ALLERGIE ALIMENTAIRE : les allergies de peau aux aliments

Allergie alimentaire

Allergie de peau
Allergies de peau aux aliments

L’allergie est une réaction anormale de l’organisme à des substances de l’environnement, appelée allergènes

Presque 5% de la population pédiatrique et 2% de la population générale présente des allergies alimentaires

On note de plus en plus d’allergies alimentaires depuis quelques années, peut-être en raison

  • de l’internationalisation des aliments qui sont mangés sur toute la planète alors qu’ils étaient réservés à quelques pays il y a quelques décennies (kiwis, sésame…)
  • de l’alimentation à base d’aliments préparés par l’industrie agro alimentaire : contamination des alliments par des allergènes lors du stockage ou de la préparation des aliments / présence de conservateurs et de nombreux additifs / présence de nombreux ingrédients alors qu’une préparation à la maison utilise moins d’ingrédients

En fait la plupart des allergies alimentaires n’en sont pas! Il s’agit en fait de fausses allergies ou intolérances alimentaires

Symptomes

L’allergie alimentaire peut s’exprimer sur la peau, mais aussi dans le tube digestif, les voies respiratoires…

Allergie de peau

Le symptome le plus fréquent est l’urticaire alimentaire, mais aussi l’oedeme de Quincke. Parfois on note l’exacerbation d’une dermatite atopique

Allergie du tube digestif

L’allergie alimentaire prend alors la forme de nausées, de vomissements, de maux de ventre, de diarrhée, voire de constipation

Allergie respiratoire

On note une rhinite, des crises d’asthme…

Causes

Dans le cas de l’allergie alimentaire, l’allergène peut être transmis

  • le plus fréquemment en l’ingérant+++
  • en l’inspirant (par exemple, allergie aux crevettes, la fumée de cuisson des crevettes peut déclencher une toux, rhinite, asthme…)
  • par contact cutané avec l’aliment ou un objet souillé par l’aliment

Allergie alimentaire de l’enfant

Les allergènes les plus fréquents sont

  • le lait de vache (10% des cas)
  • oeuf 10% des cas
  • kiwi 10% des cas
  • arachide (8%)
  • poisson (8%)
  • fruits à coque : noisette++ (8%)
  • crevettes…

Allergie alimentaire de l’adulte

On regroupe généralement les allergènes en 5 groupes :

  • groupe « latex » (14% des cas) : avocat, kiwi, banane, châtaigne
  • groupe « rosacées » (13% des cas) :abricot, pêche, framboise, cerise, pomme, poire, prune..
  • groupe « noix » (10% des cas) :amande, noisette, noix, noix de pécan et de cajou, pignon, pistache…
  • groupe « ombellifères » (10% des cas) :aneth, carotte, céleri, coriandre, fenouil, anis, persil…
  • Blanc d’oeuf et arachide, sésame, lupin, lait de brebis…

Allergies croisées

Entre aliment et autre allergène

Lorsqu’on est allergique à un aliment, on peut être allergique à des substances non alimentaires (pollens…) : on peut être allergique au pollen de bouleau et faire une allergie alimentaire à la pomme, car els deux ont en commun une molécule (la profiline)

Entre aliments

D’une même famille

En cas d’allergie à

  • Cacahuete, on peut être allergique aux aliments de la même famille : pois, soja, fèves, haricots, lentilles, lupin, pois chiche
  • Ail, on peut être allergique aux aliments de la même famille :oignon, ciboulette, poireau, asperge…
  • Tomate, on peut être allergique aux aliments de la même famille : pomme de terre, poivron, piments, paprika,  aubergine…
  • Orange, on peut être allergique aux aliments de la même famille :agrumes
  • Moutarde, on peut être allergique aux aliments de la même famille : choux, radis, navet, raifort, colza, rutabaga…
  • Noix, on peut être allergique aux aliments de la même famille : noisettes, noix du brésil, de cajou…
  • Blé, on peut être allergique aux aliments de la même famille : orge, seigle…
  • Crevettes, on peut être allergique aux aliments de la même famille : crabe, homard…
De familles différentes

Les allergies croisées entre aliments de familles différentes sont fréquentes. En cas d’allergie :

  • au lait de vache, on peut être allergique à la viande de boeuf, au lait de chèvre, de brebis…
  • au pollen (bouleau, ambroisie…), on peut être allergique à des fruits et légumes (pomme, pêche, melon…)
  • à la pêche, on peut être allergique aux autres rosacées : abricot, framboise, cerise, pomme, poire, prune..
  • au latex : on peut être allergique à des fruits : kiwi, banane, avocat…

Allergies alimentaires sur la peau

La réaction alimentaire la plus fréquente est :

L’urticaire alimentaire (urticaire à un aliment).

Le diagnostic d’urticaire alimentaire peut etre difficile et necessite donc une consultation medicale.

Il existe en effet de nombreux cas de figure:

Après un aliment dont on n’a pas l’habitude

Elle peut survenir notamment lors de l’ingestion d’aliments dont on n’a pas l’habitude (dîner au restaurant chinois… )

Il suffit alors d’éviter l’aliment en cause et de traiter par antihistaminiques

Urticaire alimentaire à un aliment courant

Plus rarement, l’urticaire peut être liée à une véritable allergie alimentaire, souvent chez des personnes atopiques.
L’urticaire alimentaire est alors parfois précédée par des démangeaisons ou des picotements voire un gonflement des lèvres et de la muqueuse dans la bouche rapidement après la prise alimentaire et elle peut être associée
à des douleurs digestives. Les aliments habituellement responsables d’allergie alimentaire sont les poissons et les crustacés, l’arachide, le soja, les céréales, l’oeuf, le lait de vache, des fruits exotiques…

Le médecin pourra recourrir à des prick tests prudents ou une prise de sang à la recherche d’IgE spécifiques de certains aliments

Le traitement passe par l’éviction de l’aliment ou du groupe d’aliments en cause et les antihistaminiques

Anaphylaxie alimentaire d’effort

L’anaphylaxie alimentaire à l’effort est une rareté mais elle peut être grave. Il s’agit d’une réaction anaphylactique déclenchée par un effort prolongée comme la course à pied et induite par un aliment consommé 2 à 5 heures avant (céréales, fruits, arachide… ).
L’effort sans prise alimentaire, ou la prise alimentaire sans effort
n’entraînent habituellement aucun probleme

Fausses allergies alimentaire

Cependant, la fausse allergie alimentaire par surconsommation d’aliments riches en histamine ou histaminolibérateurs est la cause la plus fréquente d’urticaire alimentaire : poissons, les crustacés, la charcuterie,
les fromages fermentés, les boissons alcoolisées, le chocolat,
des fruits et légumes

L’éviction des aliments riches en amines biogènes est recommandée :

  • Poissons et crustacés : thon, sardine, saumon, anchois, maquereau, oeufs de poissons, conserves de poissons, poissons séchés, fumés ou surgelés
  • Charcuterie : viande bovine, foie de porc, saucisson, charcuterie
    emballée, gibier
  • Blanc d’oeuf
  • Fromages : camembert, roquefort, parmesan, emmental, gruyère,
    cheddar
  • Légumes : epinards, tomate, choux, choucroute, concombre
  • Fruits :fraise, banane, raisin, agrumes, noix et noisette
  • Boissons alcoolisées : bière, vin
  • Chocolat et cacao

Un cas particulier :

Scombrotoxisme

Il s’agit d’une réaction d’anaphylaxie avec hypotension artérielle après ingestion de poisson « à chair bleue » : thon, bonite, maquereau et sardine, anchois, marlin… avec rupture de la chaine du froid (tout poisson ayant un goût métallique, poivré ou piquant est à éviter). d’où

  • la présence de bactéries (Achromobacter histamineum, Proteus morganii, Proteus vulgaris) dans le tube digestif de l’animal
  • un taux élevé d’histamine dans la chair du poisson

Il ne s’agit pas à proprement parler d’une urticaire ni d’une allergie alimentaire vraie (le poisson sans rupture de la chaine du froid peut être mangé à nouveau), mais plutot d’une réaction d’anaphylaxie avec maux de tete, hypotension…

Suspicion d’allergie alimentaire, que faire?

Consulter un médecin

Il faut consulter un médecin qui par le biais de l’interrogatoire otamment pourra souvent distinguer une vraie allergie d’une fausse allergie alimentaire

Il pourra demander des tests sanguins, voire réaliser de façon prudente des tests épicutanés appelés prick tests: il s’agit de piqures dans l’avant bras après y avoir disposé des gouttes de différents allergenes afin de les faire pénétrer dans la couche superficielle de la peau et déclencher une papule urticarienne en cas d’allergie

prick tests
Piqures dans l’avant bras en cas d’urticaire : prick tests

Le plus souvent en milieu hospitalier, il peut aussi faire des tests de provocation labiale ou orale avec l’aliment.

Eviter l’allergène

Le médecin prescrit un régime d’éviction de l’allergène et de sa famille et allergènes croisés. A l’école, on peut mettre en place un Projet d’Accueil Individualisé.

Il faut souvent guêter les emballages à la recherche des allergènes…

Avoir un traitement « au cas où »

Le médecin prescrit des antihistaminiques, voire de l’adrénaline en cas de risque d’anaphylaxie alimentaire :

1/ Prendre immédiatement dès le début de la réaction allergique (notamment démangeaisons, urticaire) 2 comprimés d’antihistaminique type desloratadine (Aerius*)

et

tenir prête la seringue d’adrénaline en autoinjecteur

2/ En cas de symptômes allergiques sévères (ceux­ ci surviennent en règle générale en l’espace de quelques minutes à 1 heure et se manifestent par une forte gêne respiratoire, des troubles digestifs, une transpiration abondante, des vertiges, une sensation de faiblesse, un serrement dans la poitrine, plus rarement une perte de connaissance), appliquer sur la cuisse la seringue d’adrénaline prête à l’emploi et faire une injection d’adrénaline en face antérolatérale de la cuisse, rester allongé les jambes surélevées jusqu’à l’arrivée du médecin (appeler un médecin dès que possible ou appeler le 15).

3/ Si vous vous trouvez dans un endroit isolé, prendre par précaution un corticoïde (1 mg/kg équivalent Prednisolone : si poids 60kgs, prendre 3 cp de Solupred* 20 orodispersible). Ce médicament n’agit qu’après 2 heures environ, mais il protège d’une récidive durant 24 heures.

NB : conditions de conservation de l’adrénaline en seringue auto injectable :

Ne pas mettre au réfrigérateur. Ne pas congeler.

Vérifier périodiquement que l’aspect de la solution est toujours limpide et incolore dans la fenêtre de contrôle du stylo. Jeter ou remplacer l’auto­injecteur si la solution a changé de couleur ou contient un précipité, et au plus tard à la date de péremption.

4 pensées sur “ALLERGIE ALIMENTAIRE : les allergies de peau aux aliments”

Posez une question au dermatologue (pas d'avis médical)