PEELING : le peeling du visage (peling, piling)

Peeling

Peeling signifie ‘en train de peler’ en anglais : le peeling consiste à enlever chimiquement, au moyen d’une substance acide appliquée sur la peau puis neutralisée, une couche plus ou moins importante de peau, en particulier sur le visage. Leur gradation varie ainsi des peelings superficiels ne faisant qu’exfolier la partie cornée de la peau et donnant le plus souvent une simple rougeur s’estompant en quelques jours, afin d’en stimuler la régénération profonde (peeling « coup d’éclat », peeling pour l’acné) au peeling profond, nécessitant souvent une prise en charge en clinique tant il atteint profondément la peau.

Peeling

Qu’est-ce qu’un peeling? / Peeling superficiel (peeling à l’acide glycoliquepeeling au TCA) / Peeling moyen / Peeling profondPoints clés / Questions fréquentes / Et pour aller plus loin

Le peeling est un soin de référence dans la prise en charge de la beauté du visage. On utilise des acides de fruits pour lisser la peau depuis l’Antiquité et le peeling a été développé de façon scientifique depuis environ 30 ans.

Le peeling (anti rides, cicatrices… ) comment ça marche ?

Le peeling est une technique consistant à appliquer une substance acide sur la peau. Ceci a pour but de léser la peau en superficie (exfoliation). Il existe donc une lésion de la peau apres un peeling, nécessitant des précautions pour éviter les risques de taches sur la peau notamment (conseils pour un peeling anti rides du visage)

Peeling du visage

Cette exfoliation provoquée par le peeling fait partir les cellules superficielles de la peau (où se situent les taches brunes) et stimule les fibroblastes et la production de nouveau collagène (néocollagénogénèse qui apparait en deux à 3 mois), ce qui permet de rendre la peau plus élastique, plus épaisse et plus lisse.

Effets du peeling

La substance chimique appliquée sur la peau va provoquer une destruction limitée et contrôlée de l’épiderme, ou du derme selon le type de peeling choisi. Le peeling permet de lutter contre :

– les dégâts cutanés liés au soleil : taches brunes, teint brouillé, petites rides (voire rides profondes pour le peeling profond)

– les pigmentations de la peau telles que le masque de grossesse

– l’acné et les cicatrices d’acné.

 

Avec quels produits réalise-t-on un peeling?

Les produits employés pour réaliser un peeling sont le plus souvent :

l’acide glycolique (un acide de fruits dérivé de la canne à sucre) et les autres acides de fruits pour les peelings superficiels,

la résorcine pour des peelings moyens,

le phénol pour les peelings profonds.

L’acide Tri Chloro Acétique (TCA) peut quand à lui être utilisé pour l’ensemble des peelings en fonction de son pourcentage de concentration et de son mode d’application.

Les types de peelings

Il existe trois types de peelings en fonction de la nature de l’exfoliant (comment se passe une séance de peeling anti rides du le visage ), de la concentration du produit, du temps d’application, de la quantité appliquée… :

  • Peelings doux ou superficiels :

ils consistent à irriter et exfolier légèrement la couche superficielle de la peau. ce sont les peelings les plus couramment pratiqués en Dermatologie

Après le peeling, la peau est rosée, elle peut desquamer (perdre des cellules mortes) légèrement. On considère qu’ils permettent de reprendre une vie sociale rapidement. On peut donc refaire assez régulièrement un peeling doux sans grands risques.

On peut utiliser pour les peelings superficiel du TCA à faible concentration, des Alpha Hydroxy Acides ou des Beta Hydroxy Acides etc.

  • Peeling superficiel à l’Acide glycolique

Un produit couramment utilisé est l’acide glycolique, un acide de fruits extrait de la canne à sucre, non toxique et non allergisant pour la peau. L’acide glycolique est le chef de file des acides de fruit (AHA). C’est un acide faible (il est peu caustique), mais il peut pénétrer profondément de par sa petite taille et son hydrophilie. Il a un effet kératorégulateur en diminuant la cohésion des cornéocytes.

Préparation du peeling aux AHA (acide glycolique)

On prépare la peau à recevoir le peeling, cette étape est essentielle pour

  • détecter une intolérance voire une exceptionnelle allergie aux AHA,
  • potentialiser les effets du peeling en abaissant le pH de la peau
  • favoriser une pénétration plus facile et homogène du peeling dans la peau,
  • accélérer le processus de cicatrisation par stimulation du turnover cellulaire

Cette préparation est à débuter 1 mois avant le peeling et elle doit être recommencée entre chaque peeling.

Le dermatologue prescit le plus souvent un nettoyant acide, une crème à la vitamine C le matin, une crème aux AHA le soir et une crème protectrices des UV.

Déroulement du peeling aux AHA

Le dermatologue protège les zones à risque avec de la vaseline les zones à risques puis applique un prepeel à base d’AHA pour nettoyer, dégraisser et acidifier la peau.

Le dermatologue applique l’acide glycolique au moyen d’une compresse, d’un pinceau, d’un coton… sur la peau du visage en commençant par le front puis les joues, le nez, la lèvre supérieure et le menton. Il laisse agir l’acide glycolique 2 et 5 minutes tout en surveillant l’apparition d’un aspect rosé qu’il neutralise au moyen d’un produit alcalin bicarbonaté (et non par de l’eau). Ensuite il rince à l’eau thermale, puis applique une crème apaisante..

Plusieurs séances de peeling à l’acide glycolique sont nécessaires (entre trois et dix en moyenne), espacées d’une à 4 semaines, en association avec des applications le soir sur le visage d’une crème à l’acide glycolique.

Suites du peeling aux AHA

La peau est ensuite desquamative pendant une semaine et rosée. Tant que le rosissement perdure, il est impératif de se protéger du soleil pendant au moins 15 jours pour éviter les taches solaires

  • Peeling superficiel AU TCA

L’autre produit régulièrement utilisé pour le peeling superficiel est le TCA (Acide Tri Chloro Acétique), un dérivé de l’acide du vinaigre, provoquant un blanchiment de l’épiderme par coagulation des protéines, concentré entre 10 et 25%. C’est un acide fort, avec un fort pouvoir caustique, qui agit en coagulant les protéines (nécrose des cellules épidermiques). L’intensité de son effet ne dépend pas, comme pour les AHA, de son temps de pose mais de la concentration utilisée et de la quantité de produit déposé (nombre de couches). Il ne se neutralise pas mais s’auto neutralise au contact du sérum des vaisseaux épidermiques. Sa profondeur d’efficacité est évaluée selon le givrage obtenu :

– D°0 : pas de givrage, peau brillante = peeling superficiel léger (atteinte couche cornée) ;

– D°1 : givrage floconneux (irrégulier) sur érythème léger = peeling intraépidermique ;

– D°2 : givrage rose blanc = peeling superficiel moyen (toute épaisseur épiderme) ;

– D°3 : givrage blanc uniforme = peeling moyen profond (atteinte épiderme, derme papillaire, affleure derme réticulaire) ;

– D°4 : blanc grisâtre = atteinte derme réticulaire.

Préparation du peeling TCA

On prépare la peau à recevoir le peeling, cette étape est essentielle pour

  • détecter une intolérance voire une exceptionnelle allergie,
  • potentialiser les effets du peeling en abaissant le pH de la peau
  • favoriser une pénétration plus facile et homogène du peeling dans la peau,
  • accélérer le processus de cicatrisation par stimulation du turnover cellulaire

Cette préparation est à débuter 1 mois avant le peeling et elle doit être recommencée entre chaque peeling.

Le dermatologue prescrit le plus une crème aux AHA ou au rétinol le soir et une crème protectrices des UV d’indice de protection IP50 parfois associée à une crème antipigmentante contenant un inhibiteur de la tyrosinase en cas de peau mate, le tout 1 mois avant le peeling.

Déroulement du peeling au TCA

On ne peut pas préanesthésier la peau au moyen d’une creme de type Emla® car elle provoque une vasoconstriction qui ralentit l’auto-neutralisation du TCA. Le dermatologue protège les yeux du patient et dégraisse la peau avec le prepeel, voire de l’ether ou de l’acétone… Le TCA est appliqué au moyen d’une compresse, d’un coton, d’un coton-tige… sans frotter. Le dermatologue dépose des couches de TCA successivement (dans le même ordre : en commençant par le front puis les joues, le nez, la lèvre supérieure et le menton), en attendant 2 à 3 minutes entre chaque couche, jusqu’au givrage souhaité, puis il applique des compresses humides pour stopper l’action du TCA et enfin il applique une crème spécifique postpeeling à garder au moins 8 heures.

Le TCA provoque une sensation de cuisson voire de brûlure car les protéines superficielles sont coagulées par le produit.

Le dermatologue peut choisir de répéter les séances (3 à 4 fois en moyenne) tous les 15 jours.

Suites du peeling au TCA

La peau est ensuite gonflée quelques heures, puis brunatre et desquamative pendant une semaine et rosée. Tant que le rosissement perdure, il est impératif de se protéger du soleil pour éviter les taches solaires

Il faut appliquer une crème réparatrice plusieurs fois par jour, des compresses d’eau thermale, et un écran solaire 50 pendant 3 mois minimum

Il ne faut pas arracher les squames.

Quels sont les effets microscopiques des peelings superficiels?

L’effet est mixte, à la fois sur

Epiderme :
  • accélération du renouvellement cellulaire
  • augmentation de l’épaisseur de l’épiderme
  • élimination des dépôts de pigments (taches brunes…)
  • augmentation de la quantité d’acide hyaluronique épidermique
Derme superficiel :
  • restauration des ondulations naturelles de la membrane basale située entre le derme et l’épiderme
  • augmentation de l’épaisseur du derme
  • réorganisation des fibres collagènes et augmentation de l’expression des glycosaminoglycanes

 

Effets macroscopiques des peelings superficiels

Le peeling doux donne un « coup d’éclat » au teint, affinent le grain de peau et permettent d’estomper les tâches brunes ou tâches solaires.

Le peeling améliore en effet les problèmes épidermiques et pigmentaires superficiels :

  • diminution de la rugosité de la peau, des fines ridules, des pores dilatés
  • diminution de la séborrhée (peau grasse) et de l’ acné
  • diminution des troubles pigmentaires  : taches de rousseur, taches brunes, masque de grossesse superficiel épidermique, teint terne…

Indications des peelings superficiels

Le peeling superficiel peut etre utilisé pour prévenir et traiter le vieillissement de la peau (rides, teint terne tabagique, taches brunes… ), la peau tabagique, l’acné et les pore dilatés… Pour l’acné et les pores dilatés, s’il y a eu un traitement par isotretinoine (Contracne®, Curacne®, Procuta®,Roaccutane®), ce dernier doit avoir été arreté depuis un 6 mois à 1 an

Il peut aussi être utilisé pour les cicatrices superficielles, diminuer la partie superficielle épidermique du masque de grossesse et la kératose pilaire.

Quelles précautions prendre avant un peeling superficiel?

Il faut :

  • éviter les traitements locaux agressifs,
  • eviter de faire un gommage quelques jours avant,
  • ne pas se raser juste avant,
  • ne pas s’exposer au soleil avant (ni après)

 

Les contre-indications du peeling superficiel sont notamment :

– l’herpes évolutif :  on peut prévoir un traitement oral préventif si antécédent d’herpès fréquent

– la grossesse

– traitement par isotretinoine récent (Contracne®, Curacne®, Procuta®,Roaccutane®) : ce dernier doit avoir été arreté depuis un 6 mois à 1 an

– les maladies de peau evolutives (psoriasis,eczema… ) et infection bactérienne

– un phototype élevé, une photoprotection insuffisante, une attente de résultats irréalistes etc.

 

Les effets secondaires du peeling superficiel sont notamment :

– une poussée d’herpes

– une réactivation de l’acné

– une rougeur persistante

– une hyperpigmentation post inflammatoire (taches brunes), notamment chez les phototypes foncés

– épidermolyse ponctuelle lors d’un peeling aux AHA (par pénétration excessive du produit provoquant l’ apparition d’un blanchiment ou une rougeur intense lors du peeling, suivi de croûtelles

-cicatrice (rare),

-eczéma de contact à la crème réparatrice.

  • Les peelings moyens

Ils sont un peu plus profonds puisqu’ils atteignent les couches situées sous la couche cornée de l’épiderme.

Le peeling moyen a pour but d’estomper des taches solaires ou au masque de grossesse résistant aux peelings superficiels, l’acné ou les petites rides. Ils ont un effet lissant sur la peau.

On utilise généralement pour le peeling moyen de l’acide trichloroacétique (TCA) dilué de 30% à 50%

Comment se passe un peeling moyen?

Le dermatologue commence par dégraisser la peau avec de l’ether ou de l’acétone.

Le dermatologue applique le produit ( TCA) au moyen d’une compresse, d’un coton, voire d’un coton-tige, ce qui provoque une sensation de chaleur et de cuisson sur la peau pour le patient.

On observe alors un givrage de la peau (blanchiment de la peau).

Le dermatologue peut alors appliquer le TCA lors de nouveaux passages pour déterminer la profondeur du peeling. Outre le nombre d’applications, le dermatologue peut déterminer la profondeur du peeling au moyen de :

– la concentration du TCA : de 30 à 50%, déterminant son agressivité

– le dermatologue peut appuyer et frotter lors de l’application du produit

De même, le dermatologue devra tenir compte des aspects anatomiques pour déterminer la profondeur de son traitement, tels que :

– le type de peau : il insistera moins sur une peau fine et sèche qu’une peau grasse et épaisse

– la zone : il évitera les paupières et insistera plus sur des zones moins fragiles telles que le front.

Après avoir appliqué le TCA, souvent en plusieurs passages, le dermatologue applique des compresses humides pour soulager la sensation de cuisson et stopper l’action du TCA

Après le peeling, la peau est rosée et gonflée (le gonflement disparait eh habituellement). La peau brunit alors (apparition de fines croutes brunatres) et desquame pendant environ une semaine. On applique généralement des pommades cicatrisantes et un antiseptique doux sur la peau. L’aspect rosé de la peau sous jacente peut cependant mettre plusieurs mois pour disparaitre. Tant que la peau est rosée, il faut éviter impérativement de l’exposer même modérément au soleil car elle risque alors de faire des taches. On compare souvent les peelings moyens à un coup de soleil important.

EFFETS SECONDAIREs des peelings moyens :

– une poussée d’herpes

– une réactivation de l’acné

– une rougeur persistante

– une infection de la zone traitée par des bactéries

– une hyperpigmentation post inflammatoire (taches brunes), notamment chez les phototypes foncés

– cicatrices en creux, cicatrices blanches

 

  • les peelings forts ou profonds

Ils constituent une véritable brûlure à l’acide et sont réservés aux cicatrices ou rides profondes. Le peeling profond est comparable à une brûlure de la peau qui va emporter une partie de la peau, avec pour conséquence d’estomper les cicatrices, les rides et de lisser la peau.

Le produit utilisé est généralement le phénol (acide phénique), un dérivé du benzène, qui appliqué sur la peau, provoque brulûre et un givrage aigu (blanchiment de la peau par coagulation et destruction de l’épiderme).

Le peeling profond est réalisé sous surveillance cardiovasculaire (le phénol est toxique pour le cœur), et le plus souvent sous anesthésie locale ou générale tellement il est douloureux.

Les suites du peeling profond sont celles d’une brulure profonde, marquées par un gonflement important de la peau, qui va suinter et saigner. La peau va ensuite crouter. Les soins par pommades et pansements cicatrisants sont faits par une infirmière pendant environ deux semaines.

Les croûtes s’éliminent généralement en 1 à deux semaines sous pansements. Il est possible d’observer des rougeurs pendant plusieurs mois. Tant que la peau est rosée, il faut éviter impérativement de l’exposer même modérément au soleil car elle risque alors de faire des taches.

Effets secondaires des peelings PROFONDs :

 

– une poussée d’herpes

– une réactivation de l’acné

– une rougeur persistante

– une infection de la zone traitée par des bactéries

– une hyperpigmentation post inflammatoire (taches brunes), notamment chez les phototypes foncés

– cicatrices en creux, cicatrices blanches

 

Points clés :


  • Le peeling est une technique consistant à appliquer une substance sur la peau afin de l’exfolier et d’aider sa régénération
  • Selon la profondeur du peeling, les suites sont plus ou moins difficiles et longues, allant du rosissement et de la desquamation pour le peeling superficiel, jusqu’au gonflement, aux plaies et aux pansements pour le peeling profond
  • Dans tous les cas il ne faut pas s’exposer au soleil avant ou apres un peeling


Questions fréquentes

– Je dois effectuer un peeling superficiel mais j’ai eu de l’herpes labial, que me conseillez-vous ?

L’herpes labial peut diffuser sur l’ensemble du visage apres un peeling. Une poussée d’herpes est une contre indication au peeling, alors qu’en cas d’antécédent le medecin prescrit un antiviral avant et pendant la cicatrisation du peeling

Et pour aller plus loin…


Exemple de peeling superficiel a l’acide glycolique :

Interview du Dr Jean Pierre VIDAL-MICHEL, dermatologue, Marseille

Azzalure

1/ Qu’est-ce q’’un peeling ?

Dr Jean-Pierre VIDAL-MICHEL :

Le mot “PEELING” dérive de l’anglais to Peel : peler. Effectuer un PEELING c’est donc réaliser l’ablation des différentes couches de la peau, de la plus superficielle ou couche cornée de l’épiderme ( on parle de peeling superficiel) aux couches profondes de la jonction épiderme-derme (c’est le peeling Moyen) pour atteindre les couches moyennes du derme ( c’est alors le peeling profond)Cette action peut être obtenue par des moyens physiques notamment le froid (cryothérapie), par le laser (CO2 et Erbium) mais de nos jours le mot PEELING est réservé à l’usage unique de substances chimiques : c’est le PEELING CHIMIQUEL’étendue des produits utilisés permet de traiter un grand nombres de disgrâces de la peau du visage, des mains et plus accessoirement du cou.

2/ Comment un peeling fonctionne t’il ?
Selon la nature, l’’affinité, la concentration et le PH des produits utilisés , ceux –ci vont descendre plus ou moins profondément dans l’épiderme et le derme pour entraîner une dénaturation , une coagulation des protéines cellulaires , du ciment interstitiel, de la substance fondamentale et des fibres conjonctives . Au passage vaisseaux et terminaisons nerveuses peuvent être coagulés si le peeling est profond. La reconstruction se fera sans dommages à partir du conjonctif profond et des annexes ( sudorales et sébacées) si le derme superficiel et l’épiderme ont été détruits. Au-delà du derme moyen cette réparation ne se fera plus et le peeling laisserait une peau cicatricielle identique à celle d’une brûlure accidentelle. Cette « brûlure chimique domestiquée » que constitue le peeling va donc agir en deux temps : un premier temps exfoliatoire qui emporte les cellules cornées, les disgrâces et tumeurs superficielles ( lentigo, surcharge pigmentaire, verrues séborrhéiques, kératoses) pour l’épiderme, petites ridules correspondant à des fractures de la jonction dermo-épidermique si le peeling est plus profond, voire les rides conjonctives pour le peeling profond. Dans un second temps le choc chimique va entraîner une synthèse cellulaire intense à partir des cellules des couches basales de l’épiderme lors du peeling superficiel, des fibroblastes dans le peeling profond. De jeunes fibres de collagène et d’élastine, ainsi que de l’acide hyaluronique vont venir remplir, hydrater et retendre le derme. L’amincissement de l’épiderme va laisser entrevoir la vascularisation cutanée augmentée par néo-synthèse de vaisseaux. Le teint redevient clair, la peau nette et tendue, le rajeunissement peut aller du simple coup d’éclat à l’effacement quasi complet des rides selon la profondeur du peeling.

3/ Il y a donc trois types de peelings. Quels sont les plus utilisés et dans quelles applications principalement ?

Oui, les peelings superficiels, légers, très utilisés, les peelings moyens et le peeling profond, presque essentiellement le phénol domestiqué, revenu en force pour sa sécurité et ses résultats exceptionnels depuis les travaux de Yoram Fintsi.

Dans les peelings superficiels je mettrai à part les acides de fruit (acide glycolique, lactique etc..) qui sont utilisés le plus souvent par les esthéticiennes ou en auto-médication lorsqu’ils sont peu concentrés et bien tamponnés. Pour le médecin, qui les utilise à des concentrations plus fortes leur indication principale est l’acné, les taches très superficielles (mélasma) ou pour un coup d’éclat. A forte concentration et à PH très bas ils sont d’un maniement plus délicat car leur pénétration est variable et parfois imprévisible.

Une place particulière doit être donnée à l’acide trichloracétique , le TCA, qui est le peeling le plus utilisé à l’heure actuelle dans les concentrations entre 15 et 20%.C’est un produit stable et peu coûteux. Il est soluble dans l’eau et peut facilement être mélangé à de la glycérine , du propylène glycol ou encore à des excipients divers comme les saponines qui permettent une pénétration homogène. Différents « kits » comme par exemple, la formule à 15% commercialisée sous le nom d’Easy Peel ®, ou encore le Blue Peel ® d’Obagi ,sont vendus dans le commerce offrant une sécurité d’utilisation et efficacité appréciables. Son utilisation est aisée et ses indications multiples. L’Easy Peel ® s’utilise souvent de façon répétée, à la concentration de 15%, entre 1 à 2 semaines d’intervalle, pour obtenir un effet de sommation sans effet secondaire désagréable : une simple rougeur et une desquamation à peine visible autour du 3ème jour. On obtient ainsi des résultats sur les pigmentations superficielles, les dyskératoses , la peau grise,terne, sèche et rugueuse, qui deviendra plus douce au toucher, rose au regard .

Plus appuyé entre 20 et 30% le TCA devient peeling moyen, ses effets secondaires sont plus brutaux , la brûlure plus intense, la peau devient marron dans la semaine qui suit, la desquamation est plus importante , le risque de rebond pigmentaire plus grand. Il est utile à ces concentrations quand il accompagne un peeling profond sur des zones localisées en peri-buccal, peri-orbitaire ou encore sur les joues. Je ne pense pas personnellement qu’il soit plus efficace à ces concentrations qu’une série d’Easy-Peel ® à 15%. Au-delà de 30% je le déconseille car la pénétration du TCA est alors aléatoire et le risque cicatriciel plus important, même domestiqué il entraîne un aspect un rien dépigmenté et porcelainé de la peau très inesthétique. Le phénol domestiqué est bien plus sûr pour un résultat encore supérieur.

Pour rester dans le chapitre des peelings superficiels et moyens il existe plusieurs produits associant acide kojique , acide salicylique,vitamine c, hydroquinone,résorcine et autres destinés plus spécialement à la dépigmentation des chloasma. Le mélanocyte est une cellule qui se révèle résistante quand on veut s’en prendre à elle et fragile quand on voudrait l’épargner. En un mot les pigmentations sont complexes , rebelles, superficielles et/ou profondes, multifactorielles ,hormonales, post-inflammatoires, solaires, et il faudra s’armer de patiente et savoir rester « soft ».

Pour le traitement des rides et des cicatrices seul le peeling profond me parait indiqué . Il faut rejeter les anciennes formules peu stables ou trop dépigmentantes pour choisir l’EXOPEEL ®, formule mise au point par Y. Fintsi. Il est nécessaire dans un premier temps pour les cicatrices, le plus souvent d’acné ou de varicelle , d’en apprécier la profondeur, la souplesse, le degré d’effacement à la tension, la pigmentation. Ce qui permettra de mettre en place une stratégie qui fera appel aux injections de comblement, au relèvement au punch ou à l’aiguille avant de les attaquer par un phénol souvent complété par une abrasion au papier verre dans le même temps opératoire ou à 24heure. Les rides liées au vieillissement et surtout à l’héliodermie, que ce soit le plissé des joues, les rides peri-orbitaires ou encore le code-barre de la lèvre supérieures disparaîtront avec toutes les disgraces superficielles que sont les lentigo et les kératoses. Même certaines rides musculaires comme celles du front vont s’atténuer voire disparaître par un effet tenseur du peeling qui s’accentue au fil des premiers mois. L’effet définitif s’appréciant entre le 3ème et 6ème mois.

Bien sûr ce peeling nécessite une solide formation et une bonne connaissance de ses applications. Les suites se simplifient avec l’expérience mais il faudra rester en communication téléphonique avec son patient chaque jour durant la semaine suivant l’acte. L’effet secondaire le plus gênant à étant la rougeur qui peut durer plus d’un mois et de petits troubles pigmentaires qui s’uniformisent avec le temps. Le résultat à terme est souvent exceptionnel.

4/ Comment procède t’on lors d’un peeling ?

La technique est simple et toujours la même : il s’agit d’appliquer régulièrement un produit chimique sur la peau qui va entraîner sa fonte plus ou moins profonde et sa régénération avec la formation d’un collagène et de fibres élastiques jeunes, actives et nombreuses. C’est ce collagène qui viendra remplir les rides. Selon le produit la peau va peler plus ou moins vite, de façon plus ou, moins importante. Les peelings superficiels permettent de mener une vie normale car la desquamation est à peine visible, le patient sort du cabinet le visage blanc-rosé un peu frippé si la concentration excède 20%, une crème post-peel adaptée et un écran solaire suffiront. Il faut s’avoir que le nombre de passage, l’appui plus ou moins fort du coton, son imprégnation plus ou moins importante, conditionnent aussi la pénétration du produit. Les peelings profonds, pour leur part, nécessitent pour le patient de rester à la maison durant 10 jours environ car au masque de sparadrap posé en sortie d’un Exopeel, succède la pose d’un masque de poudre antiseptique et cicatrisant qu’il faudra conserver 6 à 7 jours !

5/ Ces peelings sont-ils douloureux, que peut-on faire à son cabinet ?
La plupart des peelings peuvent être réalisés au cabinet sous anesthésie verbale avec un simple éventail. L’anesthésie locale à la lidocaïne est utile dès que l’on attaque les peelings moyens et le phénol peri-buccal ou peri-orbitaire. Les points classiques sus et sous- orbitaires, canthus externes et mentonniers suffisent la plupart du temps, parfois une infiltration d’anesthésique dilué au niveau des joues peut-être utile. Bien-sûr, en raison des troubles du rythme engendrés parfois par le phénol appliqué trop rapidement sur toute la surface du visage ,il est indispensable de disposer d’un scope et d’un oxymètre mais appliqué lentement et sur de petites surfaces le phénol ne présente aucun risque toxique.

Je n’utilise pas de crème anesthésique car elle crée une hyperhydratation qui modifie la pénétration du peeling. De même je ne prépare plus la peau aussi intensément que je le faisais il y a quelques années , je me contente d’essayer de mettre les mélanocytes au repos avec diverses crèmes ou préparation.

6/ Combien de fois peut-on répéter les peelings ?

Le protocole de l’EASY PEEL ® prévoit 4 séances consécutives à une semaine d’intervalle, les AHA, le TCA peuvent ainsi être répétés aussi souvent que nécessaire. Plus le peeling est lourd, bien sûr, moins le patient sera enclin à le répéter. Je n’ai pas de recul suffisant sur l’EXOPEEL ® mais je suis convaincu que le résultat doit se maintenir de nombreuses années. Une durée de 7 ans voire plus me parait réaliste à condition bien sûr de ne pas abuser du soleil et du tabac.

7/ Quels conseils donner à une personne souhaitant bénéficier de cette technique ? Quelles contre-indications ? Quels conseils donner avant, après un peeling ?

Quel autre conseil que de lui dire de s’adresser à son dermatologue.

Je pense que tout dermatologue s’intéressant à l’esthétique est susceptible de pratiquer ces actes à son cabinet à l’exception de l’Exopeel de tout le visage qui est un acte plus lourd nécessitant une structure adaptée. Il pourra, au mieux, lui conseiller le bon peeling en fonction de sa peau. Pour chaque produit il existe bien sûr des contre-indications mais elles sont relatives pour la plupart. Comme toujours il est conseillé d’éviter de traiter lors de la grossesse,tout patient présentant des troubles de la cicatrisation ou une maladie de système etc etc En commun et pour l’’essentiel, retenons que toute affection infectieuse et en premier chef l’’herpès en poussée, contre-indique un peeling, il faudra donc, prendre la précaution de mettre sous anti-viral toute personne présentant de fréquentes poussées d’’herpès. Les phototypes foncés , les asiatiques , les métis et les noirs ont de gros risques de faire des troubles pigmentaires, enfin un Exopeel ® de tout le visage est contre-indiqué en cas de trouble du rythme cardiaque, de diabète ou d’insuffisance rénale. Bien sûr l’’exposition solaire avant comme après un peeling doit être évitée. L’’usage d’une crème écran 50+ sera donc recommandée durant 1 mois pour un peeling léger, six mois pour un peeling profond.

Pour conclure, je préconise personnellement pour tout médecin désirant se mettre aux peelings d’avoir recours aux produits du commerce de préférence aux formulations . Les laboratoires ou distributeurs comme Néo-strata ,Mene & Moy, Skintech, la Centrale du peeling, et j’en oublie commercialisent des produits stables, de pénétration homogène, sans confusion possible sur les concentrations. De même je tiens à rappeler qu’il existe de nombreuses formations de valeur données par le CNME du docteur C. Gadreau, l’AFME du dr J.L Morel ou encore le docteur P. Desprez (Skintech) ou le dr J.L Vigneron, notre confrère dermatologue à Saint Paul de Vence. Personnellement c’est très volontiers que j’accueillerai tout confrère désireux de se former et que je répondrai à vos questions.

NB : Pour un peeling, il faut compter 100 € pour une séance d’Easy Peel ® ou équivalent à 4000€ pour un EXOPEEL ® tous frais de clinique compris. Voici un exemple de peeling avec Exopeel ® : avant le peeling et 6 mois après

peeling
Avant peeling profond

apres peeling anti ride
6 mois après le peeling profond

20 pensées sur “PEELING : le peeling du visage (peling, piling)”

Posez une question au dermatologue (pas d'avis médical)