PRURIGO : le prurigo et son traitement

Prurigo


Le prurigo est une dermatose prurigineuse caractérisée par des 
papules infiltrées, souvent secondaire à une autre dermatose (eczema, piqures d’insecte… ).

On distingue classiquement le prurigo aigu, subaigu et chronique


1/Prurigo aigu

Apparition de papules inflammatoires parfois bulleuses. Fréquent chez l’enfant. Ils sont souvent liés à une hyperréactivité aux arthropodes (aoutats… )



2/ Prurigo subaigu


Apparition le plus souvent chez la femme ayant souvent des difficultés émotionnelles, du stress etc. de papules rapidement excoriées, sur des régions facilement accessibles au grattage : haut du dos, le visage,
le cuir chevelu, la nuque, les fesses… , évoluant en cicatrices dépigmentées.



3/ Prurigo chronique (prurigo nodulaire de Hyde)


Un peu comme la forme subaiguë (et prédominant chez la femme aussi) mais siégeant préférentiellement sur les faces d’’extension des membres, le haut du tronc et les fesses.

 

Examens complémentaires diagnostiques


Histologie (le dermatologue prélève un petit morceau de peau sous anesthésie locale et l’envoie en analyse à un confrère anatomopathologiste qui l’examine au microscope) + IFD pour éliminer une maladie bulleuse débutante

Bilan à effectuer :
NF Plaquettes
VS
bilan hépatique et rénal
Fer, transferrine, ferritine
IgE spécifiques
Bilan thyroidien
Glycémie à jeun
Sérologies : hep B et C, VIH, toxocarose, strongyloidose

Rx poumons et échographie abdominale

 

Traitement du prurigo

Traitement de la maladie sous-jacente

si elle est identifiée

Crèmes contre le prurigo

Emollients, anti histaminiques, dermocorticoides, préparations à la capsaicine, vitamine D topique, Daivobet*, tacrolimus topique

injections de corticoides intralésionnels

cryothérapie

photothérapie,

Médicaments contre le prurigo :

anti histaminiques, acitrétine, thalidomide, naltrexone, erythromycine, immunosuppresseurs (MTX, ciclosporine, mycophénolate de mofétil, interféron…

6 pensées sur “PRURIGO : le prurigo et son traitement”

  1. Le traitement du prurigo nodulaire de Hyde ne s’envisage qu’après avoir réalisé le bilan sanguin et requiert le plus souvent la photothérapie (UV en cabine), des médicaments par voie locale (cremes à la cortisone, injections de corticoides…), voire orale détaillés dans l’article (anti histaminiques, acitrétine, thalidomide, naltrexone, erythromycine, immunosuppresseurs (MTX, ciclosporine, mycophénolate de mofétil, interféron…)

Posez une question au dermatologue