthésie ou juste une anesthésie du pourtour, suivie d’un lavage au sérum physiologique et parfois de méchage à la mèche iodoformée en l’absence d’antécédents d’allergie à l’iode. La mèche doit alors être changée toutes les 24 à 48 heures par une infirmière jusqu’à détersion complète. Un pansement avec un antiseptique ou un antibiotique en crème ou pommade est ensuite souvent utile pour favoriser le comblement de la cavité par le bourgeonnement des tissus sous cutanés.

Les conseils du dermatologue :

  • Les infections de la peau et les infections des poils peuvent s’’aggraver en l’’absence de traitement adéquat (lymphangite,  » ganglions « , voire septicémie…). Lors de la survenue d’une lésion inflammatoire, il faut donc consulter et ne pas toucher ses lésions : la majorité de ces complications surviennent en effet à cause d’une consultation trop tardive ou de la manipulation des lésions.
  • Ne pas utiliser les anti-inflammatoires (cortisone ou non stéroidiens) pour les infections cutanées car ceux-ci laissent les infections s’’aggraver sans que l’on puisse s’en rendre compte.
  • Il ne faut pas oublier d’être à jour pour le vaccin antitétanique car une plaie cutanée peut être la porte d’’entrée du tetanos

Posez une question au dermatologue (pas d'avis médical)