dermatologue Le site du dermatologue


Mélanome


Le mélanome / Risques de mélanome / Types de mélanome / Melanome malin / Traitement mélanome / Soins du melanome Points clés /Questions fréquentes / Et pour aller plus loin

Le mélanome : qu’est-ce que c’est ?
Le mélanome est un cancer de la peau ou des muqueuses, se développant à partir des mélanocytes (les cellules responsables de la pigmentation de la peau). Dans plus de 90% des cas, le mélanome est cutané, il peut aussi se développer plus rarement sur les muqueuses, sous les ongles, dans les yeux.... Sur le plan cutané, le mélanome peut prendre des formes très différentes : tache marron, bouton… Seul un médecin peut diagnostiquer un melanome.
On diagnostique à peu près 10 000 mélanomes par an en France, ce qui en fait le 9ème cancer humain. Il est très fréquent dans les zones où se trouvent des personnes à peau claire dans un environnement ensoleillé : c'est donc logiquement dans l'hemisphère Sud que l'incidence du mélanome est la plus élevée (Nouvelle Zélande, Afrique du Sud, Australie...). En Europe, ce sont là encore les populations à peau claire qui sont les plus touchées (Pays Nordiques, Bénélux, Suisse...).
On voit donc qu'épidémiologiquement, le mélanome est issu le plus souvent de la conjonction entre des expositions solaires et une peau claire. Il existe d'autres facteurs prédisposant au mélanome, tels que l' hérédité (présence d'un antécédent de melanome familial) et un grand nombre de grains de beauté

Le mélanome représente 3 % de l'ensemble des cancers humains, mais surtout, c'est le cancer humain dont la fréquence augmente le plus : son incidence (nombre de nouveaux cas par an) augmente de 10 % par an depuis 50 ans ! 

Vingt mille personnes meurent chaque année d'un mélanome en Europe. La mortalité du mélanome est corrélée avec son épaisseur. Il est donc tres important de dépister les mélanomes à un stade précoce : le mélanome, comme tout cancer, doit être pris en charge le plus tôt possible : détecté et traité tôt, il est de bon pronostic avec un taux de survie relative à 5 ans de plus de 90 % pour les stades précoces, alors qu'en cas de métastase déjà présente lors du diagnostic, son taux de survie relative à 5 ans passe à 20 %... 
Le mélanome peut être dépisté lors de surveillances régulières de la peau et des grains de beauté.
Le melanome peut en effet passer pour un simple grain de beaute ou une tache brune et c'est le medecin qui, suspectant un melanome, decide de retirer la lesion et de la faire analyser par un laboratoire d'anatomopathologie. Si le laboratoire conclut a un melanome, un traitement complementaire est generalement propose au patient, ainsi qu'une surveillance reguliere et un depistage du melanome chez les autres membres de la familles (ascendants, descendants et fratrie).

La Sécurité Sociale en France a mis en place une consultation spécifique de dépistage du mélanome pris en charge sans besoin de s'inscrire dans le parcours de soin (pas besoin de passer par le médecin traitant) chez le dermatologue une fois par an pour les patients à risque de mélanome définis par les recommandations de la Haute Autorité de Santé : 
– antécédent personnel ou familial de mélanome ; 
– phototype cutané de type I (peau claire, yeux bleus, cheveux clairs) ; 
– nombre élevé de nævus, de nævus de grande taille, de nævus atypiques ; 
– antécédents ou mode de vie avec expositions solaires intenses. 
Par ailleurs, on recommande à ces patients d'effectuer un auto-examen cutané une fois par trimestre 

La détection d'un mélanome doit être très précoce car le pronostic des lésions de stade I traités est favorable : le taux de survie relative à 5 ans est supérieur à 90 % lorsque la taille de la tumeur est inférieure à 1 mm (index de Breslow).

Le diagnostic clinique d'un mélanome cutané repose en partie la règle ABCDE.
A = Asymétrique ; si on mettait un miroir en travers du naevus dans tous les sens, on n'obtiendrait pas la même image de chaque coté du miroir
B = Bords irréguliers ; les bords ne sont pas net comme sur le bord d'un cercle ou d'un ovale : ils sont au contraire un peu déchiquetés et irréguliers comme sur une carte de géographie
C = Couleurs différentes ; le grain de beauté n'a pas une seule mais plusieurs couleurs
D = Diamètre supérieur à 6 millimètres (pour se repérer, 6 mm est le diamètre d'une gomme de crayon).
Il faut ajouter à cet ABCD la lettre E :
E = Evolution : tout changement de taille, de forme, de couleur, un grain de beauté qui se met à saigner avec des traumatismes mineurs, devient crouteux... nécessite une consultation médicale sans tarder pour vérifier qu'il ne s'agit pas d'un melanome débutant.



> Quels sont les risques de developper un mélanome ?

La progression de nouveaux cas de melanome est inquietante puisque le nombre de nouveaux cas de melanome augmente depuis plusieurs decennies.

Les facteurs de risque du melanome sont entre autres :
  • La clarte de la peau
    Les personnes ayant une peau claire qui bronze difficilement et fait des coups de soleil lors des expositions au soleil ont un risque accru de developper un melanome.
  • Les coups de soleil et exposition au soleil
    Le fait d'avoir eu des coups de soleil, notamment pendant l'enfance, constitue un risque de melanome : il existe une corrélation entre le risque de mélanome et entre la fréquence et la sévérité des coups de soleil avant 20 ans. L'exposition au soleil ou aux UV en cabine augmente le risque de melanome :  le fait d’avoir été exposé au moins une fois dans sa vie à un une cabine de bronzage entraîne une augmentation de 15% du risque de développer un mélanome cutané et ce risque est considérablement accru si l'on a commencé à s'exposer dans des cabines de bronzage avant l'âge de 35 ans. On considère en effet qu'une séance de bronzage en cabine délivre 10 à 15 fois la dose d'UVA que l'on prend dans la même durée d'exposition au soleil de midi!
  • Grain de beauté
    La presence de grands grains de beauté (plus de 6 mm), en grand nombre (plus de 50) constitue un facteur de risque de mélanome
  • Antécédent de mélanome
    Un antécédent personnel ou familial de mélanome constitue un facteur de risque de mélanome

> Quels sont les types de mélanome ?

Il existe de nombreux types de melanomes. Parmi ceux ci on peut citer :

  • Le melanome a extension superficielle (Superficial Spreading Melanoma ou SSM)
Le SSM represente environ 70% des melanome. Le SSM est caracterise par son extension horizontale durant plusieurs mois ou années, avant son extension verticale : le melanome s'etend progressivement puisqu'il revêt tout d'abord un aspect de tache de contour irrégulier, de couleurs inhomogènes (noir, marron, rouge, blanc), non palpable au début de son évolution où il est intra-épidermique (mélanome in situ), puis devenant palpable lorsqu'il aborde sa croissance verticale : les cellules malignes sonnt alors susceptibles d'avoir franchi la jonction  dermo-épidermique et de se rapprocher des vaisseaux sanguins et lymphatiques, et donc pouvant possiblement métastaser

Toute tache qui s'etend sur la peau doit donc faire l'objet d'une consultation medicale car on ne répètera jamais assez l'importance du dépistage précoce

Mélanome de la peau, de type SSM

  • Le mélanome nodulaire
Le melanome nodulaire est un melanome evoluant d'emblée verticalement : il s'agit d'un nodule, le plus souvent de couleur bleue-noire, saignotante mais pouvant etre de couleur chair et évoluant rapidement en quelques semaines à quelques mois (il grossit, il peut s'ulcérer, devenir crouteux...)

  • Le lentigo malin ou mélanome de Dubreuilh
Le lentigo malin ou melanome de Dubreuilh se voit généralement sur le visage de la personne agée, y formant une tache brune, inhomogène et de plusieurs couleurs (marron clair et foncé,  noir...)
Selon les recommandations  de 2006, il doit etre appelé dans la litterature internationale est Lentigo Malignant Melanoma dans sa forme invasive et Lentigo Maligna dans sa forme in situ (intra épidermique, anciennement appelé mélanose de Dubreuilh).

  • Le mélanome acrolentigineux ou melanome acral

Il s'agit d'un melanome survenant sur les extremites (paumes, plantes...). Il s'agit de la forme predominante de melanome sur les peaux noires et asiatiques. Le melanome acral peut prendre plusieurs formes : tache brune, nodule couleur chair ou pouvant meme ressembler a une verrue, tumeur saignotante... Toute lesion de la paume, des plantes, des doigts, des orteils... doit etre montree a un medecin.


Quand le dermatologue a un doute de mélanome, il en pratique l'ablation sous anesthésie locale pour en établir le diagnostic par l'examen anatomopathologique qui déterminera le cas échéant deux éléments clés :

  • La mesure de l'épaisseur de la tumeur (indices de Breslow et Clark) : 

  1. l'indice de Breslow consiste à mesurer l'épaisseur de la tumeur : plus le mélanome est épais, moins le pronostic est favorable : une épaisseur inférieure à 0,75 mm est de bon pronostic, à l'inverse des tumeurs dont l'épaisseur dépasse 2 mm.
  2. Indice de Clark classé en 5 niveaux selon la profondeur de l'envahissement du derme (là où sont les vaisseaux sanguins et lymphatiques, insinuant un potentiel de metastase des cellules malignes dans les ganglions et le reste de l'organisme): niveau I = envahissement épidermique / niveau II = envahissement du sommet des papilles dermiques / niveau III = envahissement de tout le derme papillaire / niveau IV = envahissement du derme réticulaire / niveau V = envahissement du derme profond et de l'hypoderme

  • La présence ou non d'une ulcération 
  • Mais aussi le nombre de mitoses (divisions cellulaires), le degré d'atypies cellulaires...
L'American Joint Committee on Cancer (AJCC) a regroupé ces éléments pour établir un pronostic des mélanomes en 4 stades : les stades I et II correspondent à des mélanomes sans ganglions ni métastases. Ils sont divisés en sous-groupes A, B ou C correspondant à l'indice de Breslow. Les stades III et IV correspondent à des mélanomes ayant métastasé : stade III = métastases régionales  et stade IV = métastases à distance.


Il est aussi possible de rechercher des mutations, notamment en cas de mélanome métastatique, afin de déterminer le traitement le plus approprié : 
Le mélanome à extension superficielle et le mélanome modulaire présentent plus fréquemment des mutations BRAF et NRAS  alors que le mélanome acrolentigineux a tendance à présenter des mutations c-Kit. 

> On vous a dépisté un mélanome, conseils :
En fonction du stade du mélanome, votre dermatologue vous proposera probablement de prendre avis auprès d'un centre spécialisé en Réunion de Consultation Pluridisciplinaire, regroupant divers spécialistes, afin de recueillir leur avis thérapeutique

Vous aurez donc peut être un traitement complémentaire à l'ablation du mélanome 

Votre dermatologue vous proposera une surveillance (pluri-)annuelle dont le rythme dépendra du stade de votre mélanome

Il est important de savoir que vous pouvez avoir un deuxième mélanome, ou voir la maladie réapparaitre et de consulter en cas de doute : apparition d'une lésion évolutive sur votre peau, d'un ganglion, de nouveaux symptomes (toux, troubles neurologiques...).



Il est indispensable de vous protéger dorénavant des UV

Prévenez votre entourage familial (parents, enfants, frères et soeurs) qu'ils doivent se faire dépister aussi car il existe une part de génétique dans la génèse du mélanome.

Examinez votre peau une fois par trimestre selon la méthode d'auto-examen cutané suivante (source : HAS 2006) : 

Étape 1 : l'examen direct
Examiner à l'œil nu les paumes de ses mains et pieds, ses ongles, ses doigts et ses espaces entre les doigts des mains et des pieds, la face avant de ses bras et avant-bras, ses cuisses et ses jambes.

Étape 2 : l'examen avec miroir en pied
Se placer devant un miroir en pied vertical et examiner sa peau de haut en bas. Puis tourner vers le miroir le côté gauche puis le côté droit de votre corps, les bras levés à la verticale.

Étape 3 : l'examen avec miroir à main
Pour les zones de peau non accessibles à la vue, s'aider d'un miroir à main. Assis sur un tabouret, élevez chaque jambe pour examiner la face interne, externe et postérieure du mollet et de la cuisse. La face postérieure des bras, de la nuque, du dos, le cuir chevelu et la région génitale seront aussi examinées à l'aide du miroir à main. Vous pouvez également demander l'aide d'une personne de son entourage.


Questions fréquentes

- Je veux faire des UV, que me conseillez-vous?
Un cancer sur trois dans le monde est un cancer de la peau et le nombre de cancers de la peau est en augmentation depuis 30 ans, à tel point que l’Organisation Mondiale de la Santé a recommandé récemment d’éviter les UV artificiels, arguant que « l'utilisation croissante des lits de bronzage associée au désir d'être bronzé parce que c'est à la mode seraient les principales raisons de cette augmentation rapide du nombre de cancers cutanés ». De plus, deux études récentes ont mis en évidence une augmentation de 25 à 30% du risque de mélanome chez les personnes ayant reçu des UV en cabine !

Je travaille en plein air, comment me protéger du mélanome?

La lumière solaire voyage à 300 000 km/sec. Que vous soyez allongé au soleil ou actif, l'ensoleillement est donc le même! Je vous recommande de travailler si possible à l'ombre, jamais torse-nu ou en short  (la majorité des mélanomes siegent sur le torse pour les hommes et les jambes pour les femmes : ce sont les zones habituellement couvertes les plus exposées en été) et toujours avec un chapeau+lunettes. Couvrez les zones découvertes (mains, visage...) avec une creme solaire d'indice supérieur ou égal à 30 avant de travailler et pendant les pauses

- Quelle différence entre une tache brune bénigne et maligne?
Les taches brunes bénignes communément appelées taches de vieillesse ou taches solaires, sont appelés scientifiquement lentigos, qui sont des pigmentations superficielles de la peau liées à un excès de soleil. On observe d'ailleurs préférentiellement les lentigos sur les zones exposées au soleil : visage, mains...
Mais toute tache brune n'est pas un lentigo et elle doit être montrée à un médecin pour la distinguer d'autres taches pigmentaires, parmi lesquelles les grains de beauté et le mélanome... Seul un médecin peut distinguer un lentigo d'un mélanome malin


- Une personne de ma famille a eu un mélanome, dois-je me faire dépister?On conseille au ascendants et descendants directs ainsi qu'à la fratrie de personnes ayant eu un melanome de se faire examiner l'ensemble de la peau une fois par an car il peut exister un contexte héréditaire dans le mélanome 


Points clés :
  • Le mélanome est un cancer de la peau formé à partir des mélanocytes (cellules qui pigmentent la peau)
  • Les facteurs de risque d'avoir un mélanome sont la peau claire / les expositions solaires / les antécédents familiaux ou personnels de mélanome / le fait d'avoir un grand nombre de grains de beauté
  • Le mélanome peut prendre plusieurs formes et seul un médecin peut le diagnostiquer (tache brune qui s'élargit, bouton qui se modifie...)
Et pour aller plus loin...

Vidéos de l'association canadienne de dermatologie,  mesgrainsdebeauté et dermatoinfo :








Conférence de consensus : prise en charge du melanome
Guide Sécurité Sociale sur l'Affection de Longue Durée Melanome


>>> Suite : Comment éviter le mélanome malin

Bookmark and Share

Annonces :

Le site du dermatologue :

La peau :

Les cheveux :


Les soins de beauté et esthétique :

Annonces :


Rechercher dans le site du dermatologue :


Annonces :


Le réseau social du dermatologue :





Liens d'intérêt : l'auteur ( Ludovic Rousseau ) n'a pas transmis de liens d’intérêts concernant les données diffusées sur ce site