EPILATION LASER MENTON : se faire épiler le menton au laser

Epilation au laser du menton (barbe chez la femme)

La demande d’épilation du menton chez la femme est fréquente

Eliminer un trouble hormonal

Chez la femme, la présence de poils noirs sur le menton ou la zone de la barbe doit amener à consulter un médecin afin de déterminer s’il n’existe pas un trouble hormonal sous-jacent.

Le cas échéant, mieux vaut traiter le trouble hormonal car l’épilation laser du menton risque alors d’être un échec.

En effet, la présence de poils au menton peut trahir un hirsutisme, une augmentation des poils sur les zones masculines (barbe, voire torse, dos…) chez la femme à partir de l’adolescence ou de façon brutale chez une femme adulte (on craint alors une tumeur sécrétante).

L’hirsutisme est le reflet d’un effet des hormones masculines ou androgènes sur l’organisme de la femme.

Il existe trois grands types d’androgènes pouvant engendrer une pousse des poils dans les zones masculines chez la femme :

– les androgènes ovariens (Testostérone et Delta 4 Androstènedione) peuvent être dus à une tumeur ovarienne ou plus fréquemment à des microkystes sur les ovaires (syndrome des ovaire polykystiques).

androgènes surrénaliens (la surrénale est une petite glande située sur chaque rein) : SDHA pour Sulfate de Dé Hydroépi Androstérone ou 17 hydroxyprogestérone (17-OHP).

– le cortisol qui lorsqu’il est augmenté dans le sang (syndrome de Cushing) peut provenir de la prise prolongée de corticoides, d’une tumeur corticosurrénalienne  ou d’une tumeur sécrétant de l’ACTH (hormone faisant sécréter du cortisol par la corticosurrénale) le plus souvent pulmonaire.

Ainsi, un bilan hormonal est nécessaire, notamment si le médecin suspecte une hyperandrogénie (augmentation de la pilosité (menton, lèvre supérieure… ), calvitie de la femme, règles irrégulieres, acné… hyperséborrhée (peau grasse) ou de virilisation (hypertrophie clitoridienne, voix grave et rauque)

Le bilan hormonal est réalisé le matin à 8 heures, en première partie de cycle (6 premiers jours), après arrêt de la contraception hormonale depuis au moins deux à trois mois :

  • Testostérone et éventuellement Delta 4 androstènedione, une autre hormone ovarienne
  • 17-OH-progestérone (suivi d’un test au Synacthène* si elle est modérément élevée) et Sulfate de déhydro-épiandrostérone (S-DHA) à la recherche d’un hyperandrogénisme surrénalien

Une échographie ovarienne endovaginale à la recherche d’ovaires polykystiques.

S’il existe une aménorrhée et/ou une galactorrhée sans étiologie médicamenteuse, le médecin demande une prolactinémie.

En cas de suspicion clinique de syndrome de Cushing, le médecin demande un dosage du cortisol plasmatique et surtout du cortisol libre urinaire des 24 heures (FLU).

Les causes tumorales sont souvent d’apparition brutale chez une femme adulte alors que l’hirsutisme présent dès l’adolescence est le plus souvent du à un hyperandrogénisme fonctionnel ovarien ou surrénalien.

En cas de dosages hormonaux normaux et d’échographie ovarienne normale, on parle d’hirsutisme idiopathique.

On distingue l’hirsutisme d’une augmentation de la pilosité normale (bras, jambes…) appelée hypertrichose, où les poils sont plus longs, épais et fournis sur les zones normales mais ne touchent pas la barbe et le menton. Cette hypertrichose existe dès l’enfance et elle est le plus souvent familiale (fréquente dans le pourtour du bassin méditerranéen et chez les bruns).

Pas pour le duvet ou les poils blancs du menton

Le laser fonctionne en détruisant la mélanine (le pigment) du poil. Les poils du menton sont souvent des poils relativement épais et foncés répondant donc bien au laser.

De deux choses l’une : soit il s’agit de duvet, et dans ce cas le laser ne fonctionnera pas car il n’y a que très peu de mélanine dans les poils

On peut alors recourir à l’epilation électrique

Soit il s’agit de poils pigmentés (marrons ou noirs) et dans ce cas, le laser peut être tenté, cependant ces poils étant assez fins, ils nécessiteront en général un bon nombre de séances d’épilation laser (entre 6 et 10 espacées d’un mois) pour obtenir un résultat correct.

Il existe d’autres techniques que l’épilation laser de la barbe de la femme

On peut appliquer une crème à base d’eflornithine (Vaniqa*) pour empêcher la pousse des poils du menton. Bien sûr ce traitement est suspensif et non définitif : les poils repoussent dès qu’on arrête la crème

Bien entendu il est aussi possible d’utiliser la cire froide, la pince à épiler, épilation électrique au cabinet du dermatologue…

En cas d’hirsutisme, qu’il soit du à un hyperandrogénisme fonctionnel ovarien ou surrénalien présent depuis l’adolescence (légère augmentation des androgènes) ou idiopathique ( dosages hormonaux normaux et échographie ovarienne normale), il faut associer l’épilation laser à un traitement anti androgènes afin de limiter le risque de repousse : ce sont des molécules qui inhibent la liaison de la 5-dihydrotestostérone à son récepteur notamment dans les poils, y supprimant son effet stimulant la pousse. L’amélioration de l’hirsutisme ne s’observe qu’après environ 6 mois à un an de traitement.

Il en existe deux principales :

– l’acétate de cyprotérone (Androcur®), remboursé en France dans l’indication ‘hirsutisme’, associé à de l’oestrogène naturel en comprimé, en gel ou en patch : 1 comprimé d’Androcur® 50 mg/j 20 jours/28.

– la spironolactone (Aldactone®), un diurétique qui peut être proposé par le médecin hors AMM (donc non remboursé) : 2 comprimés par jour de 50 ou 75 mg soit 100 à 150 mg/j + 15j/ mois, un progestatif non androgénique.

Contre indications de l’épilation laser de la barbe de la femme

Les contre indications principales sont :

  • troubles de coagulation,
  • troubles de la cicatrisation,
  • infection bactérienne (impetigo, acné… ) ou virale (herpes… ) en cours. En cas d’antécédent d’herpes labial (bouton de fièvre), le médecin peut prescrire un traitement anti herpes à prendre par comprimés ou appliquer en creme quelques jours avant et après la séance de laser
  • diabète déséquilibré,
  • prise d’un médicament photosensibilisant
  • epilation à la cire, pince ou crème dépilatoire dans les 2 semaines qui précèdent (l’épilation laser serait alors moins efficace).
  • décoloration pour la meme raison
  • maquillage permanent de l’ourlet de la lèvre inférieure (risque de faire virer la couleur des pigments lors de l’impact laser : le rouge vire au noir… ) . Il vaut mieux éviter les impacts laser dans cette zone
  • trouble hormonal provoquant la pilosité du menton (mieux vaut traiter le trouble hormonal)
  • grossesse

Comment se passe l’épilation laser du menton (barbe de la femme) ?

Il est possible d’appliquer une crème anesthésiante toutes les 10 minutes pendant une heure avant la séance

Le médecin donne des lunettes de protection ou des coques opaques en métal) pour protéger les yeux.

Il faut enlever tout bijou (piercing… ) avant la séance ainsi que le fond de teint, le rouge à levre…

Le médecin balaye la zone avec le laser en évitant de passer deux fois sur la même zone afin d’éviter tout risque de brûlure de la peau

Il demande à la patiente de fermer la bouche et de mettre la langue entre les dents et la zone où se trouve le laser afin que ce dernier ne touche pas l’émail des dents lorsqu’il passe sur la lèvre inférieure

Les impacts laser provoquent un picotement

Après la séance d’épilation laser du menton

La zone est souvent un peu rouge, les abouchements de poils peuvent gonfler et rester gonflés quelques jours. On peut appliquer une crème cicatrisante pendant une semaine après la séance

Les poils mettent environ une semaine à s’éliminer sous forme de poils carbonisés

Il ne faut pas s’exposer au soleil pendant 3 semaines ou plus après la séance et appliquer une creme solaire 50+

Il faut éviter tout soin agressif tant que les rougeurs persistent (masque abrasif… )

Posez une question au dermatologue (pas d'avis médical)