CANDIDOSE BUCCALE : la mycose de la bouche

Candidose de la bouche

Candidose profuse de la bouche et des levres

Les candidoses sont le plus souvent dues à Candida Albicans, levure vivant  » normalement  » en bon équilibre avec l’’organisme dans le tube digestif et les muqueuses génitales.

La mycose de la bouche prend généralement deux formes : une forme de mycose située à l’extérieur de la bouche, au coin des lèvres (la perlèche) et une forme de mycose située dans la bouche, le muguet

Formes de candidoses de la bouche

Le muguet

Le muguet est une mycose de l’interieur de la bouche caractérisée par une rougeur de la muqueuse de la bouche, recouverte de lésions blanchâtres dans la bouche, semblables a du lait caillé. Le muguet peut s’accompagner de brulures, de perte de gout, d’un gout de fer dans la bouche

Muguet
Muguet

Voir la fiche sur le muguet

La perlèche

Voir l’article fissure du coin des lèvres

Perleche : peau sèche au coin des lèvres
Perleche : peau sèche au coin des lèvres

Forme grave, la candidose buccale de l’adulte ou muguet de l’adulte

Souvent liée à une immunodépression, une candidose digestive…

Candidose de la bouche
Candidose de la bouche

Langue noire

Voir l’article langue noire

Langue noire
Langue noire

Langue rouge

Langue rouge

Langue blanche

Langue blanche, candidose

 

Traitement de la candidose buccale

Lutte contre les facteurs favorisants

Lutte contre la sécheresse buccale, une dyskinésie œsophagienne, une inflammation chronique des muqueuses, une colopathie, un diabète, un traitement par anti-acides

Bains de bouche avec une demi cuilleree a cafe de bicarbonate de sodium dans un petit verre d’eau pour désacidifier la bouche

Traitement chez l’adulte immunocompétent

Antifongiques locaux durant 1 à 3 semaines :

  • nystatine (Mycostatine®) comprimés gynécologiques à 100 000 UI à sucer, 4 à 6 cp/j ; ne pas avaler
  • amphotéricine B (Fungizone®) suspension orale, quatre cuillères à café en 2 à 3 prises (1,5 à 2 g/j) ; ne pas avaler
  • miconazole (Daktarin®), gel buccal, deux cuillères-mesure quatre fois par jour. Ne pas avaler

Dans tous les cas, les antifongiques doivent être pris à distance des repas et des boissons et maintenus le plus longtemps possible en contact avec la muqueuse (quelques minutes au moins) avant d’être avalés.

La prise simultanée de laxatifs, d’huile de paraffine ou d’accélérateurs du transit est contre-indiquée.

Leur tolérance est bonne à part quelques troubles digestifs (1% des cas) et sensation de brûlure ou de troubles du gout avec le miconazole (Daktarin®). La prise d’anticoagulants anti-vitamine K ou de sulfamides hypoglycémiants est déconseillée avec le Daktarin® qui peut en potentialiser les effets.

Leur principal inconvénient est leur mauvais goût…

Traitement oral

Il a pour but de désinfecter le tube digestif :

  • Mycostatine® (8 à 12 cp/j en 3 à 4 prises),
  • Fungizone® (6 à 8 capsules en 3 à 4 prises),
  • Daktarin® (8 cp/j en 3 à 4 prises).

Traitement de l’adulte immunodéprimé

On associe alors un traitement par comprimés au traitement local et il est souvent nécessaire d’effectuer des traitements préventifs des récidives, au moyen de médicaments tels que Nizoral®, Triflucan® ou Sporanox®

Traitement du bébé et de l’enfant (muguet)

Chez l’enfant et le bébé, le traitement peut être :

  • Mycostatine® suspension buvable, 5 à 30 doses par jour pour les bébés et 10 à 40 doses par jour pour les enfants, réparties en quatre prises par jour ;
  • Fungizone® suspension, 1 cuillère à café/10 kg/24 h en 2 à 3 prises (50 mg/kg/j) ;
  • Daktarin® gel buccal, 1 cuillère mesure (2,5 ml) quatre fois par jour.

Perlèche

Voir l’article fissure au coin des lèvres

Autres candidoses distinctes de la candidose de la bouche :


Les atteintes génitales, chez l’’homme comme la femme sur les muqueuses, elles sont généralement rouges et avec un enduit blanc et brûlent ou démangent. Leur découverte nécessite un traitement du (des) partenaire(s). Voir mycose du sexe et mycose vaginale

L’’atteinte des plis, qui sont rouges vernissés et luisants rougeurs entre les cuisses

Atteinte des ongles, donnant souvent en plus de l’’atteinte de l’ongle proprement dit, une irritation sur son pourtour. Voir mycose des ongles

2 réflexions sur « CANDIDOSE BUCCALE : la mycose de la bouche »

  1. Vous mettez en avant pour traiter une mycose buccale le FUNGiZONE alors je vous prie de prendre connaissance du message extrêmement douloureux d’une patiente qui a pris ce traitement et quelles sont les suites apportées. Comme toujours alors que de nombreux pays ont retiré ledit traitement la France pour des raisons financières à la botte des laboratoires traîne les pieds au risque d’accidents graves. C’est pitoyable… J’aimerais bien que vous me répondiez et je vous en remercie par avance.

    Bonjour,
    J’aimerais recueillir le témoignage de personnes qui, comme moi, ont vu leur vie renversée après la prise d’un médicament appelé « Fungizone », un amphotéricine b. Il est prescrit dans le cas de mycoses mais peut avoir des effets indésirables très dangereux et c’est pourquoi il est interdit dans de nombreux pays en dehors de la France. Dans mon cas, je suis arrivée au seuil de la mort en l’espace de 4 mois après la prise de ce médicament (que j’ai limitée à 18 jours sur les conseils d’un gastro-entérologue, au lieu de 20 jours initialement prescrits) et j’ai dû être désintoxiquée de ce médicament pour survivre. J’ai perdu 20 kgs en l’espace de 2 mois (je ne pesais plus que 34 kgs), mes os étaient devenus mous, mes intestins ne fonctionnaient plus et je survivais grâce aux lavements et hydrothérapie du côlon, aucun aliment n’était assimilé j’éjectais une diarrhée verdâtre foncée nauséabonde, tout mon corps était devenu douloureux et je pouvais à peine marcher. Je suis devenue aussitôt extrêmement allergique à tout et encore aujourd’hui, cela m’exclut de toute vie sociale (toutes les odeurs m’agressent et je suffoque, je perçois les moindres odeurs, dès que je mange quelque chose, je suis amorphe). Il semblerait que cela s’appelle une réaction d’Herxheimer mais dans mon cas, cela a failli me coûter la vie et après 4 mois d’incompétence thérapeutique en France au cours de l’été 2003, ma famille a dû se résoudre à me conduire dans une clinique holistique en Suisse où j’ai été hospitalisée pendant 12 semaines. Le médecin qui m’a suivi, un américain, connaissait très bien ce médicament qu’il a désigné comme un poison. Il m’a sorti un rapport de la communauté médicale internationale qui indiquait que Fungizone est reconnu comme extrêmement dangereux et qu’il ne peut être administré qu’en cas d’extrêmes situations car il peut être responsable de dommages irréversibles des reins, du foie, de suppression de moelle osseuse, d’anorexie etc… Si mes amis et ma famille ne s’étaient pas solidarisés pour rassembler plus de 31000 euros, je ne serai pas vivante aujourd’hui.
    J’ai appelé le fabricant de ce médicament qui n’a pas voulu recueillir mon témoignage. J’ai alerté le service de surveillance pharmacopée mais en vain. Pourquoi la communauté médicale française ferme-t-elle les yeux sur le problème des mycoses souvent lié aux intoxications chroniques aux métaux lourds et aux solvants, qu’ils émanent des amalgames dentaires, du poisson ou des pesticides ?
    Dans mon cas, à mon entrée en clinique, mes analyses de cheveux montraient que le taux minimum de mercure qui avait circulé dans mon sang au cours des 6 dernières semaines était plus de 7 fois supérieur à la normale. La seule explication donnée était que le médicament avait tué des mycoses qui en mourant avait libéré tant leur toxines que le mercure qu’elles avaient emmagasiner. Des études scientifiques faites aux Etats-Unis ont révélé que les mycoses se développent considérablement en présence de mercure et qu’en comparaison, leur développement en présence de sucre est insignifiant.
    J’aimerais recueillir vos témoignages. Je souhaite que l’industrie pharmaceutique ne puisse plus promouvoir la maladie et faire de nouvelles victimes.
    J’ai vécu un enfer, j’ai eu très peur de mourir, je me suis sentie sortir de mon corps et aujourd’hui encore, je me bats chaque jour, par des soins quotidiens, pour retrouver la santé et jouir d’une vie sociale.
    Merci à vous.

  2. L’utilisation de l’amphotéricine se fait le plus souvent localement, en bains de bouche, sans avaler. Les risques d’effets secondaires sont par ce biais beaucoup moins probables. Cependant l’utilisation de tous les médicaments même l’aspirine ou le paracetamol exposent à des effets indésirables graves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.