IMPETIGO : soigner l’impétigo de l’enfant

Impetigo

Un impetigo qu’est-ce que c’est / Signes de l’impetigo /
Autres types d’ impetigo / Traitement de l’impetigo /
Points clés / Questions fréquentes / Et pour aller plus loin…

Impetigo autour de la bouche chez l’enfant : début de l’éruption

L’impetigo, qu’est-ce que c’est ?

L’impetigo est l’ infection bactérienne de la peau la plus fréquente chez l’enfant. L’impetigo est du au Streptocoque pyogenes ou au Staphylocoque doré et il est très contagieux pour soi même (auto inoculation de lésions ailleurs sur le visage et le corps en les grattant) et les autres. Il est caractérisé par l’apparition généralement rapide sur le visage et/ou le corps de vésicules puis de croûtes jaunâtres, voire de bulles. Il peut survenir sous forme épidémique dans les écoles ou les collectivités d’enfants, notamment en période chaude.

Signes de l’ impetigo :

L’ impetigo est caractérisé par deux formes cliniques :

– l’impetigo croûteux à type de pyodermite

Impetigo
Impetigo croûteux à type de pyodermite

Très fréquent chez l’enfant de moins de 10 ans, c’’est la forme la plus fréquente (70% des impetigos). Sa lésion initiale est une vésicule souvent entourée d’une auréole rouge. La vésicule se rompt ensuite rapidement, suinte et se forme alors une croûte jaunatre dite mélicérique car elle ressemble à du miel cristallisé. Il est fréquent d’observer des ganglions dans la zone de drainage de l’impetigo. L’impetigo peut démanger. L’’affection est habituellement apyrétique.

Il est fréquent sur le visage

impetigo
Impetigo du visage

 

– l’impetigo bulleux

Plus rare, l’impetigo bulleux est du principalement au staphylocoque doré. Il est caractérisé par l’apparition de bulles à contenu trouble de 1 à 2 cm de diametre qui vont se rompre et laisser des érosions cutanées extensives

impetigo bulles
Impetigo bulleux

 

Il existe une forme rare bulleuse extensive d’impétigo provoquant de vastes décollements de peau en draps avec signe de Nikoslky positif (décollement de la peau avec un simple frottement), nommé épidermolyse staphylococcique aiguë.

Evolution, autres types d’ impetigo et complications :

L’impetigo guérit le plus souvent spontanément sans traitement. Cependant il n’est pas recommandé de s’abstenir de traitement car il existe des complications :
• Locales : abces, lymphangite, ostéite…
• Générales : pneumonie, septicémie, glomérulonéphrite post streptococcique…

L’impetigo peut aussi évoluer sous la forme

– d’echtyma, notamment au niveau des membres inférieurs chez les adultes fragilisés (alcooliques, diabetiques, immunodéprimés… ) : la croute devient noiratre et s’étend

– de pyodermite végétante en cas de macération : les lésions s’infiltrent et deviennent papillomateuses

Comment soigner l’ impetigo :

A/ Soins d’hygiènes et recommandations :

A.1/ Eviction scolaire :

jusqu’à guérison complète en cas de traitement local, ou 48h en cas d’antibiothérapie par voie orale

A.2/ Vérifier le statut vaccinal antitétanique

A.3/ Soins d’hygiène :

Lavage quotidien au savon des lésions

Couper les ongles et laver les mains fréquemment

Percer les bulles avec une aiguille stérile

B/ Traitement :

B.1/ Traitement local :

Application deux à trois fois par jour sur les lésions de crèmes antibiotiques telles que Fucidine ®, Mupiderm ®…

B.2/ Traitement général :

Une antibiothérapie par voie orale, le plus souvent à base de pénicillines, céphalosporines, macrolides… est indiquée notamment en cas d’impetigo extensif, étendu ou sévère, de localisations difficiles à traiter (zones péri orificielles, sous les couches… ), chez les personnes fragiles ou non compliantes, en cas de signes généraux (fièvre… )…

Les conseils du dermatologue :

  • Les infections de la peau et les infections des poils peuvent s’’aggraver en l’’absence de traitement adéquat (lymphangite,  » ganglions « , voire septicémie…). Lors de la survenue d’une lésion inflammatoire, il faut donc consulter et ne pas toucher ses lésions : la majorité de ces complications surviennent en effet à cause d’une consultation trop tardive ou de la manipulation des lésions.
  • Ne pas utiliser les anti-inflammatoires (cortisone ou non stéroidiens) pour les infections cutanées car ceux-ci laissent les infections s’’aggraver sans que l’on puisse s’en rendre compte.
  • Il ne faut pas oublier d’être à jour pour le vaccin antitétanique car une plaie cutanée peut être la porte d’’entrée du tetanos


Points clés :

  • L’impetigo est l’infection cutanée bactérienne la plus fréquente
  • L’impetigo peut se compliquer (abces, lymphangite, ostéo arthrite, pneumonie, septicémie… ) et son traitement est à base d’antibiotiques par voie locale et/ou générale
  • L’impetigo nécessite donc une consultation médicale

Questions fréquentes :

 

– A partir de quel âge en moyenne un bébé peut-il « attraper » un impetigo ?
Theoriquement, l’impetigo peut se voir a tout age, mais il est plus fréquent à partir de l’entrée en collectivité (crèche, école… ) car il résulte d’une contamination se produisant le plus souvent par le biais d’autres enfants, et sa fréquence diminue à partir de l’adolescence car le système immunitaire devient alors plus mature, et les adolescents acquièrent des réflexes hygiéniques dont les enfants sont encore peu conscients. L’éviction de la collectivité est importante pour éviter la transmission.


Et pour aller plus loin :

Vidéo (en anglais) sur l’ impetigo :


Vous êtes ici : Peau, cheveux et beauté, accueil >Impetigo

6 pensées sur “IMPETIGO : soigner l’impétigo de l’enfant”

  1. Ma fille a attrapé l’impetigo, je l’ai emmené chez un médecin qui lui a donné un antibiotique par voie orale sur une durée de 8 jours. La semaine qui suivait son frère l’a attrapé à son tour, je l’ai également emmené chez le médecin qui lui a prescrit du mupiderm et ma fille à de nouveau rattrapé l’impetigo 😔. Je lui ai donc mis cette crème antibiotique que ma prescrit le médecin mais les lésions n’arrêtent pas de sortir à droite et à gauche. Dois-je continuer le traitement et ça devrait se stopper ou bien faut il que je retourne voir le médecin pour traiter plus en profondeur ?

Posez une question au dermatologue