TROU DE LA VERGE QUI GRATTE : le méat du pénis qui démange ou uretrite

Le trou du pénis (méat) qui gratte : urétrite

Meat rouge en cas d’uretrite

La démangeaison du méat (trou par lequel s’écoule l’urine) est un signe d’uretrite

L’urétrite est une inflammation de l’urètre (le canal par lequel coule l’urine) d’origine infectieuse, sexuellement transmise.

Elle se manifeste dans la moitié des cas environ par un écoulement par le trou de la verge, qui peut être purulent (pus) ou plus clair, voire sanglant. Lorsque l’inflammation est moins importante, il n’y a pas d’écoulement et on trouve seulement des symptômes moins spécifiques de l’urétrite : démangeaisons du méat, brûlures en urinant, mictions fréquentes (« pisser souvent »)…

Gonococcie ou « chaude pisse »

Elle est due au gonocoque, responsable d’une urétrite souvent très marquée avec impression de « pisser des lames de rasoir », ou « chaude pisse » et écoulement de pus par le trou de la verge

Voir l’article « chaude pisse« 

Chlamydia trachomatis

Chlamydia est une bactérie intracellulaire obligatoire (elle entre dans les cellules de la muqueuse) dont les sérotypes D à K sont responsables d’urétrites infectieuses à transmission uniquement sexuelle.

L’incubation dure en moyenne 10 à 15 jours après le rapport sexuel contaminant mais est en fait assez variable, de quelques jours à quelques mois

Parfois peu ou pas de symptomes

Seuls la moitié des personnes atteintes ont des symptomes de trou de la verge qui gratte, les autres n’ont pas de symptomes, ce qui fait que la transmission est fréquente et qu’on estime que 10% de la population sexuellement active est atteinte. En cas de symptomes, il existe alors le plus souvent un écoulement clair par le trou de la verge et des brulures en urinant

Diagnostic

La sérologie (prise de sang) n’a pas grand intérêt dans le diagnostic des
urétrites à chlamydiae car il existe des réactions croisées avec Chlamydia pneumoniae, responsable d’infections pulmonaires et on peu difficilement distinguer une infection ancienne d’une infection récente.

Les prélèvements endo-urétraux obtenus par grattage dans l’uretre à l’aide d’un écouvillon dont une référence mais ils sont douloureux.

On pratique donc le plus souvent des tests d’amplification génique par PCR, sur le premier jet d’urine (10 à 20 ml, au moins 3 heures après la dernière miction).

Complications

Environ la moitié des orchiépididymites (infection des testicules) du sujet jeune sont dues à chamydia, et c’est la complication la plus fréquente de l’uretrite avec le syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter

Chez la femme, l’infection à chlamydia est souvent asymptomatique et elle serait responsable d’infertilités et de grossesse extra utérine par sténose des trompes

Traitement

Voir l’article chlamydia

Trichomonas vaginalis

C’est un parasite transmis quasi exclusivement par les rapports sexuels. Il est responsable d’urétrites qui grattent et de rougeurs du gland

Mycoplasma Genitalium

C’est un mycoplasme (micro-organismes proches des bactéries) dont le role dans les uretrites est rare.

Uretrites sans germes

Elles sont assez rares (20% des cas) et peuvent parfois être allergiques, traumatiques (uretrite mecanique « des trayeurs » qui se masturbent souvent)

Posez une question au dermatologue (pas d'avis médical)