ALLERGIE A UN MEDICAMENT : les allergies de peau aux médicaments

Allergies de la peau aux médicaments

Les réactions cutanées au médicaments sont encore appelées toxidermies.

Allergie médicamenteuse
Allergie médicamenteuse

Deux types d’allergies aux médicaments

Ces réactions font le plus souvent intervenir les réactions allergiques classiques de la peau :

  • L’allergie immédiate

(type I de la classification de Gell et Combs, à médiation immunologique par anticorps) est une réaction survenant dans les premières minutes à premières heures qui suivent le contact avec le médicament (pénicilline, anesthésiques… ); la principale allergie immédiate est l’urticaire médicamenteuse (et sa composante profonde, l’angio oedeme ou oedeme de Quincke, voire l’anaphylaxie).

  • L’allergie retardée

(type IV de la classification de Gell et combs, à médiation immunitaire cellulaire) est une allergie qui survient un ou plusieurs jours après le contact avec le médicament (la premiere eruption prend souvent deux semaines apres le premier contact avec le médicament, alors que les éruptions suivantes, lors des réintroductions, prennent le plus souvent 48h).

C’est la réaction médicamenteuse la plus fréquente, provoquant des éruptions à type de

  • rougeurs plus ou moins gonflées (90 % des cas)

Rougeurs ou plaques rouges ébutant souvent aux coudes, aux genoux et au tronc, et s’’étendant progressivement en quelques jours. On peut observer une fièvre et des démangeaisons.

Ils régressent souvent spontanément en une semaine.
Les médicaments le plus souvent en cause dans ces eruptions d’’origine médicamenteuse sont les

  • antibiotiques (aminopénicillines = 1ère cause d’accidents allergiques médicamenteux, soit environ 1/3 des réactions allergiques médicamenteuses, sulfamides antibactériens, céphalosporines, antituberculeux),
  • les antiepileptiques (carbamazépine, barbituriques),
  • l’’allopurinol (produit contre la goutte),
  • les produits de contraste iodés utilisés lors des examens d’imagerie médicale,
  • le captopril (anti hypertenseur)
  • et les anti inflammatoires non stéroïdiens et l’aspirine (5% des consultations pour allergie médicamenteuse).
  • les éruptions lichénoïdes

se présentent sous forme de petites plaques violines, comme dans le lichen plan

  • l’’érythème pigmenté fixe,

une rougeur récurrente de quelques centimetres, apparaissant le plus souvent quelques heures apres la prise du médicament, génitale ou cutanée, qui brule ou démange et qui finit par guérir en laissant une tache pigmentee.

Les principaux médicaments en cause sont les analgésiques pyrazolés, les barbituriques, les sulfamides, les cyclines et la carbamazépine.

voir l’article sur l’erytheme pigmenté fixe

  • syndrome de Stevens-Johnson

  • le syndrome de Lyell.

Autres réactions de la peau aux medicaments

D‘autres mécanismes de réactions cutanées aux médicaments sont possibles, ce sont des mécanismes non immunologiques sur lesquels nous ne nous attarderons pas car il ne s’agit pas là de véritables « allergies de peau » aux médicaments :

thesaurismoses ou accumulation de médicaments tels que l’argyrie,

les pigmentations aux cyclines ou aux antipaludéens,

la perte de cheveux due aux médicaments,

l’acné aux médicaments

Certaines allergies aux médicaments nécessitent le soleil

Voir l’article consacré à l’allergie solaire

Que faire quand on suspecte un médicament de déclencher une éruption de la peau?

Lors d’une éruption cutanée dans laquelle un médicament est suspecté, le médecin tente d’évaluer la reponsabilité potentielle du médicament, encore appelée imputabilité

Il dispose de tests aux médicaments plus ou moins dangereux :

– sans danger : prise de sang

lors de réactions de type immédiat, à la recherche d’anticorps spécifiques

– plus dangereux : tests de mise en contact

avec le médicament (tests épicutanés, intradermoréactions et prick-tests) ou de reprise du médicament (le plus souvent en milieu hospitalier car on craint des reactions plus graves qu’initialement.

Traitement de l’allergie au médicament

Il passe par l’éviction du médicament en cause, l’application de cremes a la cortisone et la prise d’antihistaminiques

Posez une question au dermatologue