LASER : traitement de la peau au laser

Laser pour la peau

L’utilisation des lasers est très fréquente sur la peau

Qu’est-ce qu’un laser?

Les lasers sont des sources de lumière particulière, car elle est composée de photons d’une seule longueur d’onde. On parle de lumière cohérente.

Comment fonctionne un laser sur la peau?

La longueur d’onde du faisceau laser

Selon la longueur d’onde, la lumière laser va être absorbée par 3 chromophores naturels dans la peau :

l’hémoglobine des globules rouges du sang,

la mélanine et les pigments des tatouages

et l’eau

La durée d’émission du faisceau laser

Selon la durée d’émission du laser, l’action va différer grandement sur la peau

Si la durée d’émission du laser est beaucoup plus courte que le temps de refroidissement de la cible, la chaleur générée dans la cible n’a pas le temps de diffuser alentours et d’y créer des dégats. On parle de photothermolyse sélective.

Si la durée d’émission est plus longue, il y a diffusion modérée de chaleur. On parle de photocoagulation sélective.

Si la durée d’émission est beaucoup plus grande, la diffusion de chaleur à est importante, aboutissant à une photocoagulation (températures de 50 à 90°C pendant environ une seconde) voire une volatilisation (>100°C pendant quelques microsecondes à quelques dixièmes de secondes).
Une mention spéciale aux lasers Q-Switched (ou lasers « déclenchés ») pour lesquels la durée d’impulsion est si brève que la chaleur générée au niveau de la cible n’a pas le temps de diffuser alentours. Il se produit alors une variation brutale du volume de la cible : c’est l’effet photomécanique.

Lasers vasculaire

Leur cible est l’hémoglobine des globules rouges avec deux pics d’absorption à 530 et 577 nanomètres.

On peut citer le laser Nd-YAG encore appelé laser KTP et les lasers pulsés à colorant

Leurs indications principales sont l’angiome plan et les petits vaisseaux la rosacée (couperose au laser), les angiomes stellaires, les varicosités

Lasers pigmentaires

Leur cible est la mélanine ou pigment de la peau, et accessoirement le pigment des tatouages

On peut citer les lasers Alexandrite, Rubis et les Nd-YAG le plus souvent en mode déclenché (« Q-switched »)

Les indications sont le détatouage au laser, l’hirsutisme, l’hypertrichose, les folliculites de la barbe, les poils incarnés et bien sur les épilations « esthétiques » ou de confort (epilation laser)

A noter qu’il est dorénavant possible d’épiler au laser les peaux noires

Lasers ablatifs

Leur cible est l’eau. Il s’agit principalement des lasers CO2 et Erbium

Laser CO2 continu

Ce laser provoque une volatilisation des tissus, avec émission de fumées, qui sont potentiellement toxiques et infectantes (Papillomavirus) d’où l’utilisation d’un aspirateur de fumées et d’une protection du médecin par masque, lunettes, gants et blouse. On peut l’utiliser de deux façons :

En mode focalisé

Il devient un bistouri qui coupe en coagulant, pour enlever des lésions.

En mode défocalisé

Le faisceau est plus large ce qui permet une volatilisation des tissus sur une plus grande surface.

Ses indications sont les verrues rebelles au traitement, les condylomes et la papulose bowenoide, les botriomycomes, le rhinophyma de la rosacée

Laser CO2 pulsé et Erbium

Ces 2 lasers provoquent une exfoliation épidermique avec une atteinte modérée du derme superficiel provoquant un lissage et une synthèse secondaire de collagène dans les couches profondes, donc un comblement

Les indications sont représentées par les rides peu profondes, notamment péri-buccales et péri-oculaires, les cicatrices en creux peu profondes…

Interview du Docteur Isabelle Rousseaux from SNDV on Vimeo.

Posez une question au dermatologue (pas d'avis médical)