PIQURE DE TIQUE : symptomes, plaque ou tache rouge après morsure

Piqure de tique, que faire?

La piqure de tique expose au risque de maladie de Lyme, une infection (borreliose) à Borrelia Burgdorferi. Quelles sont les choses à savoir et à faire ? :

  1. Le risque de contamination est très faible si on enlève la tique dans les 24 premières heures, mais beaucoup plus important si elle est restée sur la peau plus de 72h.
  2. En cas de contact plus de 24h, le risque de contamination est plus important avec une tique adulte (voir comment déterminer le stade de maturation de la tique)
  3. Pour retirer la tique (voir comment enlever une tique) l’idéal est d’utiliser un tire-tique qu’on trouve en pharmacie, ou à défaut une pince à épiler à bouts recourbés, en la tenant au ras de la peau et en la mobilisant doucement pour qu’elle se détache sans arracher son rostre, qui s’il reste dans la peau risque de provoquer l’infection.
  4. Il faut ensuite bien désinfecter la plaie et la surveiller à la recherche de l’apparition d’une rougeur qui s’étend progressivement entre une semaine et un mois après la piqure, signant la maladie de Lyme
Piqure de tique

Qu’est-ce qu’une tique? Pourquoi est-ce dangereux de se faire piquer par une tique?

La tique est un acarien hématophage (qui se nourrit du sang de son hôte).

tique sur la peau
Tique sur la peau

La tique qui sévit en Europe et a pour nom latin Ixodes Ricinus.

Ou y a t il des tiques
Répartition géographique de la tique Ixodes Ricinus

En France métropolitaine, quasiment tout le territoire est touché par les tiques, notamment en période chaude (printemps -été-automne) et en particulier dans le Centre et l’Est du pays.

Les personnes sont piquées en se promenant ou en ayant des activités sportives en plein air, notamment dans les zones boisées et humides : les herbes hautes (fougères+++), les prairies et en foret. Mais on peut aussi être piqué par la tique dans les parcs urbains.

Le saviez-vous?

Il n’y a pas de tiques (ni d’acariens) au dela de 1500 m d’altitude, pas de risque donc en haute montagne.

La tique se fait infester par Borrelia Burgdorferi le plus souvent en piquant de petits rongeurs puis elle contamine l’homme en le piquant.

Toutes les tiques ne sont donc pas infectées par Borrelia Burgdorferi.

Il y a 3 stades évolutifs de la tique après éclosion de ses oeufs (B) : la larve (C), puis la nymphe (D) puis la tique adulte male et femelle (A). Plus la tique est évoluée plus elle est grosse. Plus elle est évoluée, plus elle a piqué de rongeurs dans sa vie et plus elle risque d’avoir été infectée.

les tiques
Cycle de la tique

Plus la tique qu’on découvre est grosse, plus elle risque donc d’être infectée.

L’homme est donc un « hote accidentel ».

La tique peut transmettre aussi d’autres maladies que la maladie de Lyme (Rickettsioses, autres borrélioses responsables de fièvres récurrentes, Tularémie… ).

Le risque de contamination augmente avec le temps de fixation de la tique contaminée : en dessous de 24h le risque est faible alors qu’il est quasiment total au dela de 72h.

Symptomes

Il y a deux grands cas de figure : on voit la tique plantée dans la peau, ou on a une simple rougeur après piqure, sans trace de tique

1/Simple piqure sans tique

On retrouve une simple rougeur, sans tique plantée sur la peau. Il est alors difficile de diagnostiquer une piqure de tique d’une autre piqure d’insecte.

Il faut regarder le bouton à la loupe, s’il existe encore un point noir au centre, cela peut être le rostre de la tique, que l’on a accidentellement grattée et arrachée, mais le rostre est resté planté dans la peau

Il faut alors consulter un médecin pour qu’il détermine s’il s’agit bien du rostre et qu’il l’enlève le cas échéant

>> Voir les différentes piqures d’insecte pour les distinguer d’une piqure de tique

2/ Une tique sur ma peau, que faire?

Il faut alors déterminer si la tique est adulte (plus de risque de contamination par la maladie de Lyme) ou une nymphe

Tique adulte

Enlever la tique correctement (voir « comment enlever une tique« ) et se surveiller pendant environ un mois à la recherche d’un erytheme migrant (il signe la maladie mais n’est présent que dans 50% des cas) et/ou des symptomes grippaux (fièvre, maux de tete, douleurs musculoarticulaires). Si vous ne présentez aucun de ces symptomes, à priori la tique n’était pas infectée

Simple point noir posé sur la peau : larve ou nymphe

Enlever la tique et se surveiller pendant environ un mois à la recherche d’un erytheme migrant (il signe la maladie mais n’est présent que dans 50% des cas) et/ou des symptomes grippaux (fièvre, maux de tete, douleurs musculoarticulaires). Si vous ne présentez aucun de ces symptomes, à priori la tique n’était pas infectée, ce qui est probable vu qu’il s’agit d’une nymphe ou d’une larve, ayant eu peu de temps pour se contaminer auprès de rongeurs

Comment enlever une tique :

Vous avez été piqué(e), il faut enlever correctement la tique

Le risque de contamination augmentant avec la durée de fixation, il faut enlever la tique le plus vite possible.

Il existe plusieurs manières d’enlever une tique, dans tous les cas il faut éviter de laisser le rostre de la tique dans la peau car c’est lui qui est potentiellement infecté par la bactérie.

tete de tique
La tete de la tique

Ce rostre est un peu comme une meche de perceuse : il est rainuré et il faut donc tenter de l’enlever en effectuant des rotations de la tique et surtout pas en tirant uniquement la tique perpendiculairement a la peau, sinon le rostre va rester dans la peau.

Voir l’article comment retirer une tique
On trouve en pharmacie des tests permettant de déterminer si la tique retirée est porteuse de la bactérie borrelia.

Après avoir retiré entièrement la tique, désinfecter la peau avec un produit antiseptique doux

Puis se surveiller pendant un mois, guêter :

  • l’apparition d’une petite fièvre (38,5°C)
  • une fatigue anormale
  • l’apparition d’un anneau rouge extensif partant de la piqure (erytheme migrant)

Attention, une simple rougeur de quelques millimètres après piqure de tique ne signifie par qu’il va y avoir un erythème chronique migrant

Rougeur après morsure de tique

Si le rostre reste dans la peau, il faut consulter un médecin sans tarder afin que ce dernier enleve le rostre sous anesthésie locale, en effectuant une petite intervention, le plus souvent au moyen d’un bistouri circulaire

Eviter les piqures de tique :

Pour éviter les piqures de tique en cas de promenade en foret, de sport de plein air, mieux vaut :

  • porter des vêtements couvrant les bras et jambes, de couleur claire (le foncé attire plus les tiques) et un chapeau
  • appliquer un ecran a insecte à base de DEET.

Après avoir été exposé aux piqures de tiques lors d’une activité en zone humide et/ou boisée:
Il fait inspecter soigneusement sa peau notamment dans les grands plis et retirer les tiques dans les 24-48h avec une pince à tique.

Faut-il faire une prise de sang?

La prise de sang de diagnostic de la maladie de Lyme est décriée en France.

I/ Erythème Chronique Migrant : le diagnostic est fait, pas de sérologie

La sérologie n’est pas utile au stade d’erytheme chronique migrant car cette éruption caractéristique permet le diagnostic de maladie de Lyme à elle seule

II/ Les tests reconnus

On dispose de deux tests « fiables » :

II.A/ Immunoassay (EIA ou IFA) pour quantifier la présence d’anticorps

Il s’agit du dosage des anticorps circulants lors de la maladie (sérologie de Lyme : dosage des anticorps anti-Borrelia de type IgG et IgM, sans permettre de déterminer l’espèce de Borrelia). En cas de piqure de tique datant de moins de 30 jours, le dosage des IgM et IgG doit être réalisé. Si le début des signes date de plus de 30 jours, seul le seul dosage des IgG est suffisant et on évite ainsi les faux positifs en IgM liés aux réactions croisées avec des virus de type EBV, CMV…

La sensibilité dans les premières semaines est faible, le temps que les anticorps se développent, comme pour toute sérologie… puis elle augmente progressivement.

Les anticorps persistent longtemps, mais la sérologie n’est pas recommandée des années après l’infection et ne doit pas être utilisée comme tests de suivi d’un traitement.

II.A.1/ Test négatif

Si le test est négatif, on arrête les investigations

II.A.2/ Test positif

S’il est positif ou équivoque, on doit faire un western blot (WB) ou immuno-blot plus spécifique.

En effet, des faux positifs sont possibles notamment en cas d’infection par EBV, CMV… C’est pourquoi, tout résultat positif ou douteux doit être confirmé par le test WesternBlot ou Immuno-blot :

II.B/ Western Blot ou Immuno-Blot

L’Immuno-blot ou Western Blot permet parfois de déterminer l’espèce de Borrelia impliquée en déterminant le type d’anticorps.

Les résultats sont positifs uniquement si le 1er test (Serologie IgG et/ou M) (plus sensible) est positif ou équivoque et que le 2ème (Western Blot) (plus spécifique) est également positif.

III/ Autres tests

Ces tests ne sont pas suffisamment validés cliniquement actuellement

III.A/ La cytométrie de flux

Elle permet d’étudier les rapports entre lymphocytes cytotoxiques Natural Killer mais la diminution du rapport NK57/56 n’est pas spécifique de la maladie de Lyme et peut se voir dans d’autres infections chroniques

III.B/ Le Test de transformation lymphocytaire ou Elispot

C’est un test très sensible qui peut détecter la plus petite quantité de Borrelia dans le sang. Il peut dépister les formes chroniques et précoces de la maladie de Lyme. Il faut le faire faire dans certains laboratoires spécialisés qui parfois envoient leur kit sur simple demande. Le médecin prescrit un Elispot de Borrelia, une infirmière fait le recueil sanguin et il suffit alors d’envoyer le prélèvement conformément aux indications du laboratoire

III.C/ Tests de faible sensibilité surtout utilisés en recherche

On peut citer la mise en culture de prélèvements, la PCR du Liquide Céphalo Rachidien (ponction lombaire), la biopsie cutanée…

III.D/ tests plus anecdotiques

Il s’agit de la recherche d’antigène dans les urines, le dosage des CD57, la recherche des anticorps dans le liquide synovial…

Le traitement en cas de piqure de tique :

Dans quels cas faut-il traiter?

Il y a un erythème migrant

erytheme migrant de lyme
Erytheme Migrant de la maladie de Lyme

L’erytheme migrant est le mode d’entrée dans la maladie de Lyme

On prescrit alors un traitement antibiotique de maladie de Lyme localisée

Il y a des risques de maladie de lyme :

L’’antibioprophylaxie ne doit pas être prescrite systématiquement

En effet, seuls 5% des personnes infectées (et qui deviendront séropositives à Borrelia Burgdorferi) vont développer une maladie de Lyme avérée dans les 5 ans

On peut donc être infecté et séropositif pour B Burgdorferi et ne pas faire de vraie maladie de Lyme à 5 ans dans 95% des cas

Le saviez-vous?

L’antibioprophylaxie peut être envisagée dans les cas suivants :
– La tique est restée fixée plus de 36 heures
– durée de fixation inconnue mais tique gorgée de sang
femme enceinte

Quel traitement le médecin prescrit-il?

Le traitement antibiotique peut etre :

  • Chez l’’adulte et l’’enfant de plus de 9 ans : Doxycycline per os : 200 mg en 1 prise unique
  • Chez la femme enceinte et l’’enfant de moins de 9 ans : Amoxicilline per os : 500 mg x3/j pendant 10 jours

Références:

Document de l’INPES (2016) sur les piqures de tiques

Dépliant sur la prévention des piqures de tique et la maladie de Lyme

Eviter les piqures de tique au travail

5 réflexions sur « PIQURE DE TIQUE : symptomes, plaque ou tache rouge après morsure »

  1. Après avoir retiré une tique j’ai une plaque rouge environ de 10 cm qui apparaît au bout de 15 jours j’applique un antiseptique mais cela ne disparaît pas est ce que je dois consulter un médecin ? Merci

  2. Pas de tiques ni d’acariens au dessus de 1500?
    Alors la tique qui vient de me piquer au dessus de 1600 c’est pas une tique; et les acariens dans les refuge de montagne n’en sont pas non plus.

  3. Ixodes Ricinus n’est en effet classiquement pas répertoriée en altitude, mais il existe de nombreuses especes de tiques et vous pouvez peut etre avoir été piqué(e) avant d’atteindre cette altitude?
    Quant aux acariens présents dans les refuges, ce sont à ma connaissance principalement les sarcoptes de la gale, apportés par des humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *