PLAIE DE LA PEAU : comment soigner une coupure? quel pansement?

Soigner une plaie sur la peau : trouver le bon pansement

Tout d’abord il faut bien distinguer les types de plaies :

Types de plaies

On distingue les plaies aigues des plaies chroniques

Plaies aigues

Plaies traumatiques : coupure de couteau, chute…

Brulures

Plaies chroniques

Ulcère de jambe

Escarre

Comment soigner une plaie

 

La prise en charge des plaies cutanées répond à quelques principes :

– Une plaie cutanée nécessite généralement de contrôler la vaccination antitétanique (un rappel tous les dix ans pour les adultes)

– Une plaie doit être maintenue propre et les tissus nécrosés doivent être enlevés par une infirmière ou un médecin

Contrairement à une idée reçue, une plaie cicatrise mieux et plus vite en milieu humide qu’en milieu sec. Il ne convient donc pas de laisser sécher une plaie « à l’air » car la cicatrisation sous la croûte est plus lente. C’est le rôle des pansements

Les pansements qui aident la cicatrisation

Longtemps, les plaies ont été couvertes de substances végétales (emplâtres de feuilles) ou animales (graisse, miel… ).

Il existe dorénavant de nombreux types de pansements répondant aux différentes phases de la cicatrisation (détersion, bourgeonnement et épithélialisation).

La plupart de ces pansements sont à laisser en place plusieurs jours de suite et permettent de se laver sans mouiller la plaie :

– Hydrocolloides et hydrogels :

il s’agit de dérivés du cellulose.

Les hydrocellulaires

sont des pansements à utiliser plutôt sur les plaies exsudatives

et les hydrogels

sont comme leur nom l’indique des gels que l’ont place plutôt sur les plaies dont on souhaite la détersion d’une plaie.

– Films de polyuréthane :

il s’agit de films transparents ayant pour fonction de maintenir le climat humide tout en étant perméables à la vapeur d’eau, ce qui permet d’éviter la macération sur un plaie pas trop exsudative.

– Alginates :

il s’agit de dérivés d’algues brunes, ayant la propriété de former un gel avec l’exsudat de la plaie

– Hydrocellulaires :

il s’agit de sortes de mousses très absorbantes pour plaies exsudatives

– Pansements au charbon :

ils sont surtout indiqués pour les plaies sales et malodorantes

– Tulles :

il s’agit de mailles souvent recouvertes de vaseline, paraffine, voire d’antibiotiques ou d’antiseptiques. Ils sont plutôt à réserver aux plaies dont la cicatrisation est en cours.

– Les pâtes et gels osmotiques ainsi que les enzymes protéolytiques

Elles ont un rôle de détersion des plaies.

Prise en charge des plaies : les progrès récents

Ces dernières années ont vu apparaître des nouvelles générations de produits de plus en plus sophistiqués n’ayant plus le simple rôle de pansement mais aidant véritablement la cicatrisation puisqu’il s’agit de substances jouant un rôle dans les phénomènes microscopiques de la cicatrisation : pansements utilisant des facteurs de croissance et substituts cutanés

– Les facteurs de croissance

Les facteurs de croissance sont des substances ayant un rôle stimulant sur la croissance des cellules cutanées. Il existe des facteurs de croissance de synthèse et d’autres issus de produits biologiques (plaquettes ou sang du patient).

– Les substituts cutanés :

Il s’agit de pansements contenant des cellules cutanées (« culture de peau », surtout utilisée pour traiter les brûlures de grande taille) et les substances biologiques (acide hyaluronique, collagène)