CALVITIE DE LA FEMME : la calvicie de la femme

Calvitie chez la femme

Eh oui, la calvitie n’est pas l’apanage des hommes, certaines femmes peuvent en être atteintes…

Elle touche même environ 20% des femmes quarantenaires

Il s’agit d’une chute de cheveux de la femme, survenant souvent dans un contexte d’antécédent familial de calvitie, assez sournoise car elle s’accompagne parfois d’une chute de cheveux modérée et pouvant passer inaperçue

Diagnostic de la calvitie de la femme

L’alopécie androgénétique de la femme est caractérisée par le fait qu’elle laisse apparaître une implantation des cheveux plus clairsemée et des cheveux plus fins sur l’ensemble du haut du crane en dehors de la lisiere frontale qui est souvent préservée.

Le diagnostic de la calvitie nécessite une consultation et parfois un examen appelé trichogramme (on prend quelques cheveux dans différentes zones du cuir chevelu et on les observe au microscope). Il permet de mesurer le calibre des tiges des cheveux et le rapport entre cheveux en phase de pousse et de cheveux morts.
On peut aussi recourir au phototrichogramme, qui consiste à raser une zone du cuir chevelu, et à la photographier 2-3j plus tard afin d’estimer la densité de cheveux en phase de pousse et la proportion de cheveux « normaux » et de cheveux ressemblant a du duvet.
La calvitie de la femme peut évoluer assez rapidement lors de changements hormonaux (accouchement, traitement hormonal, notamment contraception, voire après la ménopause… ).

Faut-il faire une prise de sang en cas de calvitie de la femme?

Parfois, un bilan hormonal est nécessaire, notamment si le médecin suspect une hyperandrogénie (augmentation de la pilosité (menton, lèvre supérieure… ), règles irrégulieres, acné… ).

Le bilan hormonal est réalisé le matin à 8 heures, en première partie de cycle, après arrêt de la contraception hormonale depuis au moins deux mois :

  • Testostérone et éventuellement Delta 4 androstènedione, une autre hormone ovarienne
  • 17-OH-progestérone (suivi d’un test au Synacthène* si elle est modérément élevée) et Sulfate de déhydro-épiandrostérone (S-DHA) à la recherche d’un hyperandrogénisme surrénalien

Une échographie à la recherche d’ovaires polykystiques.

S’il existe une aménorrhée et/ou une galactorrhée sans étiologie médicamenteuse, il faudra demander une prolactinémie.

En cas de suspicion clinique de syndrome de Cushing, il faudra demander un dosage du cortisol plasmatique et surtout du cortisol libre urinaire des 24 heures (FLU).

Comment soigner la calvitie de la femme?

Eviter les facteurs favorisants

Devant une calvitie débutante, il faut éliminer

une carence en fer associée ou un trouble thyroidien.

Pilule à climat androgénique (notamment en cas d’ acné de la femme) :

Toute contraception orale créant un climat hyperandrogénique peut décompenser un équilibre instable chez les femmes prédisposées et aggraver ou déclencher une calvitie.

Avant 35 ans chez une femme non fumeuse et sans facteur de risque de maladie thrombo-embolique le médecin prescrit le plus souvent

soit une pilule œstroprogestative minidosée à 20 ou 30 ng d’éthinylœstradiol et contenant un progestatif de troisième génération (gestodène, norgestigmate ou désogestrel),

soit la pilule Diane 35® contenant 2 mg d’acétate de cyprotérone et 35 ng d’éthinylœstradiol,

soit les pilules oestroprogestatives contenant de la drospirénone (Jasmine, Jasminelle, Yaz) mais il existe un risque de maladie thromboembolique plus élevée qu’avec une pilule classique. Les pilules Belara® et Triafemi® contenant du Chlormadinone acétate n’ont pas plus de risque que des pilules de deuxième génération à priori.

Une lotion, le minoxidil

Le minoxidil en lotion est alors le traitement local proposé, en plus du traitement hormonal si le bilan hormonal révèle une anomalie.

Il est utilisé chez la femme exclusivement à 2%, à raison de 1 ml deux fois par jour, en application locale sur un cuir chevelu sec.

Une accentuation transitoire de la chute est également possible pendant les six premières semaines et les résultats sont perceptibles après 3 mois.

Globalement, il existe une action antichute dans 70% des cas et une repousse discrète ou modérée dans environ 40%

Les effets secondaires sont rares

  • eczema
  • irritation
  • pellicules
  • hypertrichose chez la femme au niveau du visage. Ces hypertrichoses faciales régressent après l’arrêt des applications et elles sont observées chez des femmes ayant déjà un duvet cliniquement visible avant le début du traitement.

Enfin, le traitement par minoxidil est suspensif et l’arrêt des applications s’accompagne d’une disparition des effets bénéfique en 2 à 6 mois.

10 pensées sur “CALVITIE DE LA FEMME : la calvicie de la femme”

  1. Je n’ai pas non plus constaté de chutes de cheveux chez mes patients sous eflornithine, mais cet effet secondaire est connu en prise par voie orale notamment dans les maladies parasitaires et il est décrit avec l’application locale. Il faudrait comme je vous le signalais précédemment objectiver cette chute de cheveux au moyen d’examens (dermoscope voire trichogramme) pour pouvoir vous apporter un traitement approprié.

Posez une question au dermatologue