GRAIN DE BEAUTE (OU NAEVUS) : les points de beauté

Grains de beauté ou points de beauté

Grains de beauté ou points de beauté

Qu’est-ce qu’un grain de beaute / Pourquoi a-t-on des grains de beaute / Les types de grains de beaute / Controler les grains de beaute / Enlever un grain de beauté / Points clés / Questions fréquentes / Et pour aller plus loin

Points de beauté
Grains de beauté

Grains de beauté ou naevus : qu’est-ce que c’est ?

Un point de beauté est un amas de cellules mélanocytaires dans la peau (naevus) (cellules de couleur marron que l’on trouve dans la peau ou les muqueuses) : les cellules mélanocytaires (ou mélanocytes) sont les cellules provoquant le bronzage et la coloration foncée de la peau

Les points de beauté (ou naevus) ont donc le plus souvent une coloration foncée. Les grains de beauté sont donc le plus souvent bruns, avec parfois des teintes rouges, rosées, bleutées…

Les naevus (ou naevi) peuvent siéger aussi au niveau des ongles et donner des bandes foncées.

Pourquoi a-t-on des grains de beauté ?

L’apparition des grains de beauté commence généralement (contrairement au naevus congenital) après la naissance, entre 6 mois et un an.

Les points de beauté apparaissent ensuite progressivement durant l’enfance et l’adolescence, et il semble que les expositions solaires durant l’enfance et l’adolescence influenceraient le nombre, la taille et le potentiel dégénératif des grains de beauté (risque de melanome).

D’ou l’interet de proteger les enfants du soleil
Un adulte jeune de couleur blanche a généralement 20 à 30 naevus (grain de beauté). On considère qu’avoir plus de 50 points de beauté (naevus) pourrait constituer un risque supplementaire de melanome.

 

 

Il est important de protéger du soleil les peaux qui présentent des grains de beauté car ces dernières présentent un risque plus élevé de développement de mélanome. De même il est recommander de faire controler ses grains de beauté au moins une fois par an chez le dermatologue


Quelles sont les sortes de points de beauté ?

L’aspect des grains de beauté est tres varié.

  • Naevus pigmentaires acquis

Les naevus acquis sont généralement de petite taille (inferieur a 5-6mm), de couleur homogene (une seule couleur) marron chez lez peaux plutot mates et plus clairs (orange-rose) chez les peaux plus claires. La bordure des grains de beauté est le plus souvent régulière. Il a une forme globalement symétrique ronde ou ovalaire (si on mettait un miroir en travers du naevus dans tous les sens, on obtiendrait la même image de chaque coté du miroir), homogène (une seule couleur, régulièrement répartie). Il découle de cet aspect du naevus bénin une règle de simplification dite ABCD, qui permet de dépister en un coup d’oeil les naevus susceptibles d’etre atypiques ou dysplasiques, car ils sont plus à risque de se transformer en mélanome, ou de constituer un facteur de risque de survenue de mélanome sur le reste de la peau s’ils sont nombreux :
A = Asymétrique ; si on mettait un miroir en travers du naevus dans tous les sens, on n’obtiendrait pas la même image de chaque coté du miroir
B = Bords irréguliers ; les bords ne sont pas net comme sur le bord d’un cercle ou d’un ovale : ils sont au contraire un peu déchiquetés et irréguliers comme sur une carte de géographie
C = Couleurs différentes ; le grain de beauté n’a pas une seule mais plusieurs couleurs
D = Diamètre supérieur à 6 millimètres (pour se repérer, 6 mm est le diamètre d’une gomme de crayon).
Il faut ajouter à cet ABCD la lettre E :
E = Evolution : tout changement de taille, de forme, de couleur, un grain de beauté qui se met à saigner avec des traumatismes mineurs, devient crouteux… nécessite une consultation médicale sans tarder pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un melanome débutant.

grain de beaute cancer
Critères ABCD : à gauche, mélanomes, à droite grains de beauté bénins

Les grains de beauté sont plus frequents et nombreux sur les zones exposees au soleil (grain de beauté du dos, des epaules…).

On distingue sur un plan histologique plusieurs types de grains de beauté acquis :

  • Naevus jonctionnel

Le naevus jonctionnel est généralement sans relief ou légèrement surélevé. Le naevus jonctionnel est souvent de couleur marron foncé. On l’appelle naevus jonctionnel car les cellules melanocytaires predominent dans la zone inferieure de l’epiderme et de la jonction entre le derme et l’epiderme. Le naevus jonctionnel est frequent chez l’enfant, et il presente un potentiel degeneratif en melanome chez l’adulte.

  • Naevus dermique

Le naevus dermique est le plus souvent en relief. Le naevus dermique est souvent plus clair que le naevus jonctionnel, voire couleur chair. Le naevus dermique peut comporter des poils. Ces poils dans le grain de beauté sont souvent plus foncés et plus epais que les autres poils. Comme son nom l’indique, le naevus dermique comporte des melanocytes dans les couches profondes de la peau (le derme)

grain de beauté en relief
Grain de beauté tubéreux ou dermique (en relief)
  • Naevus composé

Le naevus compose est generalement legerement sureleve. Le naevus compose est souvent de couleur marron.
Le naevus composé est une sorte de grain de beauté combinant des cellules melanocytaires dans la jonction dermo-epidermique (comme le naevus jonctionnel) et dans le derme (comme le naevus dermique), d’ou son appelation de naevus composé.

  • Naevus de Sutton (halonaevus)

On appelle naevus de Sutton un phenomene appelé phenomene de Sutton ou suttonisation, consistant en l’apparition d’un halo clair autour du grain de beauté. Le phenomene de Sutton est frequent avant 20 ans. Le grain de beauté peut diparaitre completement, laissant une zone plus claire, qui en général s’estompe en quelques mois ou années. Le phenomene de Sutton s’accompagne d’un vitiligo dans 1/4 des cas environ. Il s’agirait d’un phenomene auto immun et l’on observe une infiltration par des lymphocytes des zones de cellules melanocytaires.

Sutton
Naevus de Sutton (halonaevus)
  • Naevus de l’ongle : bande noire sur l’ongle

Le naevus de l’ongle est un grain de beaute de la matrice de l’ongle provoquant une bande longitudinale marron. Toute bande noire de l’ongle doit amener a consulter un medecin.

Devant une bande noire de l’’ongle, il faut d’abord se demander si elle est bien due à du pigment (naevus) car il peut s’agir d’un hématome ou d’une pigmentation de l’ongle par frottement par exemple

Ensuite, on regarde si un seul ongle est touché ou plusieurs autres ongles (formes congénitales ou familiales d’hyperpigmentations unguéales)

L’analyse de la bande noire de l’ongle de l’adulte répond elle aussi à un abécédaire :

A pour Age – pic entre 50 et 70 ans- + origine Asiatique, Afro-américain, Américain

B pour Bande : foncée (Brown-Black), Breadth (large de 2 à 3 mn), Bordure irrégulière

C pour Changement rapide (La largeur de la bande est plus important près de la matrice qu’au bout de l’ongle)

D pour Doigt atteint (d’abord le pouce, puis le gros orteil, puis l’index et surtout la main dominante)

E pour Extension (signe de Hutchinson : pigmentation qui gagne sur la peau de la lunule)

F pour histoire Familiale

En résumé, il faut que les lignes constituant la mélanonychie (bande noire de l’ongle) soient de meme taille et de meme couleur et évoluent peu. On se méfie d’un aspect en code barre (plusieurs largeurs de lignes)

  • Naevus congenital

Voir grain de beauté de naissance

  • Naevus bleu

Le grain de beauté est bleu ardoise car le pigment noir (melanine) est profond et parait donc bleu.

Controler les grains de beauté

Les grains de beauté doivent être surveillés par un dermatologue car ils peuvent se transformer en mélanome et à l’inverse, un mélanome débutant peut facilement être pris pour un grain de beauté. Il est donc important d’enlever tout grain de beauté suspect.

Le dermatologue peut s’aider de la dermoscopie, une technique de visualisation agrandie des grains de beauté en immersion, permettant d’objectiver la structure d’un grain de beauté, afin de le distinguer d’un mélanome

Dermatoscope
Dermatoscope à immersion
dermoscope
Autre type de dermatoscope
grain de beaute
Vue du grain de beauté à l’oeil nu
dermoscopie
Vue du grain de beauté au dermoscope

Le dermatoscope a permis d’affiner le diagnostic des grains de beauté depuis son avènement et de diagnostiquer de façon plus sure et plus précoce les mélanomes

 

Points clés :

  • Les grains de beauté sont des regroupements de mélanocytes (cellules pigmentaires) dans la peau
  • L’exposition au soleil, notamment durant l’enfance, est susceptible d’augmenter le nombre de grains de beauté. La protection du soleil est donc un moyen de limiter son risque de survenue de grains de beauté
  • Un grand nombre de grain de beautés (supérieur à 50) est un facteur de risque de mélanome
  • Il est important de faire controler ses grains de beauté régulièrement par un dermatologue
  • Tout changement de grain de beauté nécessite une consultation médicale
Changement de grain de beauté : danger de mélanome!

Questions fréquentes


– J’ai un grain de beauté protubérant sur le nez que je souhaiterais faire enlever. Aurai-je une cicatrice?

La peau est constituée de deux couches posées l’une sur l’autre, l’épiderme en superficie et le derme en profondeur. Tout acte qui atteint le derme risque de provoquer une cicatrice.
Un grain de beauté a généralement une composante dermique, ce qui signifie que l’ablation de votre grain de beauté, si elle est complète et emporte sa partie profonde dermique, qu’elle soit réalisée au bistouri ou au laser, risque de créer des lésions dans le derme et donc de provoquer une cicatrice.
La décision de faire enlever un grain de beauté doit toujours être prise en sachant que ce risque cicatriciel existe. Si le risque est acceptable lorsque l’ablation du grain de beauté est réalisée pour raison médicale (lésion douteuse dont on souhaite l’analyse), il l’est moins lorsqu’il s’agit d’un acte esthétique.
La qualité de la cicatrice dépendra quant à elle de nombreux facteurs tels que la profondeur et la largeur de l’ablation (plus elle est profonde et large, plus le risque cicatriciel est important), les soins apportés à la plaie (application de crèmes, de pansements qui favorisent la cicatrisation…) et surtout la propension de votre peau à faire de belles cicatrices. On dit en effet souvent que ce n’est pas le médecin qui fait une belle cicatrice mais le patient.
Au sujet des techniques d’ablation, il faut savoir que la différence principale entre le laser et le bistouri réside dans leur mode d’action : le bistouri coupe et le laser détruit en carbonisant. Cependant, l’acte d’ablation d’un grain de beauté au laser est un véritable acte chirurgical, au même titre que l’acte classique au bistouri.
Le traitement au laser présente des avantages et des inconvénients comparativement au bistouri. Le laser permet de déterminer plus facilement la profondeur de l’intervention (donc de la réduire pour diminuer le risque cicatriciel) et il ne fait pas saigner. Il a par contre des inconvénients dus à son mode d’action qui est la carbonisation, c’est-à-dire la destruction de la lésion : le grain de beauté étant détruit, il n’est pas possible de l’envoyer en analyse. Ceci ne permet donc pas d’avoir la preuve que le grain de beauté est bénin et la technique au laser doit par conséquent être réservée aux grains de beauté pour lesquels il existe une certitude de bénignité rien qu’en les observant. L’absence d’analyse a un autre inconvénient : il est impossible de savoir si tout le grain de beauté été enlevé. Or, s’il reste un peu de grain de beauté dans la peau, il peut « repousser ». La technique au laser ne permet donc pas de certifier qu’il n’y a pas de risque de récidive du grain de beauté.
Au total donc, tout acte traumatisant le derme (couche profonde de la peau) expose au risque de cicatrice.

– Peut-on épiler les poils situés dans les grains de beauté

Certains grains de beauté contiennent des poils, ce qui n’a pas de caractère inquiétant. Il est possible d’épiler les poils des grains de beauté sans risque pour le grain de beauté. Il faut cependant veiller à observer une hygiène scrupuleuse car cela expose au risque de folliculite sous-naevique, c’est-à-dire l’apparition d’un bouton inflammatoire dans le grain de beauté : le grain de beauté enfle, rougit et devient sensible. Cette folliculite nécessite une consultation médicale. Pour tenter de l’éviter, lavez-vous soigneusement les mains avant l’épilation, désinfectez au moyen d’un antiseptique doux le grain de beauté et la pince à épiler. Puis lavez le grain de beauté à l’eau et au savon apres l’épilation.

– Mon bébé avait un grain de beauté à la naissance, est-ce normal?
Absolument, on parle alors de naevus pigmentaire congénital. On distingue grossièrement les naevi congénitaux de petite ou moyenne taille (faciles à enlever et mesurant généralement moins de 20 cm de plus grand axe) et les naevi congénitaux de grande taille (difficiles à enlever et/ou mesurant plus de 20 cm)
Les grains de beauté du bébé de 0 à 3 ans peuvent être congénitaux (présents à la naissance ou apparaissant dans les premiers mois de la vie) ou non. Dans le premier cas, il s’agit souvent de taches marron clair sur la peau du nouveau né, plus ou moins pileuses, qui ensuite grandissent proportionnellement à l’étirement de la peau lors de la croissance de l’enfant et se modifient en couleur (ils peuvent foncer ou s’éclaircir) et en pilosité (cette dernière a souvent tendance à augmenter).  Concernant les naevi non congénitaux, la prime enfance est souvent une période d’apparition des premiers naevi pigmentaires acquis (les grains de beauté « courants ») et d’autres naevi : naevus de Spitz, naevus spilus… que seul un spécialiste peut distinguer des naevi pigmentaires acquis. Il est donc important de montrer les taches pigmentaires de ses enfants aux médecins car ces derniers peuvent nécessiter une surveillance régulière, voire une ablation. De même, d’autres taches pigmentaires peuvent apparaitre dans la tendre enfance et ne pas être des grains de beauté (taches « café au lait » par exemple). La encore, seul un spécialiste pourra les distinguer des naevi pigmentaires et donner la conduite à tenir aux parents (simple surveillance, ablation, réalisation d’examens complémentaires…)
Toute tache pigmentaire du bébé doit etre prise en considération et être montrée à un médecin. Ce dernier évaluera alors la nature de cette tache et pourra demander un avis spécialisé si nécessaire. Les naevi congénitaux de grande taille font partie de ceux qui posent le plus de problèmes concernant la conduite thérapeutique à adopter, car ils sont considérés comme ayant potentiellement plus de risque de dégénérer en mélanome (selon les auteurs, entre 2 et 8% de risque de dégénérescence en mélanome) que les naevi pigmentaires acquis. On propose donc souvent de les enlever si cela est possible (mais tout dépend de leur taille, de leur localisation, du risque cicatriciel… et cette décision est souvent prise conjointement entre les parents et les specialistes (dermatologue, chirurgien…) en pesant tous ces éléments). Quand l’ablation n’est pas possible, on recommande alors une surveillance régulière et soigneuse de ces naevi pigmentaires congénitaux de grande taille. Lorsque ces derniers sont situés sur le cuir chevelu, le visage ou le dos, le praticien peut recommander d’effectuer des examens radiologiques (Scanner, IRM…) à la recherche d’une atteinte des méninges notamment.

– Comment peut-on faire la différence entre un banal grain de beauté et un grain de beauté à surveiller car il risque d’être malin
Une règle dite de l’abécédaire permet de reconnaître certains grains de beauté que l’on dit  » atypiques  » :

A = Asymétrique ; si l’on trace un trait imaginaire au milieu du grain de beauté, les deux parties n’ont pas la même forme

B = Bords irréguliers ; les bords ne sont pas net, comme une carte de géographie

C = Couleurs différentes ; le grain de beauté a plusieurs couleurs (brun clair, brun foncé, rosé…)

D = Diamètre supérieur à 6 millimètres (la taille approximative d’une gomme de crayon) .

Cette règle ne peut cependant s’appliquer à tous les grains de beauté et certains grains de beautés qu’il faut enlever ou surveiller n’ont pas ces caractéristiques. Seul un medecin peut juger de la bénignité d’un grain de beauté. Il est donc important de montrer vos grains de beauté à un médecin afin qu’il détermine lesquels sont à surveiller, voire à enlever.

– J’ai remarqué l’apparition d’une tache marron dans mon dos, que faire?
Toute taches brune, tout grain de beauté, tout bouton qui apparaissent ou se modifient chez l’adulte nécessitent un avis médical.
– Une de mes grains de beauté se modifie, que faire?
Tout naevus qui se modifie chez l’adulte nécessite un avis médical.

 

Et pour aller plus loin…

Vidéos de mesgrainsdebeauté et la société francaise de dermatologie :

interview du Dr Eric Ehrsam

e.erhsam

3 rue Jules Ferry 59360 LE CATEAU

1/ Qu’est-ce que la vidéomicroscopie à épiluminescence ? Comment ça marche ? Quelle différence avec la dermoscopie ?
Dr Eric EHRSAM :

Il faut préciser quelques définitions.La microscopie à épiluminescence est synonyme de microscopie de surface ou dermoscopie (en anglais respectivement epiluminescence microscopy, cutaneous surface microscopy, dermoscopy).La dermoscopie peut être réalisée avec un matériel de base, très simple et bon marché : le dermoscope à main avec un facteur d’agrandissement de 10 à 20.Une station de videomicroscopie à épiluminescence comprend une caméra numérique munie d’un objectif microscopique à lumière incidente permettant un grossissement de 20 à 70x, reliée à un ordinateur pour le stockage des images, un moniteur pour la visualisation des images et éventuellement une imprimante couleur pour l’impression de clichés.Lors de l’examen d’une lésion pigmentée, une solution antiseptique transparente est appliquée sur la peau et le dermoscope est appliqué directement sur la peau., l’image est visualisée instantanément sur l’écran vidéo , au grossissement choisi qui peut être x20, x30, x50 ou x70.L’examen est donc extrêmement rapide sans aucun réglage particulier. L’image peut être enregistrée pour une interprétation ultérieure ou le suivi du patient. Dans ce cas il est judicieux de pratiquer un cliché macrographique qui sera enregistré permettant ainsi de lui rattacher l’image microscopique correspondante.J’utilise le Fotofinder ™Plusieurs autres sociétés proposent des matériels sensiblement identiques.

2/ Quel est le coût approximatif de l’investissement dans ce type de matériel ? En combien de temps est-il amorti? son utilisation fait-elle l’objet d’une consultation particulière? d’une tarification particulière ?

L’investissement global va chercher dans les 12 à 15000 euros, selon les matériels et les options possibles.Il n’y a pas de nomenclature pour la dermoscopie quelque soit le dispositif utilisé.Un dermatologue en secteur 2 répercutera le coût sur sa consultation par une majoration de son dépassement habituel.Pour un dermatologue de secteur 1 équipé d’une station de vidéomicroscopie à épiluminescence , il est également possible de faire un dépassement sous la forme d’un HN (hors nomenclature) qui vient s’additionner au montant de la consultation clinique . Cette option m’a été confirmée par écrit par le médecin conseil chef de ma CPAM. Je pense que l’on doit investir dans ce type de matériel si l’on croit à l’intérêt de la dermoscopie dans la pratique quotidienne.Le plus dur n’est pas de faire marcher l’appareil, mais de connaître la sémiologie dermoscopique qui nécessite un apprentissage comme toute sémiologie. De nombreuses formations sont maintenant disponibles par le biais d’EPU ou lors de congrès nationaux ou internationaux, sans compter de nombreux manuels ou CD ROM.La rentabilisation de l’appareil se fera par les dépassements d’honoraires, mais également par un afflux de patients supplémentaires, l’effet bouche à oreilles fonctionnant très rapidement.

3/ Peut-on imaginer d’intégrer son logiciel médical sur l’ordinateur fourni pour n’avoir qu’un ordinateur au cabinet?
Bien que cela soit possible, je ne pense pas que soit utile pour deux raisons : pour des raison s pratiques la station doit être proche de la table d’examen du patient d’une part, et d’autre part il y a toujours le risque d’avoir un problème sur son ordinateur.Une connection directe de la station au haut débit est intéressante pour la transmission des images. Sinon, on peut transférer très facilement des images par le biais d’une clé USB sur un autre ordinateur connecté.

4/ Le tri des iconographies est-il rendu plus facile que lors de la réalisation de photos avec un appareil numérique ? Comment cela fonctionne-t-il? La sauvegarde est-elle aisée?

C’est indiscutablement plus pratique et moins chronophage. Une fiche patient est crée très rapidement avec le nom et la date de naissance. La photo macrographique est rattachée d’un clic de souris à une image d’une partie du corps humain. La photo est numérotée automatiquement et l’image dermoscopique lui est affectée. Il n’y a donc aucun risque d’erreur quand on consultera ultérieurement a fiche.La sauvegarde est automatique sur un CD lors de la fermeture de l’application. Si l’on préfère on peut sauvegarder sur d’autre supports (clé, disque dur externe, ou sur un serveur dédié par le biais de l’ADSL).

5/ Quels sont les autres avantages par rapport à un dermoscope à main ?

– le confort lors de l’examen pour l’opérateur qui n’est pas obliger de « coller au patient » pour observer la lésion- la réalisation de cartographies macroscopique permettant un suivi simple- la visualisation de la lésion sur l’écran pour expliquer au patient- l’utilisation de grossissements à x50 ou x70 pour observer des détails (pseudopodes etc ..)- l’association d’un logiciel d’aide à la décision qui analyse l’image dermoscopique

6/ L’usage le plus connu de ce type d’appareil est la surveillance des naevi. Quelles en sont les autres applications?

Le diagnostic de toutes les lésions pigmentaires est facilité. De manière plus anecdotique, le diagnostic de gale en visualisant les sillons scabieux sur l’écran vidéo s’en trouve facilité.

7/ Quelle est la valeur des logiciels d’analyse des lésions? Est-ce une aide au diagnostic ou un moyen facile de surveillerla structure des lésions ?
Je pense qu’il ne faut pas s’appuyer sur ce logiciel et croire qu’il permettrait de faire l’économie d’un solide apprentissage sémiologique. Cela dit en pratique, il permet effectivement de faire des comparatifs sur l’évolution d’une lésion entre deux examens distants, car le moindre changement est noté.

8/ Quelle est approximativement la corrélation entre l’interprétation que vous faites d’une image vidéomicroscopique et l’histologie d’une exérèse ? Tous les mélanomes superficiels que j’ai retirés étaient suspectés sur le plan clinique et dermoscopique.

Les mauvaises surprises viennent des mélanomes achromiques. Il s’avère pourtant que cet outil permet le diagnostic de mélanomes achromiques en retrouvant une sémiologie vasculaire spécifique comme l’ont montré les nombreuses communications au Congrès Mondial de Dermoscopie à Naples en mai 2006.

En toute honnêteté, après 4 ans d’expérience, il m’est difficile si ma performance diagnostique a augmenté. Je serais tenté de dire que oui. Ce qui est certain est que la videomicroscopie à épiluminescence m’a conforté dans mes diagnostics pré-opératoires des mélanomes superficiels et m’a permis sans doute d’éviter des exérèses inutiles et des diagnostics différentiels rapides sur des lésions pigmentées bénignes (verrues séborrhéiques, lentigos, basocellulaires taoués etc…).

9/ Tout matériel technologique est susceptible de défaillir et doit être entretenu. Ce matériel fait-il l’objet d’une maintenance? d’une assistance technique? Quel est leur coût?
Une installation sur site avec prise en main est faite par le revendeur. L’emploi est très simple et il n’y a pas besoin d’une assistance. Un interlocuteur doit être joignable sans plus.

10/ Une conclusion? Des références ?

Je dirais que c’est un très bel outil à réserver aux dermatologues qui maîtrisent la dermoscopie. Il contribue à donner une image moderne du cabinet et fidélise une clientèle notamment pour la surveillance régulière des patients à risques.Quelques références générales :- Braun et al. Dermatoscopie des lésions pigmentées. Ann Dermatol Venereol 2002 ; 129 : 187-202- Marghoob et al. Instruments and new technologies for the in vivo diagnosis of melanoma. J Am Acad Dermatol 2003; 49: 777-97

Grain de beauté /
Controler les grains de beaute /
Enlever un grain de beauté /
Mauvais grain de beauté
Cancer de la peau :
cancer basocellulaire /
cancer spinocellulaire /
melanome
Le soleil et la peau /
Peau sensible au soleil /
Protection solaire/
Crème solaire /
Protéger les enfants du soleil /
Risques des crèmes solaires ?
Taches brunes /
taches solaires /
Traitement taches brunes /laser taches

 

Posez une question au dermatologue