dermatologue Le site du dermatologue


Cancer de la peau

Types de cancer de la peau / 

Causes cancer de la peau / 

Consequences cancer de la peau 

Points cl�s / Questions fr�quentes / 

Et pour aller plus loin


Qu'est-ce qu'un cancer de la peau?

La peau est constitu�e de cellules (k�ratinocytes, m�lanocytes...), ayant toutes un r�le pr�cis. Ces cellules se renouvellent, se diff�rencient harmonieusement mais ce processus peut les rendre plus sensible � des modifications de leur ADN (mutations), sous l'effet notamment des rayons solaires. Habituellement, ces mutations sont r�par�es par l�organisme (processus de r�paration de l'ADN par exemple). Lorsque la cellule cutan�e devient canc�reuse, elle perd ses capacit�s de r�paration. Elle se met alors � se multiplier de fa�on anarchique et � aboutir � une masse de cellules appel�e tumeur maligne.

Cancers de la peau : qui sont-ils ?

Il existe de nombreux types de cancer de la peau. Les plus fr�quents sont ceux qui sont issus de la canc�risation des k�ratinocytes (les carcinomes) et des m�lanocytes (m�lanomes) :
Carcinome basocellulaire t�r�brant du nez
Le cancer basocellulaire est un carcinome (cancer des k�ratinocytes), ainsi nomm� car il est issu de la canc�risation des k�ratinocytes de la base de l'�piderme. Le cancer basocellulaire est le cancer le plus fr�quent chez l'homme, tous types de cancers et tous organes confondus : on estime que sont d�pist�s en France environ 80 nouveaux cas / 100 000 habitants / an, soit environ 50000 nouveaux cancers basocellulaires/an en France. Il s'agit d'un cancer de la peau de malignit� locale (il ne donne presque jamais de m�tastases ou de ganglions � distance)

  • Le cancer spinocellulaire, un autre carcinome (cancer des k�ratinocytes), ainsi nomm� car il est issu de couches plus superficielles de l'�piderme, o� les jonctions entre les cellules ressemblent � des �pines. Le cancer spinocellulaire peut avoir pour pr�curseur la k�ratose actiniqueLa fronti�re entre la k�ratose actinique et le cancer de la peau de type spinocellulaire est difficile � d�finir et certains auteurs consid�rent la k�ratose actinique comme un pr�- cancer de la peau, alors que d'autres, notamment les anglo-saxons, tendent � la consid�rer comme un cancer de la peau limit� � l'�piderme. Quoi qu'il en soit, la tendance de la k�ratose actinique est l'�volution vers un cancer de la peau invasif, le carcinome spinocellulaire ou cancer �pidermoide. Une infiltration(induration) de la base, situ�e dans la peau ou des �rosions sont des signes d'�volution en cancer de la peau et le m�decin pourra alors pratiquer une biopsie pour distinguer la k�ratose actinique du cancer de la peau d�butant (carcinome spinocellulaire micro infiltrant par exemple). 
  • Le m�lanome, qui est un cancer de la peau issu des m�lanocytes, les cellules pigmentaires. Dans les pays occidentaux, la fr�quence du m�lanome double tous les dix ans depuis 50 ans et il touche des personnes de plus en plus jeunes (heureusement le m�lanome est exceptionnel avant l'�ge de 15 ans)! soit environ 5 000 nouveaux cas / an en France. Le m�lanome est souvent ressemblant � un grain de beaut� . Vingt mille personnes meurent chaque ann�e d'un m�lanome en Europe. La mortalit� du m�lanome est corr�l�e avec son �paisseur. Il est donc tres important de d�pister les m�lanomes � un stade pr�coce.
M�lanome de la peau, de type SSM


Pourquoi a-t-on un cancer de la peau ?

Il y a de nombreuses causes possibles au d�veloppement du cancer de la peau, mais il faut conna�tre le r�le du soleil (en particulier pour le cancer spinocellulaire et le melanome). La majorit� des cancers de la peau surviennent d�ailleurs sur les zones expos�es au soleil (visage, cou�). La protection solaire est donc un des seuls �l�ments pr�ventifs efficaces contre le cancer de la peau.
Le vieillissement de la population et les habitudes solaires excessives sont autant de facteurs entrant en ligne de compte dans l'augmentation du nombre de cancer de la peau depuis plusieurs ann�es.
Parmi les autres facteurs favorisants du cancer de la peau, on peut citer :
- le phototype clair : les personnes ayant le plus de risques d'�tre atteintes par le cancer de la peau ont la peau claire, les yeux clairs et les cheveux roux ou blonds. Ils ont des difficult�s � bronzer et prennent facilement des coups de soleil.
Les cancers spinocellulaires se d�veloppent g�n�ralement chez les personnes qui ont �t� expos�es au soleil de fa�on chronique et prolong�e tout au long de leur vie (personnes travaillant � l'ext�rieur�).
Les carcinomes basocellulaires, se d�veloppent quant � eux plutot en cas d' expositions solaires brutales et r�p�t�es, notamment dans l'enfance (voyages dans des pays chauds...)
La protection solaire est donc le meilleur moyen de pr�venir les cancers de la peau.
Les m�lanomes quant � eux ont une relation avec les expositions solaires plus complexe mais globalement il semble que le facteur solaire soit surtout constitu� comme pour le cancer basocellulaire par les expositions intermittentes et brutales (vacances et coups de soleil). Le risque de m�lanome est 10 fois moins important chez un noir que chez un blanc. Et au sein des blancs, les roux-bloncs sont le plus � risque. 
- la pr�sence de Grains de beaut� en grand nombre (on estime qu'avoir plus de 50 grains de beaut� augmente le risque dem�lanome ). Le nombre de grains de beaut� d�pend de l'exposition solaire notamment dans l'enfance et de caract�ristiques g�n�tiques (tendance aux grains de beaut� dans la famille). 

De m�me les ant�c�dents familiaux de m�lanomes sont un facteur de risque (on estime qu'environ 10% des m�lanomes sont li�s � une pr�disposition g�n�tique).

Cancer de la peau : quelles cons�quences ?

Les cancers de la peau pr�sentent une malignit� tr�s variable en fonction de plusieurs �l�ments tels que :
La nature m�me du cancer de la peau (le cancer basocellulaire a par exemple une malignit� principalement locale, c'est-�-dire qu'il n'a tendance � se d�velopper qu'� l'endroit de la tumeur et qu'il n'a pas tendance � essaimer dans les ganglions ou les autres organes)
La rapidit� de diagnostic du cancer de la peau : plus le cancer de la peau est trait� t�t, meilleur est son pronostic
La localisation du cancer de la peau : par exemple, un cancer de la peau situ� sur l'oreille ou le nez sera plus difficile � retirer. Certaines zones zont aussi plus � risque de r�cidive, notamment pour le cancer de la peau de type baso ou spino cellulaire : nez, et zones p�riorificielles (bouche, oreilles...)

Points cl�s :


  • Les cancers de la peau sont fr�quents (le carcinome basocellulaire est le cancer le plus fr�quent de l'espece humaine)
  • La majorit� des cancers de la peau sont dus au soleil. La protection du soleil est donc un moyen de limiter son risque de cancer de la peau
  • Il faut consulter devant toute l�sion cutan�e qui appara�t ou se modifie




- Je voudrais faire des s�ances d�UV, que me conseillez-vous ?

Un cancer sur trois dans le monde est un cancer de la peau et le nombre de cancers de la peau est en augmentation depuis 30 ans, � tel point que l�Organisation Mondiale de la Sant� a recommand� r�cemment d��viter les UV artificiels, arguant que � l'utilisation croissante des lits de bronzage associ�e au d�sir d'�tre bronz� parce que c'est � la mode seraient les principales raisons de cette augmentation rapide du nombre de cancers cutan�s �. De plus, deux �tudes r�centes ont mis en �vidence une augmentation de 25 � 30% du risque de m�lanome chez les personnes ayant re�u des UV en cabine !
Ne faites donc pas de s�ances d�UV. Ils ne font que s�ajouter aux UV naturels que vous recevez d�j�.

- J'ai une peau tr�s claire, les yeux clairs et des cheveux blonds, que me conseillez-vous ?

Le soleil expose au risque de cancers cutan�s et de vieillissement pr�coce de la peau. Les phototypes clairs (peau, yeux et cheveux clairs, pr�sence de t�ches de rousseur, propension aux coups de soleil�) sont particuli�rement sensibles au soleil et doivent faire l�objet d�une protection rigoureuse lors de la p�riode estivale (�viter le soleil autant que possible, notamment entre 11h et 16 heures, porter des v�tements couvrants et appliquer des cr�mes solaires sur les zones expos�es d�indice 30 au minimum toutes les deux heures).


- Quelle est l�influence du soleil sur la peau ? 

Le rayonnement ayant le plus d�effet sur la peau est le rayonnement Ultra-Violet (UV). On distingue trois type d�UV dans l�ordre de leur " force " : les UVA, B et C. Les UVC sont arr�t�s par l�atmosph�re et nous recevons surtout des UVA et B, m�me par temps nuageux (un voile nuageux d�altitude ne bloque que 10% des UV).

Ces UV peuvent avoir des effets positifs sur la peau � faible dose comme par exemple la production de vitamine D (action antirachitique), l�action antid�pressive chez certaines personnes ou gu�rir certaines maladies de la peau.

Mais les UV d�livr�s par le soleil ab�ment aussi la peau et la font vieillir pr�matur�ment. Nous avons des syst�mes de d�fense luttant contre ces effets n�fastes, mais ils sont d�bord�s par une exposition trop intense ou fr�quente. On voit ainsi augmenter les rides et les risques de cancers de la peau.


Il faut donc savoir mod�rer ses expositions solaires et savoir que la vie courante (travailler, faire des courses�) dans un pays ensoleill� est d�j� consid�r�e comme une forte exposition.

- Faut-il prot�ger les enfants? Le soleil leur fait synth�tiser de la vitamine D qui leur est b�n�fique...

La peau des enfants est particuli�rement sensible au soleil et la peau des enfants "garde en m�moire" les expositions solaires et les coups de soleils re�us pendant l'enfance.

Il est donc imp�ratif de prot�ger les enfants du soleil. Certains parents pensent que le soleil est bon pour leur enfant et qu'il fait synth�tiser de la vitamine D, n�cessaire au d�veloppement staturo-pond�ral de leur enfant. S'il est vrai que le soleil fait synth�tiser de la vitamine D, en revanche :
- seuls les UVB, pr�dominant en milieu de journ�e, sont responsables de la synth�se de vitamine D, et il suffit de 5 � 10 minutes d'ensoleillement en milieu de journ�e pour synth�tiser son stock quotidien de vitamine D

 en fait l'enfant n'a pas besoin du soleil pour assurer ses stocks de vitamine D : l'alimentation et la suppl�mentation en vitamine D effectu�e par les m�decins y suffit
 
Prot�ger les enfants du soleil : 
Les conseils de protection solaire classiques sont bien �videmment recommand�s pour les enfants, mais il est important de renforcer la protection solaire des enfants par rapport aux adultes :

- Eviter l'exposition directe de la peau des enfants et des b�b�s au soleil
Il est important d'�viter autant que possible toute exposition au soleil pour les enfants et pour les b�b�s. La peau d'un b�b� n'a jamais vu le soleil et elle devrait le voir le pus tard possible! La peau de l'enfant est particuli�rement fragile au soleil et il convient donc de l'exposer le moins possible, notamment entre 11 et 16h l'�t�


- Mettez les � l'ombre !
Essayez de privil�gier les zones ombrag�es pour laisser jouer les enfants et placez votre b�b� � l'ombre.

Il faut savoir que l'ombre d'un mur prot�ge mieux que l'ombre d'un arbre ou d'un parasol.

Il existe dor�navant des tentes constitu�es de tissu "anti-UV" ayant un indice de protection SPF 50 + et des v�tements couvrants anti UV en fibres textiles s�chant facilement et s'�cartant peu lorsqu'elles sont mouill�es. Un T-Shirt classique en coton voit ses mailles s'�largir lorsqu'il est mouill� et prot�ge beaucoup moins du soleil). N'oubliez pas le chapeau � large bord et les lunettes de soleil adapt�es aux enfants...

- Que faire en cas de coup de soleil ?
Le coup de soleil est une v�ritable br�lure de la peau par le soleil. Cette br�lure est le plus souvent du premier degr� (rougeur de la peau) voire du second degr� (apparition de bulles par d�collement de l'�piderme). On ne devrait id�alement jamais avoir de coup de soleil car la br�lure et les mutations g�n�tiques qu'il engendre sur les cellules de la peau sont irr�m�diables. Or le cancer de la peau est, entre autres, la r�sultante d'une s�rie de mutations g�n�tiques sur les cellules de la peau. Il est donc pr�pond�rant d'�viter les situations pouvant mener � un coup de soleil : exposition entre 12 et 16h l'�t�, absence de protection vestimentaire et d'application de cr�me solaire d'indice sup�rieur � 30 une demi- heure avant l'exposition, une demi heure apr�s le d�but de l'exposition, ensuite en moyenne toutes les deux heures et apr�s chaque bain. Lorsque les d�g�ts sont faits et que le coup de soleil est apparu, il faut tout d'abord �valuer sa gravit� : touche-t-il un enfant, un adulte fragilis� (malade, fatigu�...) ou une personne ag�e? concerne-t-il une grande surface corporelle ou simplement une zone limit�e (seulement les jambes par exemple)? s'accompagne-t-il d'un gonflement important de la peau, voire de bulles? de fi�vre, d'un malaise g�n�ral? Dans ces conditions, il faut consulter un m�decin en urgence afin de traiter le coup de soleil de fa�on ad�quate.
Si le coup de soleil touche un adulte en bonne sant�, qu'il est limit� en surface et en intensit� (simple rougeur), il faut tout d'abord �viter le soleil jusqu'� am�lioration compl�te de l'�tat cutan�, et ceci pour au moins deux raisons : tout d'abord, ceci permet � la peau de se r�parer sans avoir � affronter � nouveau l'agression solaire, et ceci r�duit le risque d'apparition de t�ches solaires. Ensuite, il faut refroidir la peau au moyen par exemple de linges mouill�s. Et il faut appliquer plusieurs fois par jour de la cr�me hydratante afin d'aider la peau � renouveler ses cellules mortes et � recr�er une barri�re cutan�e. Le mieux est de consulter un m�decin car ce dernier �valuera la gravit� de votre coup de soleil et vous prescrira le plus souvent en cas de coup de soleil mod�r� des cr�mes � base de cortisone permettant d'acc�l�rer la disparition de l'inflammation cutan�e.

Je travaille en plein air? comment me prot�ger?
La lumi�re solaire voyage � 300 000 km/sec. Que vous soyez allong� au soleil ou actif, l'ensoleillement est donc le m�me! Je vous recommande de travailler si possible � l'ombre, jamais torse-nu et toujours avec un chapeau+lunettes. Couvrez les zones d�couvertes (mains, visage...) avec une creme solaire d'indice sup�rieur ou �gal � 30 avant de travailler et pendant les pauses 


- Qu�est ce que le capital soleil exactement ?

Le capital soleil est une notion un peu abstraite qui tente d'imager la quantit� de rayons ultra-violets que la peau peut recevoir sans trop de d�g�ts (vieillissement pr�matur�, cancer de la peau...). Cette notion est tr�s variable d'un individu � l'autre en fonction de son type de peau (peau claire ou mate), de ses habitudes solaires (protection solaire, expositions aux heures les plus chaudes, dans des pays tropicaux...) et de ses ant�c�dents (coups de soleil ou exposition durant l'enfance, ant�c�dents familiaux ou personnels de cancers de la peau...). Elle correspond globalement aux capacit�s de r�paration de la peau (r�paration de l'ADN des cellules cutan�es lors des mutations engendr�es par les ultra-violets). On ne peut aujourd'hui quantifier ce capital pr�cis�ment pour un individu, mais on peut pr�venir les patients � peau claire, par exemple, qu'ils ont un capital beaucoup plus faible qu'un patient � peau noire, ou un patient ayant de nombreux grains de beaut�, voire un ant�c�dent familial de m�lanome (cancer de la peau) que son capital soleil est extr�mement faible. Malheureusement, aujourd'hui, on en est r�duit le plus souvent � constater apr�s coup qu'un patient a consid�rablement entam� ou d�pass� son � capital soleil � car apparaissent sur sa peau des taches brunes ou blanches, voire des pr�cancers ou de v�ritables cancers de la peau. Et l'on constate souvent cela de plus en plus t�t dans la vie!

Et pour aller plus loin...

Conf�rence de consensus sur la prise en charge du carcinome basocellulaire
Vid�os de l'association canadienne de dermatologie,  mesgrainsdebeaut� et dermatoinfo :






Version a imprimer : cancer de la peau
Vous �tes ici : Dermatologue >cancer de la peau

Bookmark and Share

Annonces :

Le site du dermatologue :

La peau :

Les cheveux :


Les soins de beaut� et esth�tique :

Annonces :


Rechercher dans le site du dermatologue :


Annonces :


Le r�seau social du dermatologue :





Liens d'int�r�t : l'auteur ( Ludovic Rousseau ) n'a pas transmis de liens d�int�r�ts concernant les donn�es diffus�es sur ce site