ECZEMA ENFANT : l’eczéma de l’enfant ou dermatite atopique

L’eczema de l’enfant : dermatite atopique

Votre enfant a des plaques rouges et sèches qui le démangent, surviennent par poussées notamment en hiver : c’est peut être de l’eczema atopique ou eczema de l’enfant.

Des plaques rouges et sèches qui grattent chez l’enfant : et si c’était de l’eczema atopique?

L’eczema atopique ou eczema du nourrisson et de l’enfant : qu’est-ce que c’est ?

La dermatite atopique ou eczema atopique de l’enfant et du nourrisson, est une dermatose eczematiforme qui comme son nom l’indique, touche le nourrisson et l’enfant, mais qui peut se poursuivre à l’age adulte. L’eczema du nourrisson commence le plus souvent vers 3 mois.

Les plaques d’eczéma prédominent sur les joues chez le jeune enfant puis elles touchent préférentiellement les plis du coude et la zone située derrière les genoux ou derrière les oreilles (eczema des oreilles).

Causes

L’eczéma constitutionnel de l’enfant appartient au groupe des maladies allergiques (on parle d’atopie comme pour l’asthme, la rhinoconjonctivite allergique, l’urticaire…).

Il existe quelques certitudes et beaucoup d’hypothèses dans le domaine de l’eczéma du bébé et de l’enfant (role du lait maternel, de l’hygiène… ).

Les certitudes dans l’eczema de l’enfant

Il existe des facteurs génétiques dans l’eczema de l’enfant et du nourrisson puisque 60% des parents ayant un enfant atopique, ont ou ont eu un signe d’atopie (un eczema atopique par exemple).

On retrouve souvent des antécédents d’’allergies dans la famille.

Les enfants atopiques sont hyper réactifs à leur environnement

C’est-à-dire que les enfants et les nourrissons ayant de l’eczema réagissent plus facilement de manière allergique aux substances qu’ils rencontrent dans leur vie courante (poussières, poils d’animaux… )

Les enfants ayant de l’eczema ont une peau sèche

Les enfants et les nourrissons ayant de l’eczema ont une peau plus sèche et  » fissurée « , laissant pénétrer les allergènes dans la peau. La peau de l’enfant ou du nourrisson ayant de l’eczema « laisse donc pénétrer » les substances et leur permet de rentrer en contact avec les cellules immunitaires de la peau C’est pourquoi la lutte contre la peau sèche par l’’hydratation et le respect de l’équilibre de la peau sont donc prépondérant et font partie intégrante du traitement de l’eczema de l’enfant et du nourrisson

Il y a de plus en plus d’enfants et de nourrisson ayant de l’eczema depuis plusieurs décennies

Pour en savoir plus, voir l’article sur les causes de l’eczema de l’enfant

Symptomes

L’eczema atopique du nourrisson débute le plus souvent avant l’âge de 1 an.

Son diagnostic nécessite une consultation médicale.

La dermatite atopique peut prendre plusieurs formes : plaques rouges et qui grattent au niveau des joues, du ventre, du dos, des plis des coudes et des genoux …etc.

A/ La forme typique de dermatite atopique débute vers 3 mois.

Dans 50 à 70% des cas, un parent au 1er degré est atopique (antécédents d’eczéma atopique chez le papa par exemple)

La première manifestation d’eczema atopique du bébé est souvent la sécheresse cutanée. Ensuite surviennent un ecéma des convexités du visage (joues notamment) et des membres.

Environ un eczema atopique du bébé sur deux guérit vers 2 ans.

B/ A partir de 2 ans

L’eczema atopique de l’enfant après 2 ans se transpose plutôt dans les plis (cou, coudes, genoux), les mains et les poignets…

Souvent, les plaques rouges d’eczema se couvrent de minuscules cloques qui suintent.

Parfois, les plaques s’infectent : elles deviennent rouge
vif et se recouvrent de croutes et de pus (impetigo).

Après la poussée, on retrouve une peau sèche et rugueuse à l’endroit où se trouvaient les plaques d’eczema

L’eczema de l’enfant et du nourrisson évolue par poussées qu’’il faut traiter car elles sont souvent mal vécues par les enfants : l’enfant atteint d’eczema atopique se gratte ce qui engendre des excoriations (érosions) sur les lésions et parfois une insomnie.

C/ L’eczema de l’enfant peut disparaître vers 5-8 ans.

Comment traite-t-on les poussées d’eczema atopique de l’enfant ?

Voir l’article traitement de l’eczema de l’enfant

Eviter l’eczema de l’enfant

Voir l’article soins de l’eczema de l’enfant

Quand consulter rapidement en cas d’eczema?

Il faut consulter immédiatement

Cloques qui se propagent

Si l’enfant a des petites cloques (vésicules d’herpès) qui se propagent rapidement : attention à l’herpes chez les enfants atteints d’eczema atopique car ils risquent une poussée profuse appelée syndrome de Kaposi Juliusberg : si vous avez de l’herpes labial (bouton de fièvre), évitez d’embrasser un enfant atopique

Kaposi Juliusberg chez un enfant atopique
Kaposi Juliusberg chez un enfant atopique

Surinfection

L’enfant a des plaques rouges recouvertes de pus (impetigo)

Consulter rapidement

Si les plaques d’eczema ne disparaissent pas après une semaine de traitement

En cas de retentissement sur le sommeil, l’humeur, l’état général de l’enfant

Consulter un allergologue

Voir l’article allergies dans l’eczema de l’enfant

Interview du Pr Alain TAIEB, Chef du service de Dermatologie, Hôpital Saint-André, BORDEAUX

Qu’a-t-on appris de nouveau sur la dermatite atopique durant les dernières années (en dehors des traitements) ?

Pr Alain Taïeb :

– L’incidence de la Dermatite Atopique a augmenté ces 20 dernières années et on observe un gradient Nord-Sud de sa prévalence puisqu’elle passe de 5% en Espagne à 20% en Grande-Bretagne. Plus qu’une modification du terrain génétique, il faut y voir un rôle de l’environnement, sans que l’on puisse à l’heure actuelle définir précisément les facteurs externes qui déterminent cet état quasi-épidémique de la DA. On sait par contre que :

l’augmentation de la dureté de l’eau augmente la prévalence de la DA chez le nourrisson

l’apparition d’une meilleure hygiène et la diminution de la taille des familles réduisent l’exposition aux agents infectieux des enfants en bas âge. Cet argument épidémiologique pourrait être un facteur de dysmaturation du système immunitaire qui augmenterait alors son expression allergique vis-à-vis des agresseurs externes.

– Le bilan allergologique n’est pas toujours indispensable et il faut savoir se contenter d’un interrogatoire minutieux dans les DA peu sévère. Il convient cependant de savoir prendre des précautions élémentaires qui pourront diminuer sensiblement le nombre et l’importance des poussées :

éviter une diversification alimentaire trop précoce, en particulier en ce qui concerne l’introduction de l’oeuf ou de l’arachide la première année

prendre des mesures préventives pour les acariens (éviter les peluches, moquettes, rideaux / passer régulièrement l’aspirateur / voire utiliser des housses et poudres anti-acariens), les moisissures (éviter les maisons ou les pièces humides pour le choix de la chambre à coucher) et les animaux domestiques.

– En revanche, lorsque la maladie est grave (SCORAD), résistante aux traitements bien conduits ou associée à des manifestations systémiques (retard de croissance, manifestations respiratoires, digestives), un bilan allergologique est indiqué, associant une batterie de tests alimentaires sériques et de tests de contact cutanés. Des épreuves d’éviction et/ou de réintroduction (en milieu hospitalier) pourront en découler.


Video de la Société Francaise de Dermatologie :

Posez une question au dermatologue (pas d'avis médical)