PSORIASIS : solution contre le psoriasis

Psoriasis

Le psoriasis touche plus de 1 million de français (on considère qu’environ 2 à 5% de la population est touché).

C’est donc une maladie de peau tres fréquente, le plus souvent bénigne mais ayant un retentissement psychologique et social important.

psoriasis
Plaque de psoriasis

Pourquoi le psoriasis / Causes des poussées de psoriasis / Les types de psoriasis (psoriasis du cuir chevelupsoriasis des ongles… )/Pathologies associées / Traitement psoriasis / Points clés / Questions fréquentes / Et pour aller plus loin…

Pourquoi a-t-on du psoriasis?

Voir l’article : pourquoi a-t-on du psoriasis

Quelles sont les causes des poussées de psoriasis ?

Le psoriasis est une maladie évoluant par poussées.

Les facteurs déclencheurs de poussées de psoriasis sont principalement

  • un traumatisme psychologique, un stress, une fatigue qui sont souvent retrouvés avant une poussée comme pour le déclenchement de la maladie

Le rôle du stress est important chez 30 à 40% des patients, essentiellement lorsque le psoriasis à commencé tôt dans la vie.

  • Une infection ORL peut déclencher une poussée, même chez l’’adulte, comme c’est le cas chez l’enfant pour le déclenchement de la maladie
  • Un traumatisme cutané : le psoriasis peut survenir sur une cicatrice récente, une irritation… par  » phénomène de Köbner « .

Ce phénomène est observé dans certaines maladies de peau (Vitiligolichen plan, psoriasis… ) : les plaques de la maladie tendent à s’accentuer aux endroits souffrant de traumatismes chroniques, meme mineurs (frottements chronique sur les coudes, les genoux, frottement des mains… ).

Il est donc recommandé d’etre particulièrement doux avec ses plaques de psoriasis, car le frottement ou le grattage des plaques tend à les aggraver (voir l’article sur le traitement du psoriasis).

De même, si le soleil à petite dose peut être bénéfique, un coup de soleil sera souvent suivi d’une aggravation du psoriasis.

 

  • Certains médicaments (les Béta bloquants, les IEC, le lithium, l’interféron, le G-CSF, l’imiquimod, l’interleukine 2, plus rarement les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les antipaludéens) peuvent déclencher des poussées de psoriasis ou le plus souvent aggraver un psoriasis. Il faut donc avertir son médecin de son psoriasis et son dermatologue des médicaments que l’on prend
  • Chez les femmes, les règles peuvent être des moments de poussée de psoriasis
  • La consommation régulière d’’alcool aurait un effet aggravant (poussées plus fréquentes et plus difficiles à traiter) sur le psoriasis. On pense que le tabac serait aussi un facteur aggravant (le tabac ne provoque pas de poussée mais il aggrave l’inflammation). L’alcool peut jouer un rôle de deux façons :
    • L’abus d’alcool, fréquent chez les patients souffrant d’un psoriasis sévère, aggrave le psoriasis.
    • La prise de boissons alcoolisées en quantité normale peut, chez un petit groupe de patients, provoquer dès le lendemain une poussée, le plus souvent qui démange.

L’évolution de la maladie est donc émaillée de poussées plus ou moins importantes et de chronologie assez imprévisible car le facteur déclencheur n’est pas toujours individualisable. Le psoriasis est une maladie de peau chronique marquée par des poussées et des rémissions (ces dernières s’observent souvent l’été car le soleil tend à blanchir le psoriasis)

De même la gravité de la maladie est très variable d’un individu à l’autre :

  • sur le plan chronologique tout d’abord : on peut présenter une poussée isolée de psoriasis et ne plus jamais en avoir, présenter une nouvelle poussée plusieurs (dizaines) d’années après, ou au contraire présenter des poussées tous les ans…
  • sur le plan de la surface de peau atteinte de même : on peut avoir une atteinte minime à vis sur les zones « bastion » (coudes, genoux, comme présenter des poussées minimes ou très étendues puis ne plus rien avoir…

Le psoriasis peut survenir à tout âge

Comment reconnaitre le psoriasis ?

Il existe beaucoup de formes de psoriasis ; les plus fréquentes sont :

  • Le psoriasis  » vulgaire  » ou typique, en plaques

Il concerne environ 80% des psoriasis et peut toucher de nombreux endroits du corps.

Les zones les plus fréquentes sont les zones soumises aux frottements chroniques : coudes, les genoux, le haut des fesses.

Les plaques sont bien limitées, rouges avec des squames blanches adhérentes.

psoriasis
Plaque de psoriasis
  • Le psoriasis des plis,

encore appelé psoriasis « inversé », touche le pli interfessier (voir psoriasis entre les fesses), les plis inguinaux, les plis sous mammaires… Il est caractérisé par un aspect du pli rouge brillant et lisse.

  • Psoriasis du cuir chevelu

Le psoriasis du cuir chevelu est très fréquent. Voir l’article psoriasis du cuir chevelu

  • Le psoriasis du visage

encore appelé sébopsoriasis, il constitue une forme grave de dermite séborrhéique

Voir l’article psoriasis du visage

  • Le psoriasis des oreilles

forme des lésions dans le conduit auditif, sur et autour des oreilles. Le psoriasis des oreilles peut etre aggravé par les branches de lunettes (phénomène de Kobner lié aux microtraumatismes réguliers)

  • Le psoriasis des paumes et des plantes

Voir l’article psoriasis des mains et des pieds

  • Le psoriasis des ongles

Voir l’article psoriasis des ongles

  • Le psoriasis  » pustuleux « 

pouvant être localisé aux paumes et plantes ou toucher tout le corps (forme grave). Il est lié à la présence de cytokynes différentes des autres formes de psoriasis, les IL-36 et IL-1.

  • Le psoriasis en goutte,

survenant parfois au décours d’une infection ORL, est caractérisé par de petites plaques de un à quelques centimetres disséminées sur le corps

  • Rhumatisme psoriasique

Le psoriasis peut être accompagné de douleurs articulaires, surtout des mains et pieds ou du bas du dos. Il faut les signaler à son médecin. On parle de « rhumatisme psoriasique ». Heureusement cela concerne moins de 10% des patients porteurs de psoriasis

J’ai du psoriasis, dois-je faire des examens de sang?

Le médecin pourra parfois rechercher des pathologies associées, notamment en cas de surpoids :

Le psoriasis est fréquemment associé avec des anomalies biologiques telles que le diabete de type 2 et les anomalies du bilan lipidique (augmentation du cholesterol et des triglycerides), ou cardiovasculaires telles que l’hypertension artérielle.

L’ensemble de ces anomalies consitutent un syndrome métabolique prédisposant les patients psoriasiques aux maladies cardiovasculaires. Il peut donc arriver que le médecin demande un bilan biologique à jeun (glycémie à jeun, bilan lipidique, bilan hépatique) et une surveillance cardiologique, de la pression arterielle notamment, en particulier chez les patients obèses.

Il sera demandé aux patients souffrant de psoriasis d’avoir une bonne hygiène de vie (régime adapté, absence de prise d’alcool ou de tabac qui constituent comme nous l’avons vu des facteurs aggravants).

Points clés :

  • Le psoriasis est une maladie le plus souvent bénigne mais qui présente un retentissement important
  • Le psoriasis n’est pas contagieux
  • Le tabac et l’alcool doivent être évités car il s’agit de facteurs aggravants de la maladie et d’autant qu’il existe une association statistiquement significative entre le psoriasis et un syndrome métabolique (trouble du bilan lipidique, tendance au diabète) ainsi qu’avec une hypertension artérielle
  • Le psoriasis peut aussi avoir environ une fois sur dix une expression articulaire, le rhumatisme psoriasique

Questions fréquentes :

– J’ai régulièrement des croutes dans la tete, est-ce du psoriasis?
Le plus souvent les croutes dans la tete sont le plus souvent dues a de la dermite séborrhéique (les pellicules)
Cependant, si vous présentez des croutes épaisses, coalescentes et situées sur des plaques rouges bien limitées, il peut s’agit de psoriasis du cuir chevelu

– J’ai du psoriasis résistant aux crèmes, y-a-t-il d’autres traitements?
Le psoriasis peut etre résistant aux traitements locaux
Heureusement il existe de nombreux autres traitements du psoriasis: UV, médicaments…

– Existe-t-il un traitement qui permette de se débarrasser définitivement du psoriasis?
Le psoriasis est une maladie qui peut disparaître spontanément de lui-même Les médicaments ne permettent quant à eux que de l’éteindre (on dit le « blanchir »).

– J’ai vu sur Internet un traitement naturel semblant tres efficace, qu’en pensez-vous?
Méfiez-vous des traitements vendus sur Internet : certains sont frelatés, et en général on ne vous présente que les (rares?) patients chez qui cela a fonctionné, le plus souvent sans vous mentionner le délai de rechute… Malheureusement, si ces traitements peuvent avoir un effet bénéfique sur certaines personnes, cet effet est souvent rare et parfois de courte durée. Fiez-vous plutot a des traitements dont l’efficacité a été prouvée scientifiquement et sur la durée.
– J’ai du psoriasis, vais-je le transmettre a mes enfants?
Rien n’est écrit sur le plan génétique. Si on retrouve effectivement du psoriasis dans environ un tiers des ascendants des personnes atteintes, la transmission de la maladie est encore mal comprise. Le psoriasis est une maladie due a des facteurs environnementaux survenant sur un terrain génétique prédéterminé, il n’est donc pas inéluctable que vous transmettiez cette maladie a vos enfants.

 

Et pour aller plus loin :

 

Revue de la littérature (en anglais) sur l’association psoriasis-dyslipidémie

Revue de la littérature (en anglais) sur l’association psoriasis-diabete

Vidéo de la Société française de dermatologie

Interview du Dr David FARHI, dermatologue, 64 Avenue des Gobelins, 75013 Paris

psoriasis

Qu’a-t-on appris de nouveau sur le psoriasis ces dernières années (en dehors des traitements) ?

La dernière décennie a été riche en avancée dans la connaissance du psoriasis. Ces avancées ont permis de mieux comprendre l’impact de la maladie et de mieux la prendre en charge dans sa globalité.

Le premier point important est le renforcement de l’intérêt porté au retentissement de cette dermatose, considérée encore trop souvent jusqu’à récemment comme un simple problème esthétique. De nombreuses études ont montré que le psoriasis pouvait avoir un retentissement sur tous les domaines (social, professionnel, familial, émotionnel, sexuel …) de la qualité de vie. Il a également été démontré que cette altération de la qualité de vie pouvait être comparable à celles dont sont responsables d’autres maladies chroniques telles que le diabète ou l’insuffisance rénale.

Le deuxième domaine d’avancée est la meilleure connaissance des maladies systémiques pouvant être associé au psoriasis, notamment le diabète, l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie et l’insuffisance coronaire. Ceci est surtout dans le phénotype II, forme de l’adulte d’âge mur.

Le troisième point est une meilleure connaissance de la physiopathologie du psoriasis, avec la découverte de nombreux gènes associé et de nombreuses cytokines impliquées dans le développement des plaques.

Quelles sont les nouveautés thérapeutiques et les espoirs d’avenir dans cette pathologie ?


Au cours des 5 dernières années, de nombreux traitements du psoriasis ont été mis sur le marché. Il s’agit aussi bien de nouveaux traitements locaux que de nouveaux traitements systémiques.

Concernant les traitements locaux, les principales avancées concernent la galénique. Un premier exemple est la mise à disposition des patients de médicaments combinant 2 principes actifs. Le principe étant qu’en diminuant le nombre de principes actifs applicables d’un seul geste, l’observance du patient, donc l’efficacité du traitement, est favorisée. Un autre domaine de progrès est le développement de nouvelles formes (lotion, gel, émulsion, shampooing) plus adaptée au traitement du psoriasis du cuir chevelu.

Concernant les traitements systémiques, 2 types d’avancées sont notamment à souligner. D’’une part une meilleure connaissance des modalités optimales de surveillance du méthotrexate, pour lequel une ponction biopsie hépatique est de plus en plus rarement réalisée.

D’autre part, l’’avènement des biothérapies. Cette classe a considérablement modifié l’approche du traitement des psoriasis graves. Le premier effet est qu’en offrant de nouvelles lignes de traitement aux patients présentant les formes les plus difficiles à soigner, les biothérapies ont « libérer » l’usage des traitements systémiques classiques, qui sont actuellement davantage prescrits qu’il y a 5 ans. Le deuxième effet est la possibilité d’obtenir une rémission complète ou quasi-complète à des patients réfractaires aux traitements systémiques classiques, pour lesquels l’impact sur la qualité de vie est la plus marquée. Enfin, l’avènement des biothérapies et les controverses qui leur sont liées ont amené à renforcer la réflexion sur le rapport bénéfice/risque attendu dans la prise en charge de cette maladie.

 

8 pensées sur “PSORIASIS : solution contre le psoriasis”

Posez une question au dermatologue