PITYRIASIS ROSE : durée, causes, symptomes, traitement du pityriasis rosé de Gibert

Pityriasis rosé de Gibert

Pityriasis rosé de Gibert

Le pityriasis rosé, décrit par le français Camille Melchior(!) Gibert au 19ème siècle, est une dermatose (maladie de peau) fréquente, bénigne, et guérissant spontanément.

Une fois guéri, le pityriasis rosé ne récidive qu’exceptionnellement.

Cause du pityriasis rosé

Le pityriasis rosé atteint surtout les adultes jeunes (avant 35 ans classiquement, avec une période majeure de recrudescence durant l’adolescence), il peut arriver que des cas surviennent au sein d’une même famille, dans un contexte de relations étroites (école, armée…, mais il n’est pas décrit d’épidémie de grande ampleur). et il semble plus fréquent au printemps et à l’automne, d’où l’hypothèse d’une origine infectieuse, mais qui n’est pas sûre…

A ce jour en effet, il n’a pas été possible d’identifier avec certitude un agent infectieux du PRG. Ont été incriminés puis inocentés les mycoplasmes, les Chlamydiae, l’agent de la fièvre Q et plusieurs virus : adénovirus, influenza A et B, para-influenza 1,2 et 3, virus respiratoire syncitial, virus herpès varicellezona, cytomégalovirus, parvovirus B19

La piste la plus probable semble se tourner vers des herpes viridae,
les human herpesvirus (HHV) 6 et 7 qui seraient réactivés secondairement au moment de l’infection par l’agent causal encore inconnu du Pityriasis rosé de Gibert.

D’autres auteurs se posent la question de l’incrimination de germes ORL, dont le Pityriasis rosé serait peut être une réaction immunologique de l’organisme à une infection ORL virale mais peu probablement bactérienne. Ainsi, si des indiens ont raccourci le délai de guérison de l’éruption en traitant les patients avec de l’érythromycine (antibiotique) par voie orale, d’autres études ultérieures en 2006 et 2008 n’ont pas retrouvé d’efficacité des antibiotiques

Symptômes

Le pityriasis rosé est dans 60% des cas précédé de prodromes : fièvre peu élevée (38.5°C), malaise général, maux de tête, nausées, douleurs articulaires, mal de gorge…

1/ Pityriasis rosé typique

1.1/ Deux types de lésions

Les médaillons

Il s’agit de sortes d’anneaux rosés, ovalaires ou arrondis, parfois discrètement boursouflés, mesurant plus de 1 centimètre et allant jusqu’à 6 centimètres de diamètre, avec une fine collerette desquamative sur leur versant interne. Leur centre du médaillon est de teinte beige, et présente une surface couverte de plis parallèles très fins qu’on peut mettre en évidence en écartant légèrement et en resserrant la lésion avec les doigts.

Les petites lésions de pityriasis rosé

Elles sont elles aussi rosées, parfois un peu boursouflées et desquamatives, mais elles sont rarement en anneau, sont plus petites (elles dépassent rarement 1 centimètre) et elles sont mal limitées.

1.2/ Deux temps d’éruption

Le médaillon initial, présent chez environ 60% des patients

C’est un médaillon de grande taille, formant une plaque annulaire rosée de quelques centimètres de diamètre (2 à 10 cms), d’extension progressive, finement squameuse, qui siège souvent sur le tronc (thorax, dos, ventre) ou la racine d’un membre
Le médaillon initial peut précéder de plusieurs jours (environ 1 semaine en moyenne, mais parfois jusqu’à 3 semaines) l’éruption secondaire et etre confondu avec une mycose de la peau

pityriasis rosé
Pityriasis rosé : le médaillon initial
L’éruption secondaire

Elle est constituée de quelques médaillons et de petites lésions : petites plaques rosées, souvent finement squameuses, notamment en leur centre, ce qui leur confère là aussi un aspect annulaire (clair au centre par la desquamation, rosé en périphérie).

Les plaques deviennent de plus en plus nombreuses en quelques jours (on parle d’efflorescence du pityriasis rosé) et s’étendent sur le tronc et les racines des membres, parfois allant jusqu’au cou. La durée de ces efflorescences de pityriasis rosé est de 10j à quelques semaines. Elles se disposent dans la forme typique de façon grossièrement symétrique sur le corps

Cette éruption de pityriasis rosé est souvent très inquiétante pour le patient. Heureusement elle s’arrête généralement au cou, aux coudes et aux genoux et ne touche que rarement (1 cas/10) le visage ou l’extrémité des membres.

Sur le dos, l’alignement de la disposition des petites lésions et du grand axe des médaillons se fait souvent de façon symétrique et oblique par rapport à l’axe de la colonne vertébrale (elles suivent les cotes) leur donne classiquement une disposition en « sapin de Noël ».

Les lésions disparaissent sans séquelles en quelques semaines (voir plus loin durée du pityriasis rosé). Il peut arriver qu’elles laissent des taches blanches ou des taches brunes qui disparaissent elles aussi en quelques semaines ou mois.

L’éruption de pityriasis rosé ne démange pas ou peu (il arrive que des démangeaisons importantes soient alléguées mais ceci est rare) et elle ne s’accompagne d’aucun signe général tel que fièvre, fatigue, courbaturesLeur présence évoque d’autres éruptions virales, une primo infection VIH…

pityriasis rose de gibert
Efflorescence de plaques autour de médaillon initial (situé sur la poitrine à gauche)

1.3/ Durée du pityriasis rosé de Gibert

La durée de l’éruption peut durer plusieurs semaines à plusieurs mois :

Nous avons vu que l’efflorescence de nouvelles lésions durait de 10j à quelques semaines.

Les lésions disparaissent spontanément en moyenne en 6 à 8 semaines après le début de l’éruption.

Il peut cependant arriver que les lésions persistent ou que surviennent quelques poussées de pityriasis jusqu’à 3 à 5 mois.

2/ Formes atypiques de pityriasis rosé

2.1/ Un médaillon initial isolé, sans eruption secondaire de pityriasis rosé

souvent confondu alors avec une mycose de la peau

2.2/ L’éruption secondaire de pityriasis rosé peut être

infiltrée (indurée)
sans médaillon initial
eczematisée

eczématisation souvent secondaire à un assèchement caustique de la peau (toilette avec des savons antiseptiques, application de produits caustiques tels qu’alcool, eau de Javel…), ou à une allergie de contact aux crèmes appliquées…

monomorphe

uniquement des petites lésions ou uniquement des médaillons.

micropapuleuse

micro lésions de quelques millimètres d’allure folliculaire  (plus fréquentes sur peau noire?)

inversée

forme rare dans laquelle les lésions sont disposées à l’inverse de la forme typique, aux extrémités des membres et sur le visage.

Diagnostic

Le diagnostic n’est pas toujours évident, surtout en cas d’éruption atypique. En cas d’éruption typique, le diagnostic repose sur le jeune âge, le médaillon initial, les prodromes, l’éruption typique sans signes généraux tels que fièvre, fatigue, courbatures… Leur présence évoque d’autres éruptions virales, une primo infection VIH…

Les diagnostics différentiels sont nombreux et il faut consulter un médecin devant toute apparition de plaques sur le corps, qu’il y ait démangeaisons ou non

On peut évoquer une primo infection VIH, une syphilis, une allergie médicamenteuse, un pityriasis lichenoide, un eczema, un psoriasis en goutte ou d’autres plaques rouges qui grattent

En dermatoscopie, la plaque de pityriasis comporte des éléments évocateurs:

  • vaisseaux en points
  • squames blanches sur fond jaunatre
Plaque de pityriasis : vaisseaux en points et squames blanches sur fond jaunatre

En cas de doute le médecin peut pratiquer une biopsie (prendre un bout de peau sous anesthésie locale) pour l’analyser au microscope (anatomopathologie)

Soigner le pityriasis rosé

En cas de pityriasis typique, on peut rassurer le patient quant à la guérison prévisible et la contagiosité quasiment nulle : le pityriasis rosé guérit spontanément en quelques semaines. On ne donne donc généralement pas de traitement, sauf en cas de démangeaisons, pour lesquelles on peut prescrire des crèmes cortisonées voire des antihistaminiques (traitement de l’allergie). Certains auteurs recommandent une exposition solaire modérée afin d’accélérer la disparition des plaques de pityriasis rosé.

8 pensées sur “PITYRIASIS ROSE : durée, causes, symptomes, traitement du pityriasis rosé de Gibert”

  1. bonjour j ai depuis pas mal de Temp des plaques qui s apparenterai a ce problème il y as un ans on ma diagnostiquer chlamydias et gono positif j ais été traiter
    penser depuis des années j ais toujours eu ses plaques mais la sa a empire
    penser vous que un test de dépistage est nécessaire
    en sachant que j ais une partenaire unique qui a été également traiter au même moment
    cordialement

Posez une question au dermatologue