CELLULITE CUISSE : la cellulite des cuisses

Cellulite des cuisses

La cellulite de cuisse est un problème extrêmement fréquent chez la femme, même mince. Il est difficile de se faire une idée des risques et de l’efficacité des traitements variés qui existent sur le marché, allant du palper-rouler à la cryolipolyse, en passant par la chirurgie… L’ensemble de ces techniques sont plus ou moins efficaces en fonction du type de cellulite et de son stade. Quoi qu’il en soit, elles n’ont qu’une efficacité temporaire sans les deux clés de voute de la prise en charge de la cellulite

  1. faire du sport adapté
  2. faire attention à ses apports alimentaires

Des cuisses de rêve sans cellulite?

Qu’est-ce que la cellulite des cuisses ?

En terme médical, la cellulite de cuisse est une inflammation des tissus situés sous la peau, rien à voir donc avec le terme « cellulite de cuisse » couramment employé qui se réfère à l’aspect en peau d’orange que prend la peau des cuisses chez de nombreuses femmes. Le terme de cellulite de cuisse devrait donc etre remplacé par celui de capitons ou de peau d’orange des cuisses. Par commodité, nous emploierons quand meme le terme de cellulite, meme s’il est impropre.

La cellulite de cuisse a pour terme scientifique la « lipodystrophie gynoide« , encore définie comme une lipodystrophie segmentaire ou localisée du tissu conjonctif sous-cutané, par rapport à la stase veino-lymphatique régionale.

Cette dermo-hypodermite préfigure une histangiopathie associée à une réponse fibroblastique qui précède les altérations du segment capillaire et veineux, maintenu par ces dernières…
La cellulite de cuisse est extrêmement fréquente chez les femmes (on estime qu’elle touche 95 % des femmes âgées de 15 à 45 ans) et elle n’est pas toujours associée à de l’obésité : des femmes minces peuvent avoir une cellulite de cuisse.

Cellulite de cuisse en d’autres termes :

  • capitons des cuisses :

peau à aspect « capitonné » et flasque, avec de multiples crevasses et une surface irrégulière, où s’alternent protubérances et petites dépressions

  • « peau d’’orange » des cuisses:

tuméfaction des plans superficiels de la peau et à la dilatation des pores de la peau, s’accentuant sous l’effet d’une compression

Pourquoi a-t-on de la cellulite de cuisse ?

La cellulite des cuisses peut être associée à une :

  • fragilité vasculaire et formation d’’hématomes au moindre choc, microvarices, varicosités, oedeme des jambes
  • une sensation de jambes lourdes,
  • des tensions et des douleurs à la palpation des zones atteintes.

La cellulite (ou capitons) est liée à la conformation et à la taille des cellules graisseuses, de l’eau et des fibres collagène des cuisses, lui conférant un aspect en peau d’orange :

  • On trouve un tissu adipeux sous la peau, dont les cellules sont espacées par des travées fibreuses perpendiculaires à la peau, qui les sépare en loges graisseuses. Ces lobes adipeux servent de passage aux vaisseaux. Son épaisseur augmente et diminue selon le gain de poids. A la puberté, la graisse est stockée plus particulièrement dans les hanches, les cuisses…
  • Il y a souvent un défaut de résorption du liquide interstitiel sourdant par les jonction artério veineuses dans les tissus sous cutanés (insuffisance de drainage par le système lymphatique), d’ou un amas de liquide interstitiel ou ‘oedeme interstitiel’ (on parle souvent de facon impropre de « rétention d’eau »). Cet œdème interstitiel comprime à son tour les capillaires, entravant le retour veineux (le sang veineux retourne des pieds au coeur) et accentuant la stase. Les capillaires sous pression laissent alors passer plus de liquide à travers leur paroi, d’où un cercle vicieux qui se met donc en place, on dit couramment que « la cellulite a la propriété de produire une plus grande quantité de cellulite ». La rétention entrave aussi l’apport de sang artériel, d’où une baisse de perfusion des tissus sous cutanés (hypoxie : baisse des apports en oxygène dans les tissus)
  • Les hormones féminines (oeœstrogènes notamment), la prolactine et un régime riche en hydrates de carbones tendent à rendre les cellules graisseuses plus grosses ce qui réduit encore le flux sanguin et le drainage lymphatique.

On voit donc que la cellulite a une composante vasculaire importante++

La cellulite est plus importante s’il existe beaucoup de graisse sous la peau mais il est possible d’observer un aspect de peau d’orange même lorsqu’il y a très peu de graisse, chez une femme mince par exemple. La graisse située au niveau des cuisses est en effet difficile à faire disparaître car il s’agit d’une zone naturelle de stockage des graisses chez la femme, destinée à faire face aux besoins éventuels (famine, grossesse, allaitement… ). Qui plus est, l’’effet des traitements contre la cellulite est temporaire et ceux-ci doivent être répétés pour espérer une réduction significative de la cellulite à long terme.

Quels sont les types de cellulite des cuisses?

On classe le plus souvent la cellulite des cuisses sous plusieurs formes souvent associées entre elles :

  • cellulite ferme

Les muscles sont recouverts d’une couche dure et compacte de graisse qui semble y adhérer (impossibilité de faire glisser les plans superficiels de la peau sur les plans plus profonds, ce qui provoque des douleurs). A la pression, l’aspect de « peau d’orange » prédomine

  • cellulite flasque ou molle

Il s’agit de la forme la plus courante, ayant un aspect mou, flasque et tremblant. En revanche les plans superficiels glissent sur les plans profonds.

En position debout, la cellulite lorsqu’elle est évoluée présente des « bourrelets ». En position assise ou allongée, la graisse ‘pendouille’ de chaque coté. En mouvement, la masse graisseuse se balance en suivant le rythme de la marche.

Lorsqu’on presse la peau, la texture sous cutanée est molle et contient des petits nodules plus fermes.

Ce type de cellulite est souvent accompagnée de signes vasculaires (lourdeurs et douleurs de jambes, fluctuant au cours du cycle menstruel)

  • cellulite œoedémateuse

Il s’agit de la forme la plus grave mais la moins fréquente. L’ oe’œdème des jambes est constant, virant au lymphoeœdème

Quelle est le stade de ma cellulite de cuisse?

On peut diviser l’évolution naturelle de la cellulite en 4 phases :

  • cellulite latente ou de degré I

La surface de la peau reste plane : la cellulite n’est visible que lors de la contraction des muscles ou du pincement de la peau. À ce stade, il est souvent possible de limiter l’évolution vers des formes plus graves par des soins adaptés.

  • cellulite naissante ou de degré II

L’aspect en « peau d’’orange » ou de capitons devient visible lorsqu’on est debout. En général, cette forme répond bien aux soins.

  • cellulite critique ou de degré III

On voit la cellulite debout et se dessinent des nodules visibles à l’oeil nu. Elle est au moins en partie, encore réversible vers les stades I et II avec des traitements adéquats, mais cela est rarement durable, car il s’agit d’une tendance personnelle et qu’on commence à voir des troubles oedemateux et fibrineux profonds : « plaques lipodystrophiques », nodules douloureux lorsqu’ils sont comprimés entre les doigts et une adhérence au plan profond par formation de brides fibreuses entre les lobules graisseux. Il existe des signes circulatoires (oedeme modéré, télangiectasies et varicosités, ecchymoses…

  • cellulite fibro-lipodystrophique ou de degré IV

C’est le stade le plus grave. L’insufficance veineuse est majeure, avec lymphoedeme et bien sur la cellulite est tres affichante. Il s’agit du stade ou les traitements chirurgicaux sont les seuls à avoir une efficacité


Quels sont les facteurs aggravant la cellulite des cuisses ?

Plusieurs facteurs sont susceptibles d’accentuer la peau d’orange, notamment :

– la quantité de graisse présente sous la peau :

plus on a de graisse, plus la peau d’orange est profonde et apparente

– les facteurs hormonaux :

on peut citer par exemple la contraception, certaines pilules contraceptives ont en effet tendance à aggraver la cellulite et on peut donc demander à son médecin de réadapter la contraception en cas d’aggravation de la cellulite apres un changement de pilule par exemple.

– les facteurs circulatoires :

une insuffisance veineuse avec varices et varicosités, un lymphoedème (rétention de lymphe dans les jambes), un oedeme (rétention d’eau dans les jambes et les cuisses)… sont des facteurs aggravant la cellulite et il convient de les prendre en charge sur le plan médical et paramédical. Le port de vêtements serrés, de talons hauts, la sédentarité… doivent être évités

Que peut on faire contre la cellulite de cuisse?

La cellulite peut être combattue au moyen de divers traitements anti cellulite, qu’il est souvent utile de répéter et associer, parmi lesquels on peut citer :

Les cremes contre la cellulite (cremes anti-cellulite, cremes anti-capitons… ) :

le plus souvent à base de caféine ou d’actifs drainants, les crèmes contre la cellulite n’ont qu’une efficacité transitoire… en savoir plus sur les cremes anti cellulite

Le sport anti-cellulite :

toute activité physique et sportive soutenue aide à lutter contre l’accumulation de graisse. Le sport est une des bases du traitement de la cellulite, certains exercices permettent de muscler préférentiellement les zones de stockage comme les fesses ou les cuisses… en savoir plus sur les exercices anti cellulite

Les régimes contre la cellulite :

c’est l’autre pierre angulaire du traitement contre la cellulite… en savoir plus sur les regimes anti cellulite

Les traitements médicaux contre la cellulite :

Cellulo lipolyse

Cryolipolyse

Drainage lymphatique

Laser contre la cellulite

Mesotherapie – cellulite

Ultrasons – cellulite

Infra rouges – cellulite

Palper-rouler, endermologie ® (Cellu-M6 ®)

Les traitements de chirurgie contre la cellulite : liposuccion ou lipoaspiration, plasties…

Posez une question au dermatologue (pas d'avis médical)