PIQURE DE TAON : symptomes, que faire en cas de piqures de tan ?

Piqure de taon

Les taons ou mouches à chevaux, sont de grosses mouches plates, de couleur brun-gris foncé tirant parfois sur le jaune, vivant dans les champs et les forêts. Ce sont des insectes hématophages (qui mangent du sang), dont seule la femelle pique

Piqure de taon

Symptomes

La piqûre de taon provoque une douleur et il en résulte une tache ou un bouton rouge. Les taons sont rarement pourvoyeurs de maladies parasitaires des animaux. Certaines personnes peuvent être allergiques et le gonflement de la peau peut parfois atteindre plusieurs centimètres de diamètre accompagnés d’une chaleur, de douleurs mais aussi de démangeaisons. Il faut alors se méfier d’une surinfection, pouvant aussi prendre la forme de croutes jaunes comme du miel (impetigo). Enfin, ont été décrits exceptionnellement des manifestations à type d’urticaire géant, des difficultés respiratoires ou un œdème de Quincke

Soigner la piqure de taon

Le traitement est celui d’une plaie de la peau :

  • vérification que la vaccination antitétanique est à jour,
  • nettoyer les boutons à l’eau et au savon
  • désinfecter avec un antiseptique doux (chlorhexidine, hexamidine, polyvidone iodée)

Eviter les piqures de taons

1/ Eviter les zones infestées

Il faut éviter les endroits ou se trouvent des chevaux, des vaches… de mai à octobre, surtout losqu’il fait chaud

2/ Se protéger des taons

Porter des vêtements clairs, épais et couvrants

Les taons sont foncés, ils craignent donc parfois de se poser sur du clair car ils sont alors plus visibles. On trouve des produits permettant d’impregner les vetements, tels la perméthrine par pulvérisation ou trempage, et résistant à plusieurs lavages.

S’appliquer du repellent sur les zones non couvertes

Les répulsifs sont soumis à la réglementation européenne des « biocides ». Ils ne sont pas recommandés pour les enfants de moins de 30 mois.

Les plus efficaces sont :

– le diéthyltoluamide (DEET ou N, N-diéthyl-3-méthylbenzamide), efficace à la concentration de 50 p. 100 (uniquement chez l’adulte et l’enfant de plus de 12 ans), et à des concentrations inférieures (20 à 35%) chez l’enfant de 30 mois à 12 ans sauf en cas d’antécédent de convulsions. Sa durée moyenne de protection est de 5 heures. Il peut abimer les plastiques, les vernis, les verres de montre et lunettes ;

– l’hydroxyléthyl-isobutil pipéridine carboxylate (KBR 3023), efficace à la concentration de 25%, pour une durée moyenne de 5 heures. Il est également utilisable chez l’enfant > 30 mois ;

– l’éthyl-butyl-acétyl-amino-propionate (IR 35/35), aux concentrations de 20 à 35% pour une durée de protection moyenne de 2 heures. Il est utilisable dès l’âge de 30 mois et chez la femme enceinte

Posez une question au dermatologue (pas d'avis médical)