FRAISE DU BEBE : l’hémangiome ou fraise

Fraise du bébé (Hémangiome)

L’hémangiome ou « fraise » fait partie des angiomes du bébé, dans la catégorie des tumeurs vasculaires

angiome
Hémangiome du cuir chevelu

L’hémangiome infantile est aussi appelé hémangiome immature, caverneux ou « fraise » est la tumeur vasculaire bénigne la plus fréquente de la petite enfance car il touche 5 à 10 % des nourrissons.

Pourquoi mon bébé a-t-il une fraise?

 

fraise bébé
« Fraise » sur le visage d’un bébé

L’hémangiome ou « fraise » est prédominant dans les populations d’origine européenne et les peaux blanches (ils sont 20 fois – fréquents sur peau noire) et touche plus les filles que les garçons (2.5 à 4 filles/1 garçon).

Il est généralement sporadique, mais quelques rares cas héréditaires ont été rapportés. Ainsi, l’antécédent familial d’hémangiome constitue un facteur de risque potentiel.

L’âge maternel elevé serait un facteur de risque, ainsi que l’hypoxie ante ou perinatale :

  • nouveau-né de petit poids (prématurés, grossesses gémellaires… ),
  • anomalies placentaires,
  • hypertension artérielle gravidique et/ou pré-éclampsie.

La fraise (hémangiome) de mon bébé est-elle dangereuse?

L’hémangiome est une tumeur rouge ou de couleur peau normale ferme et élastique, légèrement chaude à la palpation, mais qui ne bat pas+++++

Il mesure généralement quelques centimetres (80% font moins de 3 cm) et siège le plus souvent (60% des cas) sur la tete et le cou (le plus souvent sur les proéminences (nez, pommettes… ) et le centre du visage), mais on peut en voir sur tout le corps

Sur le visage il faut se méfier des hémangiomes segmentaires, répartis sur un segment du visage, qui feraient dix fois plus de complications que les formes localisées, car elles sont volontiers associées à des malformations sous-jacentes et s’ulcèrent souvent.

Parmi ces malformations redoutées des hémangiomes segmentaires faciaux figure notamment le syndromes PHACES, acronyme anglophone de :

• anomalies de la fosse Postérieure

Hémangiome facial

• anomalies Artérielles intra et extra-crâniennes

• anomalies Cardiaques congénitales et Coarctation aortique

• anomalies oculaires (Eye)

• anomalies Sternales et ventrales

Ainsi, tout nouveau-né porteur d’un hémangiome facial étendu et segmentaire de plus de 5 cm2, notamment en zone frontopalpébrale doit effectuer

  • une IRM cérébrale
  • examen ophtalmologique (notamment en cas d’atteinte fronto palpébrale)
  • Une echographie cardiaque et des gros vaisseaux

Quelle fraise a mon bébé?

L’hémangiome peut prendre classiquement 3 aspects :

• Cutané superficiel (également appelé tubéreux) :

rouge vif, à bords nets, en relief, « posée sur la peau » à surface mamelonnée irrégulière. C’est la classique « fraise »

angiome fraise
Hémangiome en ‘fraise’

• Profond:

tuméfaction arrondie et chaude, sous une peau normale ou bleutée.

• Mixte :

association d’une composante superficielle tubéreuse (apparaissant souvent en premier) et d’une composante profonde qui la dépasse et lui donne un contour bleuté

L’hémangiome infantile n’est pas présent à la naissance (c’est ce qui le distingue de l’hémangiome congénital), mais il peut exister deux types de taches prémonitoires chez le nouveau-né :

• Une tache blanche de constriction des vaisseaux ou « hamartome anémique »

• Une tache rouge, souvent avec petis vaisseaux (télangiectasies)

L’hémangiome infantile apparaît dans les jours ou les semaines qui suivent la naissance.

L’hémangiome évolue alors le plus souvent en trois phases :

  • une phase de prolifération précoce vers 3 à 8 mois : l’angiome pousse et augmente de volume
  • une phase de latence vers la fin de la première année de vie
  • et une phase de régression spontanée en moyenne jusque vers l’âge de 5 et 7 ans (la régression est complète dans 90% des cas à 4 ans)

Il existe cependant dans 70% des cas des séquelles d’angiomes plus ou moins importantes :

résidu fibro-graisseux,

aire de peau plus lâche et plus fine fine due à la destruction du tissu élastique

petits vaisseaux (télangiectasies), pouvant être traitées par laser.

Comment soigner la fraise (hémangiome) du bébé?

Compte tenu de l’évolution naturelle des hémangiomes infantiles vers la régression spontanée au bout de quelques mois, la règle est l’abstention thérapeutique et la surveillance chez plus de 80% des bébés.

Cependant, l’attente de cette régression ne peut être envisagée spontanément en cas de signes alarmants :

• mise en jeu le pronostic vital (hémangiome siégeant près de la gorge par exemple)

• menace sur une fonction (près du nez, de la bouche, de l’oeil… )

ulcération : il existe une plaie au pole superieur de l’angiome

• risque de préjudice esthétique majeur

hemangiome du visage sur un bébé
Hemangiome (« fraise ») avec risque fonctionnel et esthétique

Dans ces cas, il est fréquent de proposer un traitement aux parents :

Propranolol

Le propranolol (un betabloquant), dont l’efficacité a été découverte et étudiée par l’équipe bordelaise de dermatologie pédiatrique, est devenu le traitement médical de première ligne des hémangiomes compliqués. Dans + de 80% des cas on observe dans les heures qui suivent la prise du traitement un affaissement et un changement de couleur de l’hémangiome puis une régression plus ou moins complète en quelques mois.

Plus le traitement est donné tôt plus on stoppe la phase de croissance de l’hémangiome infantile (6 à 9 mois).

Les principaux effets secondaires sont les hypoglycémies, l’aggravation d’un bronchospasme au cours des épisodes de bronchiolites, des malaises avec pâleur, voire cyanose et hypotension ou plus rarement des hyperkaliémies. Il est donc institué en milieu hospitalier sous surveillance puis en ambulatoire (à la maison) dès que les fonctions vitales sont rassurantes, jusqu’à la fin de la période de croissance supposée de l’hémangiome, soit environ 6 à 9 mois.

La dose initiale recommandée est de 1 mg/kg/jour, répartie en 2 prises séparées de 0,5 mg/kg, augmentée progressivement sous surveillance médicale :

1 mg/kg/jour pendant 1 semaine,
puis 2 mg/kg/jour pendant 1 semaine,
puis 3 mg/kg/jour en dose d’entretien le matin et en fin d’après-midi, si possible au cours du repas pour éviter les hypoglycémeis, avec un intervalle d’au moins 9 heures entre deux prises.

Une surveillance clinique de l’état de l’enfant et un réajustement de la posologie doivent être réalisés au moins une fois par mois.

La Corticothérapie générale

Utilisee en seconde intention

Autres traitements :

Corticothérapie intra-lésionnelle (injections de cortisone dans l’hémangiome), Interféron, vincristine, chirurgie, embolisation, laser…

 

Vous êtes ici : Dermatologie > angiomes

 

Posez une question au dermatologue