CONDYLOMES : les verrues genitales ou condylomes

Condylomes


Les papillomavirus / les condylomes / traitement des condylomes / Conseils en cas de condylomes

verrues genitales
Verrues génitales

Les condylomes ou verrues génitales sont dues à des papilloma virus qui sont des virus a ADN (acide desoxyribonucléique), responsables sur la peau des verrues. On distingue parmi ceux-ci les papillomavirus à haut risque de provoquer un cancer du col de l’utérus et les condylomes à faible risque carcinologique :

  • papillomavirus à faible risque de cancer du col de l’utérus, de la vulve, de l’anus, du penis… :

papillomavirus 6, 11, 42, 43, 44…

  • papillomavirus à haut risque de provoquer un cancer du col de l’uterus, de l’anus, de la vulve, du penis… :

papillomavirus 1618, 31…

Atteinte du col de l’uterus par papillomavirus

Les condylomes ou verrues génitales

L’infection par condylomes est le plus souvent le fait d’’une contagion sexuelle (Maladie Sexuellement Transmissible ou MST). Il faut donc devant des verrues anogénitales effectuer un bilan de MST (examen complet, sérologies…).

Les  » verrues  » à ce niveau sont aussi appelées condylomes.

Le médecin utilise alors un test spécifique pour les dépister appelé test à l’acide acétique pour dépister les condylomes difficiles à voir a l’oeil nu; Ce test est indolore

En cas de relation sexuelle à risque, de présence de condylomes chez un ou une partenaire, ou en cas de constatation de toute nouvelle lésion sur la zone génitale (rougeurs, petites tuméfactions… ), il faut consulter son médecin afin de passer les tests de dépistage appropriés, indolores.

Types de condylomes

On note trois types de condylomes :

  • Condylomes acuminés ( végétations vénériennes)

Les condylomes acuminés ressemblent souvent aux papillomes verruqueux : il s’agit de petites verrues apparaissant sur la vulve, le pénis ( ou ils sont souvent appelés  » crête de coq « ), la marge de l’’anus… et ayant l’allure de petites masses rosées ou blanches. Si on les regarde de près, elles peuvent ressembler à des mini grains de riz, des mini chou-fleurs…

  • Condylomes papuleux

Il s’agit de verrues génitales ressemblant aux verrues planes : elles prennent la forme de petites élevures rosées ou discretement brunes. La forme profuse de ce types de condylomes s’appelle la papulose bowenoide.

  • Condylomes plans

Il s’agit de verrues genitales parfois invisibles à l’oeil nu, parfois ayant simplement l’allure de petites taches rosées. Il peuvent coloniser l’ensemble des muqueuses anogenitales et on les redoute en particulier chez la femme lorsqu’ils infestent le col de l’utérus puisqu’ils peuvent y donner le cancer du col(en particulier les HPV 16 et 18). Ils sont dépistés à ce niveau par le frottis que doit réaliser régulièrement toute femme auprès de son gynécologue.

Condylomes de la femme

Chez la femme, les zones concernées par les condylomes sont :
La vulve, les parois vaginales, le col de l’utérus, le périnée (zone située entre la vulve et l’anus) et la marge de l’anus ainsi que le canal anal en cas de rapports par voie anale (sodomie).

condylomes femme
Condylomes acuminés de la vulve chez la femme

Condylomes de l’homme

Chez l’’homme, les zones concernées par les condylomes sont le gland, l’’urethre (orifice urinaire), le frein (petite bride de peau située sous l’urethre), le prépuce, ma marge anale et le canal anal en cas de rapports passifs homosexuels par voie anale (sodomie).

crete de coq
Condylomes du gland chez l’homme : crete de coq
condylomes homme
Condylomes de la verge chez l’homme

Diagnostic des condylomes

Le diagnostic est le plus souvent clinique après application d’acide acétique mais le dermatologue  peut s’aider de la dermatoscopie pour affirmer le diagnostic :

Lésions épithéliales donc les vaisseaux sont entourés de blanc

  • Vaisseaux monomorphes en points de distribution régulière, sur un fond sans structure couleur chair
  • Vaisseaux en épingles à cheveux dilatés, hypertrophiques, exubérants

 

Le traitement des condylomes

Le traitement des condylomes est effectué pour limiter le risque de contamination entre partenaires; en effet les condylomes sont des lésions qui grouillent de virus et ils sont donc hautement contaminants. Le traitement n’a pas pour prétention d’éradiquer le virus de la muqueuse de la personne atteinte. Le but du traitement est donc de réduire le risque de transmission : on traite les lésions visibles mais pas le virus, les condylomes peuvent donc revenir.

La première chose à faire est donc de bien sérier le problème en faisant un examen complet de la personne atteinte et de son ou ses partenaires :

– examen à l’oeil nu et après application d’acide acétique dilué de l’ensemble des muqueuses génitales (chez la femme vulve, vagin et chez l’homme, gland, prépuce) mais aussi examen attentif des zones cutanéomuqueuses attenantes périnée et anus dans les deux sexes, verge et scrotum (les bourses) chez l’homme

– en cas de doute d’atteinte du col de l’utérus par des condylomes plans, un frottis voire une biopsie sont réalisés – en cas de doute d’atteinte de l’urethre, une uréthroscopie est réalisée, en cas de doute d’atteinte du canal anal, une rectoscopie est réalisée

Traitements médicaux

On peut tenter de détruire les condylomes à l’aide de produits à appliquer localement à domicile, tels l’imiquimod (un produit stimulant le système immunitaire pour l’aider à détruire les condylomes) ou la podophyllotoxine, qui détruit les condylomes par nécrose. Ces deux produits sont très irritants et nécessitent de bien suivre la prescription du médecin (quantités à appliquer, nombre d’applications… )

Traitements chirurgicaux

Si le traitement médical n’a pas permis l’éradication des condylomes, le médecin peut avoir à recourir à des techniques de destruction physiques telles que : – la cryothérapie à l’azote liquide – l’électrocoagulation au bistouri électrique – la carbonisation au laser CO2 – voire chez les femmes présentant des dysplasies sévères du col, laconisation, qui consiste à enlever un bout conique de col de l’utérus

Conseils en cas de condylomes :

– La présence de condylomes chez la femme nécessite un frottis de controle annuel. Il est également important de rechercher une éventuelle MST associée chez vous mais aussi chez le ou les partenaires sexuels (infection par le VIH, l’hépatite B, la syphilis ou une infection à chlamydiae… ) et chercher des condylomes chez ce ou ces partenaires car il est peu utile de se faire soigner si le ou les parteniares risquent de vous réinfecter.

– Il faut utiliser le preservatif, même si son efficacité dans la prévention des infections à HPV est discutée en raison de la présence du virus sur la peau non protégée par le préservatif (pubis… ). Il permet cependant de diminuer le risque de contamination du ou des partenaires et il faut l’utiliser durant le traitement puis durant 2 à 3 mois suivant la guérison.

– Avoir des condylomes ne signifie pas nécessairement avoir été trompé par son ou sa partenaire, car les délais d’incubation du virus peuvent durer plusieurs années après la contamination

2 pensées sur “CONDYLOMES : les verrues genitales ou condylomes”

  1. bonjour,
    Il y a 4 mois,j’ai fais une consultation chez mon Gynécologue pour un frottis,j’ai appris par le resultat que je porte Un virus qui est le PAPILLOMAVIRUS(viral).chose est sur c’est que je n’est pas eu d’autre partenaire à part mon Mari.chose que je ne comprends pas du tout.
    Je voudrai savoir si ce virus est dangereux pour Moi ou est ce qu’il y a des solutions pour les faire disparaître.ce qui m’inquiete beaucoup c’est le risque de cancer apres.
    Pouvez vous me donner une solution et me conseillez quels traitement et quelles précaution à prendre.

    Merci
    Mme nini

  2. On peut etre porteur de papillomavirus depuis des années sans que cela n’apparaisse lors des examens
    Seuls quelques papillomavirus sont potentiellement cancérigènes (le 16 et le 18 notamment). Votre gynécologue effectuera des controles réguliers pour s’assurer que ce n’est pas le cas
    Il faut demander à votre mari de consulter un dermatologue pour déterminer s’il a des lésions en cours, car le cas échéant il faut les traiter car elles sont contagieuses. En attendant, utilisez le préservatif

Posez une question au dermatologue