SORIATANE ® : l’acitretine dans le psoriasis

Soriatane ®

L’acitrétine est le métabolite principal de l’étrétinate. Ils appartiennent à la famille des rétinoides (comme le Roaccutane*)

Effets secondaires

L’efficacité des rétinoïdes se manifeste lentement alors que leurs effets secondaires apparaissent dans les quinze premiers jours du traitement mais ils disparaissent dans les quinze jours dès la baisse de la dose.

Tératogénicité

La tératogénicité est l’effet secondaire le plus important. Elle est maximale pendant le premier trimestre de grossesse => contraception efficace chez la femme 1 mois avant le début du traitement, poursuivie deux ans après l’arrêt du traitement

De ce fait l’acitrétine est très peu utilisé chez la femme fertile. En cas de grossesse sous traitement ou dans les deux mois suivant l’arrêt, discuter une interruption médicale de grossesse. En cas de grossesse dans les deux ans après arrêt du traitement, organiser un suivi échographique rapproché.

Alors qu’elle est presque impossible à prescrire chez la femme en âge de procréer, l’acitrétine doit être essayée chez tout homme jeune ayant besoin d’un traitement systémique quitte à accélérer la réponse thérapeutique par une photothérapie associée pendant les premiers mois.
nécessite une contraception obligatoire poursuivie 2 ans après l’’arret du traitement,

éviter le soleil, les antibiotiques par voie générale et de donner son sang.

Nouvelles regles de prescription du Soriatane ® (2012, plan de prévention des grossesses):

contre-indication chez la femme en age de procréer sauf si prise d’au moins une contraception depuis 3 mois,

test de grossesse négatif depuis moins de 3j à l’initiation et lors des renouvellements.

Pas de grossesse ni de don du sang pendant le traitement et deux ans apres l’arret.

Pas de consommation d’alcool pendant le traitement et deux mois apres son arret car l’acitretine se transforme en etretinate, teratogene stocké dans les graisses pendant plusieurs mois

Peau et phanères

Altération de la barrière cutanée et de la croissance des phanères (possibilité de ralentissement de la croissance des ongles, chute de cheveux… au troisieme mois de traitement mais ils repoussent à l’arret du traitement quelquefois de facon frisée où sont incoiffables pendant un an). Assèchement des muqueuses (lèvres seches, yeux secs: lentilles de contact mal tolérées, saignements de nez… ).

Céphalées

œdème cérébral responsable de céphalées violentes. Il s’agit d’une indication à l’arrêt du traitement.

Muscles et ligaments

Des douleurs musculaires et tendinopathies sont possibles. L’acitrétine est contre-indiquée chez les sportifs de haut niveau.

Os et croissance

Ostéophytes et calcifications tendineuses. En cas de douleur localisée à une insertion ligamentaire, faire une radiographie.

Diminution de la vision nocturne
Baisse de l’humeur et de la libido

Tolérance solaire

l’acitrétine n’est pas photosensibilisante mais elle diminue l’épaisseur de la couche cornée et rend donc la peau plus sensible au soleil

Effets secondaires biologiques

Augmentation des lipides sanguins, progressivement pour le cholestérol, parfois très brutalement en présence d’alcool pour les triglycérides avec un risque de pancréatite aiguë. Une hypertriglycéridémie importante est une contre-indication à la poursuite du traitement.
Augmentation modérée des transaminases possible

Augmentation de la sensibilité à l’insuline. Elle peut être responsable d’hypoglycémie chez les diabétiques traités.

Posologie et modalité d’administration

Il existe des gélules à 10 et 25 mg à prendre au cours des repas.

On commence généralement le traitement à 10 mg/j puis on augmente la dose quotidienne de 5 mg tous les 15 jours jusqu’à l’apparition de lèvres sèches. La dose efficace est le plus souvent de 15 à 25mg/j

En cas de suspicion d’effet indésirable, on arrête l’acitrétine durant 15 jours (pas de rebond à l’arrêt), puis on reprend à la même dose. Si disparition après 15 jours, puis réapparition 15 jours après la reprise on a alors uneimputabilité forte.

Contre-indications

Absolues

L’absence de contraception chez la femme fertile,

une hypertriglycéridémie supérieure à 3 g/L,

une dépression.

Relatives

L’obésité,

le diabète,

l’hypercholestérolémie et l’existence d’un syndrome métabolique

la stéatose hépatique,

l’existence d’un syndrome métabolique,

le port de lentilles de contact,

le sport de haut niveau,

un terrain d’eczema atopique sévère.

Interactions médicamenteuses

Tétracyclines (oedème cérébral).

Mini-pilules progestatives est déconseillée du fait d’un risque de réduction d’activité contraceptive.

Suivi biologique

Pour une femme réglée, la mise en place d’une contraception un mois avant le début du traitement plus test de grossesse chaque mois sont nécessaires.

Pour tous les patients : cholestérol, triglycérides, ALAT et ASAT avant traitement, après un mois de traitement puis tous les trois mois.

Surveillance mensuelle si anomalies lipidiques ou cytolyse hépatique.

Posez une question au dermatologue