BOUTONS VISAGE FEMME : soigner l’acné de la femme (boutons du menton)

Acné de la femme : des boutons en bas du visage chez la femme adulte

L’acné de la femme adulte est un problème de plus en plus fréquent chez les femmes. On estime en effet qu’environ 30% des femmes adultes présente de l’acné de la femme!

Que faire en cas de boutons de la femme après l’adolescence?

L’acné de la femme touche les femmes après 25 ans.  Les boutons d’acné sont souvent plus présents sur le bas du visage : menton, autour de la bouche… sur la zone occupée par la barbe chez l’homme. On peut aussi avoir des boutons du dos et du décolleté. Il faut d’abord s’interroger sur une cause hormonale

acné de la femme
Acné autour de la bouche chez la femme

 

Est-ce que le stress provoque de l’acné chez la femme?

Dans l’acné de la femme  apres 25 ans, il existe souvent un role du stress : les femmes ayant de l’acné ont souvent une vie stressante. Le stress provoque la libération de cortisol, une hormone naturelle immunosuppressive et favorisant l’infection des boutons de la peau

La plupart des femmes adultes souffrant d’acné ont un métier « stressant » http://t.co/1jIQqJO3d9

— Dermatologue (@Dermatologue1) 12 Septembre 2015

 

Est-ce que les produits de beauté provoquent de l’acné de la femme?

Parfois, l’utilisation de cosmétiques gras est un facteur aggravant de l’acné : il faut recommander aux patientes de n’utiliser que des cosmétiques « non comédogènes »

Est-ce que les boutons de la femme adulte résultent d’un problème d’hormones?

Les hormones jouent un role majeur dans le déclenchement de l’acné, notamment chez la femme adulte. Le fait qu’il existe un contexte hormonal fréquent explique que l’acné de la femme prédomine sur la zone du visage ou l’impregnation hormonale est la plus importante (celle ou les hommes ont le la barbe) : le bas du visage et notamment les mandibules. Ainsi, dans le cadre de l’acné de la femme, le médecin va chercher des anomalies hormonales :

  1. Des signes d’hyper androgénie (poils au mentons, règles irrégulières, augmentation de la pilosité…)
  2. Un changement récent de contraception (mise en place d’un stérilet aux hormones, changement de pilule…)

1/ Des poils au menton…

Le médecin cherchera aussi des signes d’hyperandrogénisme (excès d’hormones masculines), à savoir l’excès de pilosité sur le corps, perte des cheveux, troubles des règles (arrêt ou irrégularité) et prise de poids. Si de tels signes sont présents, le médecin en recherchera la cause à l’aide d’un dosage d’hormones sexuelles dans le sang : anomalie de la quantité d’hormones masculines dans le sang, détectée par la réalisation d’un bilan sanguin hormonal s’il existe des signes d’hyperandrogénie (pilosité abondante aux zones masculines… ) 

Parfois, un bilan hormonal est nécessaire, notamment si le médecin suspect une hyperandrogénie (augmentation de la pilosité (menton, lèvre supérieure… ), règles irrégulieres, acné… ).

Le bilan hormonal est réalisé le matin à 8 heures, en première partie de cycle, après arrêt de la contraception hormonale depuis au moins deux mois :

  • Testostérone et éventuellement Delta 4 androstènedione, une autre hormone ovarienne
  • 17-OH-progestérone (suivi d’un test au Synacthène* si elle est modérément élevée) et Sulfate de déhydro-épiandrostérone (S-DHA) à la recherche d’un hyperandrogénisme surrénalien

Parfois, on complète le bilan hormonal par une échographie ovarienne endovaginale ou échographie abdominale à la recherche par exemple de kystes sur les ovaires, appelé syndrome des « ovaires polykystiques ».. Mais leur présence demeure rare.

S’il existe une aménorrhée et/ou une galactorrhée sans étiologie médicamenteuse, il faudra demander une prolactinémie.

En cas de suspicion clinique de syndrome de Cushing, il faudra demander un dosage du cortisol plasmatique et surtout du cortisol libre urinaire des 24 heures (FLU).

Le plus souvent l’acné n’est pas associée à des anomalies hormonales. En l’absence d’explication claire par les examens de sang, cette acné de la femme adulte n’a pas d’explication connue à ce jour, même si le rôle des cosmétiques et du stress est évoqué, mais pas encore démontré.

2/ Changement de contraception récent (il y a moins d’un an)

Le changement de contraception est souvent en cause dans l’apparition ou l’aggravation d’une acné de la femme

Parmi ces changements on peut citer :

  • mise en place d’un sterilet hormoné contenant des progestatifs,

Tout ce qu’une femme (ou un professionnel de santé) a besoin de savoir sur les DIU (page mise à jour !) http://t.co/SkIlYp3ghk

— Martin Winckler (@MartinWinckler) 8 Octobre 2015

  • pose d’un implant sous la peau,

Tout (ou presque) ce qu’il faut savoir sur l’implant contraceptif. (Article mis à jour.) http://t.co/sXr4w4M2ya

— Martin Winckler (@MartinWinckler) 13 Octobre 2015

  • patch au norelgestromine,
  • anneau vaginal à l’étonorgestrel,
  • changement de pilule : ce sont les progestatifs contenus dans les pilules qui sont potentiellement acnéigènes : gestodene, desogestrel, norgestrel, levonorgestrel, norgestrienone, norethisterone, lynestrenol… ).

Toute apparition d’acné apres mise en place d’une nouvelle contraception doit encourager à consulter son medecin

Cependant, les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) indiquent que les pilules de 1ère ou 2ème génération sont indiquées en première intention, et celles de 3ème ou 4ème génération en deuxième intention uniquement, compte tenu du risque accru de maladie thromboembolique veineuse.
Si un contraceptif doit être prescrit à une femme présentant de l’acné, il sera recommandé de prescrire :

  1. en première intention : lévonorgestrel qui est plutôt acnéigène… (Adepal*, Trinordiol*, Ludeal*, Minidril*, Optilova*… )
  2. en seconde intention : norgestimate (assimilé 2ème génération) et comportant une AMM (Autorisation de mise sur le marché) pour la contraception chez la femme présentant une acné (Triafemi*, Tricilest *… ).

Il n’est donc pas rare de voir apparaître de l’acné ou s’aggraver une acné préexistante lors de la mise en place d’une contraception chez la femme

Notamment, les pilules recommandées en 1ere intention par la HAS, à base de levonorgestrel, sont souvent en cause

Causes de l’acné de la femme

Les causes de l’acné de la femme sont nombreuses, on peut citer parmi celles-ci :

  1. Les hormones c’est-à-dire fluctuation des taux hormonaux, changement de contraception et sensibilité aux hormones sont des facteurs majeurs de l’acné de la femme.
  2. Les antécédents d’acné dans la famille
  3. Le stress qui provoque la libération de cortisol.
  4. L’utilisation de cosmétiques trop gras
  5. L’alimentation riche en sucres et en acides gras saturés
  6. Le fait de toucher ses boutons, qui provoque leur surinfection voire des plaies en cas de dermatillomanie

Comment soigner l’acné de la femme adulte

Le traitement de l’acné de la femme repose sur deux piliers

  1. Limiter les facteurs favorisants : utiliser des cosmétiques non comédogènes, voir s’il n’y a pas un problème hormonal ou un changement de contraception avant l’apparition des boutons, gérer son stress, manger sainement (l’idéal semble être le régime méditerranéen, ne pas toucher ses boutons…
  2. Traiter les boutons d’acné avec des produits anti acné (voir traitement de l’acné), sachant que la peau des femmes est souvent plus fragile et sensible que celle des adolescents

1/ Limiter les facteurs favorisants chez les femmes

Nous avons vu que l’acné de la femme adulte avait trois causes principales : hormones, stress et cosmétiques trop gras. Il faut donc jouer sur ces trois facteurs

1.1/ Les hormones et l’acné de la femme adulte

  • Traiter un trouble hormonal s’il existe

Le médecin utilise le plus souvent Androcur* pour cela s’il y a une petite anomalie du bilan hormonal

  • Changer de pilule pour l’acné

Nous avons vu que de nombreuses pilules étaient pro acnéigènes.

S’il n’y a pas de contre indication, le médecin utilisera des pilules diminuant l’acné.

Les seules pilules potentiellement anti acnéiques sont à base de :
– Acétate de chlormadinone (Belara )
– Acetate de cyproterone (Diane *, Holgyeme
, Evepar*, Minerva… ) : en cas d’hyperandrogénie et/ou d’hirsutisme, en cas de résistance à un traitement dermatologique bien conduit
– Dienogest (Qlaira )
– Drosperinone (Jasmine
, Yaz*… )
– Norgestimate (vu au dessus, les recommandations de prescription ne sont qu’en deuxième intention)

1.2/ Utiliser des cosmétiques pas trop gras

On trouve maintenant d’excellents fonds de teint couvrants en poudre ou en texture non grasse : il est donc possible de maquiller son acné sans l’aggraver

1.3/ Limiter le stress… si possible

Apprenez à respirer, vous détendre, vous relaxer…

1.4/ Manger sainement (régime méditerranéen)

Il faut limiter les apports en sucres et aliments à indice glycémique élevé. Voir l’article régime contre l’acné

1.5/ Ne pas toucher ses boutons

La manipulation des boutons provoque leur surinfection. Certaines femmes ont tendance à toucher constamment leurs boutons, à s’excorier la peau, à se manipuler tout le temps les boutons, on appelle cela la dermatillomanie et cela provoque souvent des plaies et des cicatrices d’acné

2/ Traitement de l’acné de la femme

2.1/ Mêmes traitements que pour l’adolescent

Le traitement est souvent long et difficile; il requiert les mêmes produits que pour soigner l’acné de l’adolescent

Voir l’article consacré à la façon de soigner l’acné

2.2/ Laser

Un espoir viendrait pour les peaux des femmes tolérant mal les produits utilisés pour les adolescents, du traitement de l’acné au laser

2.3/ Spironolactone

La spironolactone est un diurétique ayant des propriétés anti-androgène par inhibition compétitive avec la dihydrotestostérone. Plusieurs études (dont une francaise) ont déjà montré que la spironolactone pouvait être active à faible dose dans l’acné. Il faut préciser que l’usage de la Spironolactone est hors AMM (donc non remboursé).

Elles est utilisée à la dose de 2 comprimés par jour de 50 ou 75 mg soit 100 à 150 mg/j +de 15j/ mois. Elle peut être proposée notamment chez les femmes qui ont eu un échec à l’isotréinoïne, et en particulier quand il y a beaucoup de lésions inflammatoires. Les effets secondaires sont principalement des troubles des règles,), des crampes, une hypotension, une perte de poids/anorexie et des sensations vertigineuses.

Questions fréquentes

J’ai des boutons localisés sur le bas du visage. Pourquoi sont-ils uniquement sur cette zone ?

Il existe de nombreuses pathologies dermatologiques susceptibles d’engendrer des boutons sur le bas du visage. Parmi celles-ci, la plus fréquente est probablement l’acné. Cette maladie de peau, très fréquente durant l’adolescence (80% des adolescents en sont atteints), peut perdurer au-delà de l’adolescence, notamment chez la femme. Dans ce cas, il existe souvent un rôle hormonal, même minime, pouvant être incriminé dans la genèse de ce type d’acné. Par conséquent, les lésions prédominent souvent dans la zone équivalant à la barbe chez l’homme : mandibulaire, mentonnière et lèvre supérieure, car il s’agit d’une zone sous forte dépendance hormonale.
Parmi les autres problèmes de peau pouvant engendrer des boutons sur le bas du visage, on peut citer la dermatite périorale, qui comme son nom l’indique prédomine autour de la bouche, mais peut s’étendre bien au-delà. Certains auteurs ont décrit un déclenchement de la dermatite périorale lors de l’utilisation de dentifrice fluoré. La rosacée (complication de la couperose) peut elle aussi avoir une localisation sur le bas du visage (menton notamment). La liste n’est pas exhaustive et seule une consultation médicale vous permettra d’obtenir un diagnostic et un traitement adéquat, d’autant que ces pathologies peuvent être de prise en charge délicate.

2 réflexions sur « BOUTONS VISAGE FEMME : soigner l’acné de la femme (boutons du menton) »

  1. Dans cet article on ne parle pas du lait / produits laitiers comme cause de l’acné. Pourtant dans mon cas en remplaçant le chocolat au lait quotidien par du thé (expérience faite par hasard), eh bien au bout de quelques semaines l’acné avait bien régressé et aujourd’hui je n’ai quasiment plus d’acné : je ne bois plus de lait mais mange encore du fromage.
    Dommage que les dermatologues ne parlent pas de ça avec leurs patients … pour ma part cela m’aurait évité bon nombre de consultations chez le dermato et des crèmes et médicaments inutiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.